L’aquarelle est poésie

Il m’est de plus en plus difficile de peindre une aquarelle en m’inspirant à 100% d’une photo.. Il y a toujours ce petit je ne sais quoi qui appelle à fuir les contraintes, à sortir du cadre, à être libre dans son expression..

En cela , l’aquarelle est poésie. La liberté des touches de pinceaux rejoint la liberté des mots quand ils sont brodés sur l’arpège du coeur. Il faut se libérer du modèle ; oui, sans aller trop loin non plus , car la cohérence est importante, tout comme l’harmonie..

Les exemples se font presque à chaque aquarelle ; j’essaye, j’essaye de garder cette direction en tête (et en coeur)..  Je voulais vous en montrer 2 exemples totalement différents :

Le vieux pont en automne (22 x 30 cm)Sur ce vieux pont automnal, les différences avec la photo modèle sont importantes ; et sans doute que si je la refaisais une deuxième fois elle serait totalement différente encore.. C’est ce qui fait le charme de l’aquarelle..

Ballade dans les alpilles (30 x 40 cm)Cette ballade dans les Alpilles est d’une toute autre approche ; je n’ai choisi que 3 couleurs, réhaussées à la pointe fine, un peu comme une illustration.. C’est une manière de peindre qui a ses « aficionados », et pourtant on est loin de l’aquarelle classique ou du mouillé sur mouillé.. J’aime avoir cette liberté de peindre comme je le ressens, même si cela rend difficile de définir mon style ou ma technique..

J’étais hier à Marseille, ayant pu visiter divers endroits que je ne connaissais pas, comme le quartier du Panier, la cathédrale La Major, les abords du Mucem au coucher du soleil, coucher de soleil sur le vieux port et bien sûr la Bonne mère, d’où la vue est magnifique.. A propos de poésie j’ai croisé pas mal de gens heureux qui chantaient « Lyon, Lyon ! On te bouscule !! » (Bon, j’avoue ne pas être très sûr du dernier mot…), mais c’était sympathique… J’en profite pour saluer Claude qui m’avait fait découvrir sa ville, ainsi que les fidèles de ce blog qui sont dans la région..

En fin de semaine je posterai vos réponses à l’exercice proposé ; peut-être aurai-je le temps de faire ma version..?

N’oubliez pas d’ici là, même dans le froid qui s’installe, et le doute qui fait frémir le pinceau, de garder un peu de poésie et de liberté dans votre aquarelle..

A bientôt !

Une question de Goult

Goult est un charmant village du Luberon, moins connu que ses soeurs aînées que sont Gordes et Roussillon par exemple, mais son calme et ses charmantes ruelles  valent le détour..  J’y ai pris récemment de magnifiques photos, et il n’est pas impossible que quelques aquarelles s’en inspirent dans les mois à venir..

La maison rose, à GoultCette maison rose vient d’être terminée. Certains penseront qu’il manque peut-être un chat ; c’est une question de goût (ou d’équilibre comme dirait Francis Cabrel…). Mais parfois la simplicité ne nécessite pas d’artifice..

La saison d’ouverture de l’atelier étant terminée, je me surprend à des grasses matinées jusqu’à 8 h..! Le contre coup d’une saison fatigante, probablement.. Le bilan est moins bon que l’année dernière, d’une manière générale, mais beaucoup de mes collègues peintres l’ont ressenti aussi..  La conjoncture ? Les gilets jaunes ? Les diverses grèves ou violences qui ont été diffusées à la télé et refroidi d’éventuels touristes ? Qu’importe les raisons, il faut continuer à avancer , cesser de se plaindre et se lamenter.. On a la chance d’habiter un pays merveilleux (que beaucoup nous envient), même si tout n’est pas parfait ; évidement.

La borie en automneVoici une des dernières aquarelles d’automne ; dans l’humide ; une borie apparaît timidement, au pied de 3 cyprès.. Je vais probablement en terminer avec la série automnale et me consacrer aux fruits d’ici Noël.. Vous en verrez bientôt..

Une petite info m’a fait bien rire (ou pleurer, je ne sais plus..) ce matin..  Une association s’est créée à Levallois pour aider Patrick Balkany à payer sa caution de 500 000 €…

Vous avez dit …Indécence ???

Avant de vous précipiter à souscrire pour aider les honnêtes gens de ce pays,………….., vous pouvez aussi voter pour mes aquarelles dans le concours Pratique des Arts (page 8) sur leur site internet..

L’art est une question de goût. On peut être ébloui du premier regard.

Mais le coeur voit bien mieux que les yeux..

C’est toujours la même eau qui coule

Voilà, c’est fini.

L’atelier galerie de Roussillon  vient de fermer ses portes, après une cinquième saison, et ne rouvrira que le 1er avril prochain.  Toutes mes aquarelles sont donc rentrées au bercail, (il y en a une bonne centaine !) et elles seront donc disponibles pour les visiteurs intéressés..   Il est possible que je fasse un week-end portes ouvertes fin novembre ou début décembre à Velleron, mais j’en reparlerai..      L’heure est venue au bilan de la saison, au repos, mais aussi à la montagne d’aquarelles à faire pendant les 5 mois qui vont suivre..   Plein de projets sont en attente, sans parler des huiles, des sujets aussi variés  que des fruits, des vues de Roussillon, des mixtes encre-aquarelle, des grands formats dans le mouillé sur mouillé, des paysages martiniquais, et bien sûr des rivières…

La rivière insolente 30 x 40 cmCelle-ci est la dernière en date. Je l’ai intitulée « La rivière insolente » ; comme le titre de cet article, c’est bien sûr une référence à des chansons de Michel Sardou. Elle court, elle court… Ce n’est pas que la maladie d’Amour, c’est aussi une métaphore sur le temps qui passe, et l’eau, comme le temps, nous glisse entre les doigts…

Ce temps vous l’aurez pour faire l’exercice du mois de novembre ; vous avez jusqu’au 15 pour faire une aquarelle et me l’envoyer par mail. J’ai proposé 2 sujets, l’un plus facile que l’autre. Mais rien ne vous empêche de vous entraîner sur les 2…

Le concours des lecteurs de Pratique des arts est ouvert aux votes depuis mardi ; le thème y est « Paysage tout en lumière » (bien que certains participants me paraissent un peu hors sujet).. Ce sera très difficile d’être parmi la trentaine des oeuvres qui seront élues à paraître dans le magasine . D’une part : il y a plus de 500 visuels à parcourir, des huiles, des pastels, des aquarelles (ce mélange est souvent préjudiciable aux aquarellistes), d’autre part, il y a des pointures qui y participent, comme F. Thienpondt, J. Coutard, L. Goosens, etc…, donc une rude concurrence ..  (A noter aussi la participation de mon élève Jacques Gély avec 2 magnifiques aquarelles)..

Bref, si vous voulez me faire plaisir, vous pouvez toujours voter pour mes aquarelles parmi celles que vous aimerez.. (on peut voter pour plusieurs oeuvres mais qu’une seule fois pour la même peinture). Voici le lien de la page 8 :

http://www.pratiquedesarts.com/votez-formulaire/galerie/index.php?p=8

Je ne suis pas contre le fait de faire voter les amis et la famille, il faut simplement que le numéro IP de votre ordi soit différent..   Certains arrivent à faire voter les morts lors de certaines élections, alors … pourquoi pas un réseaux de sympathisants…?

Bon week-end à vous !

Changement d’ère

Nous venons de passer à l’heure d’hiver, ce changement habituel nous berce encore dans une absence de surprise, où tout est réglé d’avance, et où les petites révolutions de part le monde se doivent de ne pas faire trop de bruit..Même si certains portent le masque de Guy Fawkes ou du Joker, ou d’autres un gilet jaune, qu’importe… Il ne faut surtout  pas réveiller le dormeur. Les habitudes et le consensuel en sont le meilleur somnifère..       Cependant il y a comme une prise de conscience que l’on perçoit, tant sur les inégalités croissantes que sur l’urgence climatique, à croire que les petits écrans qui nous courbent la nuque (et la vision) peuvent aussi nous éveiller quelque part..

C’est un peu pour ça que ma dernière vidéo est sortie rapidement, un peu sans prévenir.. Un mas dans les Alpilles, paysage printanier au milieu de l’automne, il faut croire que le printemps est toujours là, au fond de nous..

Un mas dans les AlpillesVous trouverez la réalisation de cette aquarelle sur You tube ou sur mon site ;  il en existe aussi un time-lapse sur ma page Facebook.

Dans quelques jours je proposerai un nouveau sujet d’exercice ; j’hésite encore sur la photo à choisir ; ce n’est jamais évident de faire le bon choix. Être dans l’ère du temps ou surprendre, sortir de l’ordinaire…Il y a forcément des déçus , c’est pourquoi j’essaye de varier les thèmes..  A suivre le 1er novembre..

Les résultats du salon Lun’Aquarelle hier n’ont guère été surprenants pour la remise des prix ; si ce n’est l’absence de récompense pour F. Thienpondt , les autres dont j’avais cité le nom ont été récompensés. Créhalet, Lapierre-Ibanez, Scafi, Gioan, ainsi que Bernard Camborde dont le travail était très précis.  Une belle réussite que cette expo dont le thème l’an prochain portera sur les fleurs .. Je m’y essaierai sans doute..

Je viens de participer également au nouveau concours de Pratique des Arts sur le thème des paysages tout en lumière.. Dans quelques jours ils ouvriront les votes, j’espère être cette fois-ci dans les 30 premiers, on ne sait jamais… une incongruité comme Trump a bien été élue,  alors pourquoi pas une de mes aquarelles un de ces jours..?   Je reste un éternel rêveur..

Reflets jaunes et bleus (20 x 20 cm)C’est par cette aquarelle inhabituelle que je conclus cet article ; des reflets jaunes et bleus qui annoncent , comme un crépuscule, les derniers jours d’ouverture de l’atelier.. Une ère se termine, une autre commencera l’an prochain, avec des changements car il y en aura en 2020..

« La vie est pleine de surprises et de répétitions.  Osons les surprises pour éviter les répétitions. » (Jacques Salomé)

Toute vie est rencontre

Cela valait le déplacement, l’exposition des Rencontres Lun’Aquarelle à St Sériès était d’une très bonne qualité ; sur les 150 oeuvres exposées  il y avait beaucoup de choses magnifiques, et certains participants étaient habitués à des salons nationaux voire internationaux..

Fernand Thienpondt bien sûr, mais aussi Dominique Gioan, Christine Créhalet, Lessia Scafi, Alain Bidault, Hélène Darmagnac, Amanda Lapierre-Ibanez, ou encore J. Cl. Coustilières faisaient partie de ceux là ; vu le monde au vernissage ce n’était pas évident de bien regarder, en prenant son temps, chaque aquarelle qui le méritait.. J’y retournerai samedi prochain pour la remise des prix et le décrochage ; sans grande illusion car la concurrence est rude.. Je regrette juste la présentation parfois étriquée (notamment de mes 4 aquarelles sur 2 panneaux) et l’éclairage inégal ou insuffisant par endroits, même si je sais qu’organiser un tel événement n’est jamais évident et les bénévoles jamais assez remerciés..

J’ai été très admiratif du travail de Lessia Scafi (3ème photo), quand j’entends qu’elle n’est pas retenue à certains salons je me dis que je suis encore très loin.. J’ai pu discuter aussi avec Alain Bidault (on s’était rencontrés à Barjac en 2014), ainsi que D. Gioan. Sur la 2 ème photo il s’agit de Françoise Delpuech, talentueuse et dynamique aquarelliste cévenole , qui suit ce blog et que je salue..

rencontres sympas à Lun'Aquarelle

Enfin j’ai pu rencontrer (ou retrouver) de sympathiques personnes, fidèles de ce blog, comme Patricia, Jean-Louis, Christian ou encore Monique que je salue particulièrement.. Je suis toujours étonné du monde qui suit mes bavardages sur ce blog d’aquarelliste, j’en suis très flatté, car malgré mes années d’expérience je ne cesse de douter sur la qualité de mon travail..

Moins de 10 jours avant le décrochage de l’atelier de Roussillon ; voici une aquarelle récente que vous y trouverez :

La treille et le pot fleuri (22 x 30 cm)Peut-être une rencontre se prépare t-elle derrière cette porte..?

« Il n’y a pas d’étrangers ici ; seuls des amis que tu n’as pas encore rencontrés ». (W. Butler Yeat)

La brume dans la vallée

Pas de lys en vue dans cette vallée, mais des différentes zones de dégradés et de brumes automnales, qui annoncent les frimas de novembre..

Brumes d'automne sur les Alpes (30 x 40 cm)Ce n’était pas un sujet habituel pour moi, (ni escalier, ni chat, ni cabanon, ni cyprès…!) mais les neiges au loin.. Le spectacle de la nature n’a souvent besoin de rien d’autre, nul besoin d’artifices, simplement prendre conscience de la beauté de ce que la terre nous laisse encore.. Des couleurs, des horizons merveilleux, des odeurs d’herbes et de sols mouillés, le silence (ce luxe inouï) par endroits…     L’aquarelle essaye parfois de rendre hommage à cette  véritable richesse que nous avons.

Je dédie cette vallée à Gérard, en remerciement de sa sympathique visite à Roussillon dimanche dernier..  Plus que 2 semaines d’ouverture de l’atelier jusqu’au 30 octobre ; n’hésitez pas à y faire un tour pendant les vacances qui commencent ce week-end..

Je rappelle enfin que je serai au vernissage des Rencontres Lun’Aquarelles ce samedi 18 h à St Sériès (entre Nîmes et Montpellier).  Près de 40 exposants, 150 oeuvres  exposées, sur le thème des villages et de la montagne.. ouvert les après-midi jusqu’au 26 octobre.   L’essentiel est de participer..

Les commentaires ont été postés concernant vos réponses à l’exercice proposé ce mois-ci. Certaines interprétations étaient magnifiques ;  les « élèves » s’améliorent de semaines en semaines.. J’en suis ravi. Prochain sujet le 1er novembre..

Reflets d'automne au Canada (30 x 40 cm)Cette aquarelle de reflets d’automne au Canada  fut travaillée pendant mes cours ; la photo a été prise avec le plastique protecteur, d’où l’effet de brillance en haut.. désolé. Ce n’est jamais évident de travailler les contrastes rouges et verts dans le feuillage, sachant qu’il ne faut jamais superposer ces couleurs..  Mais ce sont toujours des sujets agréables à peindre..

« En automne, les arbres nous montrent que le lâcher prise peut être beau, et qu’il n’y a pas de raison d’avoir peur, nos racines nous maintiendront.. »

Le bon choix

Ce n’est jamais évident de faire le bon choix.  Quelle aquarelle choisir pour tel ou tel concours ?   A quel moment faut-il mouiller le papier, à quel endroit ? Quel pinceau utiliser…?

Michèle et ses pinceaux Certaines (comme Michèle) doivent regretter de n’avoir que 2 mains et une bouche pour saisir les pinceaux utilisés lors de la réalisation d’une aquarelle..  J’en ai compté 9 sur cette photo.. (Mais peut-être  y en avait-il entre les orteils…)

Personnellement j’en utilise 1 ou 2  ; puis pour les finitions je peux utiliser 2 autres plus fins ou plus rigides.  Le nombre importe moins que la façon de s’en servir, Cao Bei An me l’a démontré l’autre fois.. Bref, quelque soit le matériel, l’essentiel est le résultat. J’en profite pour saluer le travail de Michèle, fidèle élève et lectrice de ce blog..

Pour les rencontres Lun’Aquarelle de St Sériès la semaine prochaine, je ne sais pas si j’ai fait les bons choix ;  mes scènes de villages sont nombreuses, et on en réussit certaines plus que d’autres.. J’ai réalisé cette fontaine de La Roque sur Pernes juste pour l’expo :

Fontaine de La Roque (30 x 40 cm)J’ai accentué le fleurissement. Vous verrez mes 4 aquarelles lors du salon si vous y passez. Le vernissage est le samedi 19 octobre 18 h.

Plus que quelques jours avant la fermeture de l’atelier de Roussillon ; N’hésitez pas à y faire un tour, il y a moins de touristes , on a donc plus de temps pour regarder… Octobre est un mois agréable pour prendre le temps.

La petite bastide (22 x 30 cm)Je vous laisse avec ce petit paysage de campagne provençale.. Je garde le choix de la couleur dans mes aquarelles.

« Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités ». (J.K. Rowling).

Les rendez-vous d’octobre

Du 19 au 26 octobre je participerai (en compagnie de 40 autres aquarellistes) au salon d’aquarelle de St Sériès (34). Petit village situé entre Nîmes et Montpellier.

Lun'Aquarelle 2019J’y avais déjà participé il y a 2 ans sur le thème de l’automne, cette fois-ci le thème concerne les trésors de nos villages et la montagne en hiver..  Il y aura du beau monde, outre Alain Bidault invité d’honneur, Fernand Thienpondt, Lessia Scafi, entre autres feront partie des exposants.. Personnellement j’en mettrai 3 sur les villages et 1 sur la montagne.

En voici 2 qui ont failli y être exposées :

Il manquait sûrement un chat quelque part, c’est pourquoi j’ai choisi d’y mettre le village de Gordes, la fontaine de La Roque (dont vous verrez la photo une autre fois) et une ruelle de village. Bon, après, obtenir un prix est une autre histoire, vu la concurrence il ne reste que l’espoir ou le rêve… (Mes fidèles compagnons !)…

A part ça, le nouveau sujet pour élèves a été posté hier. Il y en a 3. Un pont, avec ou sans cygne, et des fleurs de topinambours.. Il faudra attendre le vendredi 11 à 8 h avant d’envoyer votre photo.   Je ne posterai que les 20 premiers par ordre de réception.

Une dernière image pour finir, celle d’une énième transformation…  Une huile qui représentait le partage des eaux à L’Isle sur la Sorgue ;   n’étant pas satisfait, j’ai fait pousser des herbes et des coquelicots sur l’eau, ajouté des arbres de Judée,  ainsi que 2 cabanons..  Le printemps s’est installé  …

Le printemps est toujours au fond  de nous. Il suffit de le laisser éclore, quand vient le moment…

On peut se rattraper

Il est plus facile à l’huile ou à l’acrylique de rattraper ses erreurs ; peindre par dessus , sans risquer de saturer, est un avantage par rapport à l’aquarelle, où la transparence et la spontanéité doivent être la règle…

Il m’arrive très souvent de retoucher d’anciennes aquarelles (mon passe temps favori), car mes quelques progrès me le permettent, mais depuis que j’ai décidé de réexposer mes huiles, alors là je m’en donne à coeur joie pour modifier complètement certains paysages..(L’avantage de ne pas les avoir vernis..!).. Voici par exemple un ancien paysage d’automne, que j’ai revisité aux couleurs des lavandes :

Les vignes se sont transformées en champs de lavandes, les cerisiers d’automne en oliviers, et puis « abracadabra », l’ambiance change… (à noter que c’est un travail au couteau et au pinceau).

Un autre exemple :

Cette horrible peinture (qui était auparavant une rivière sous les arbres) avait déjà été modifiée.. Cela doit être sa 3éme ou 4éme vie maintenant, avec ces oliviers au crépuscule qui sont apparus, et ce, même si l’on peut apercevoir les reliefs de l’ancienne vie.. Nous vivons avec nos cicatrices, il faut juste l’accepter..

Bref, à propos d’acceptation, j’ai pu constater hier avec la sortie du dernier « Pratique des Arts » qu’aucune de mes aquarelles n’avaient franchi le cap des 30 sélectionnés du concours.. Alors bien sûr j’en ai pas dormi de la nuit,  effondré, j’ai pleuré toute la journée, me disant que j’étais nul, j’ai vidé la bouteille de Champomy, puis celle de cidre (doux, faut pas exagérer…), j’ai jeté mes pinceaux, engueulé mon chat, bref, il fallait bien trouver un responsable de ma médiocrité, et puis… et puis…  Je me suis dit que finalement je n’étais peut-être pas loin.. Que j’étais peut-être 31ème, avec 92 voix, et que même si je n’ai jamais eu aucune parution ni dans Pratique des Arts ni dans L’Art de l’Aquarelle (malgré ma participation régulière à leurs concours) c’est peut-être parce que mon talent leur fait peur..  Que j’étais un artiste incompris..?…   Damned…!

Non, rassurez-vous, je voulais juste vous faire sourire un peu.. J’accorde bien plus d’importance aux rencontres que je fais dans mon atelier, (comme récemment encore), ou aux regards des gens que je touche avec mes modestes aquarelles, qu’à n’importe quelle récompense ou parution dans un magazine..  La vérité est dans le regard, pas dans l’apparence.

Un mot enfin pour vous annoncer le prochain exercice à paraître mardi prochain. Ne blâmez pas vos erreurs, on peut toujours se rattraper…

Regarder, ça n’a rien à voir

Entendre c’est bien, écouter c’est mieux, et c’est pareil pour la vision de ce qui nous entoure, toutes ces choses , ces beautés devant lesquelles nous passons, sans y prêter attention parce qu’elles sont là, offertes gratuitement, et l’habitude (l’endormissement) fait que l’on finit par voir sans regarder..

Et pourtant chaque fleur est un monde, chaque détour de chemin est un univers à peindre, à ressentir avec son âme d’artiste, et qu’importe si le rendu n’est pas parfait, on fait toujours ce que l’on peut..

Être conscient de cela c’est déjà mieux que d’avoir la tête rivée sur son portable à longueur de journée à guetter la moindre notification, le moindre « like », le moindre buzz .. (Je reste effaré par le nombre de jeunes ou de couples que je croise, chacun plongé sur son portable, ou avec ses écouteurs.. Le reste du monde est-il si horrible ?)

Nous voici donc en automne, et si l’on peut être désolé par les incendies qui continuent dans certains pays, (le réchauffement climatique n’est sans doute pas assez ressenti), je préfère percevoir le feu des couleurs automnales qui commencent à poindre le bout de leur nez..

Cet endroit se situe à quelques dizaines de mètres en contrebas du Crestet, où j’ai pris les photos pour l’exercice mensuel. Comme je n’aurai sans doute pas le temps de faire ma version du sujet, vous pouvez voir ici 3 interprétations de ce  même lieu, vu de différents angles (et le dernier avec une technique mixte)..  J’avoue avoir légèrement exagéré les couleurs automnales, mais bon, c’était juste de l’anticipation..

Je voulais aussi en profiter pour saluer Arlette qui fut de passage à la galerie de Roussillon ; elle m’a dit que mon site et mes vidéos étaient bien connus en Suisse, parmi les amateurs d’aquarelle, j’en suis toujours étonné.. Un grand salut donc à nos amis suisses , et belges par la même occasion..

N’oubliez pas d’ouvrir grand les yeux, de contempler ce qui pourrait paraître anodin voire invisible .. La beauté s’y cache parfois…

« Nous croyons regarder la nature, mais c’est la nature qui nous regarde et nous imprègne. »