L’entrée sous le rosier (2)

L’entrée sous les rosiers* (35 x 55 cm)

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’entrée sous le rosier (2) »

  1. Les roses s’éveillent en grappes luxuriantes, elles s’émeuvent d’un matin pâle. Le regard s’élève sur des marches éclaboussées d’un reste de temps humide, s’imprègnent de clarté, comme hésitantes à vieillir. Verdure, jeune encore dans l’effleurement jaune des touches balbutiantes, vert pâle dans la chaleur du matin, l’essuyant d’une lumière blanche, la porte donne sur le jour. Les roses tombent en grappes d’une coquetterie de pastel tendre, elles sont aussi la lumière, dans la beauté fraîche d’avant midi, beauté des temps à venir et de l’espérance, promesse des bouquets de reflets purs, c’est la beauté fragile de l’enfance.
    Peindre c’est surement pouvoir dire le monde et nos émotions comme avec des mots ou de la musique.

Répondre à Roger Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s