L’or du soir qui tombe

Une fois n’est pas coutume je vais vous montrer l’aquarelle que j’ai réalisée à partir de l’image proposée en exercice, et ce , avant la fin des envois..      En effet, c’était un sujet difficile ;  les paysages à contre-jour sont toujours délicats à traiter , d’autant plus quand il y a « L’or du soir qui tombe » (Merci Monsieur Hugo..)..  Pas la peine de regarder les voiles au loin (qui peuvent être celles des regrets ou des souvenirs), un jour qui se termine , dans le flamboiement d’un feu de joie, n’est que la promesse du prochain qui viendra..      Il faut essayer d’en garder la lumière en mémoire ; bien plus que toutes photos, que tout selfie, c’est le ressenti de l’instant qui nous touche à jamais..

La fin du jour - 20 x 30 cmDans ce sujet j’ai donc donné plus d’importance aux sensations, à l’ambiance, aux sentiments, plutôt qu’à rentrer dans les détails…   Je ne me suis donc pas embêté avec les vignes à aligner.    Il est parfois plus facile de « cueillir » une certaine lumière que du houx vert et de la bruyère en fleurs…

Le deuxième exercice sera proposé  jeudi ou vendredi . Il sera plus facile, rassurez-vous.. Peut-être un sujet enneigé, j’hésite encore… De toute façon ma vie est pleine de doutes…

La semaine prochaine le stage commencera presque complet ; il ne reste que 2 petites places.  Le travail dans le mouillé est un travail de lâcher prise et d’abandon dans ce que l’on voudrait contrôler ; dans ce genre de sujets, l’échec comme la réussite sont des choses secondaires. C’est toujours l’expérience qui compte, bien avant le résultat.

motivéUn dernier mot pour finir concernant ce blog ; il parait qu’il y a parfois des publicités qui s’insèrent dans mes articles.. Ce n’est pas de mon fait, je ne les vois pas, et j’en suis désolé..

Essayez de garder l’essentiel, comme l’or du soir qui tombe, tout le reste n’est que vacuité…

Publicités

Chabadabada…

Qui se souvient de ce film de Claude Lelouch « Un homme et une femme » datant de l’année de ma naissance (heu… ne cherchez pas dans les années 80 ni 70 , hélas…) ? Il y a notamment une scène mémorable de ce couple qui court s’enlacer, sur la plage de Deauville, avec en fond sonore le fameux « chabadabada » de Nicole Croisille…   Ah …..  c’est beau l’Amour,  ce sentiment qui change une vie,  qui lui donne un sens ou qui la rend belle…    Il paraît qu’il y a des couples qui durent encore de nos jours.. Si si,   je vous l’assure.. même si c’est de plus en plus rare.. Mes parents avaient 65 ans de mariage, et beaucoup de couples « anciens » peuvent se vanter de cette longévité ; maintenant, avec la génération du divorce et du « jetable », cela devient rare, hélas..  Dans quelques années on étudiera peut-être, avec incrédulité,   ces dinosaures qui s’aimaient et/ou restaient mariés tant de longues années..

Après tout, il existe aussi des aquarelles presque parfaites, qu’on ne retoucherait pas..

Si je parle d’Amour aujourd’hui c’est bien sûr parce que c’est la St Valentin..  Et puis pour vous présenter l’aquarelle de cette plage faite en stage la semaine dernière..

La maison en bord de mer (30 x 40 cm)Ce n’est pas cette fameuse plage de Deauville ; le couple d’amoureux ne court pas l’un vers l’autre comme dans le film, mais peut-être sont-ils cachés dans les buissons, à se prendre….en selfie..?         Je ne sais pas où cette image a été prise, sans doute dans le Var, ou en Corse..  Enfin, bref, c’était intéressant de travailler la mer, et la végétation…

J’en profite aussi pour vous remontrer l’aquarelle des façades du village ; après l’intervention insistante du CPCA  (Comité pour la Présence de Chats dans les Aquarelles )- un truc que j’ai inventé bien sûr…     j’ai donc rajouté ces 2 petits félins…                  (« Chat bada bada…?)

avec chats aussi  Certains penseront qu’ils sont de trop, d’autres qu’il manquait effectivement quelque chose… Qu’importe, le choix est fait, et on ne peut pas plaire à tout le monde…

Un mot aussi pour vous dire que les exercices pour élèves commencent demain matin.. Tenez vous prêts…

Je termine par ces 2 visuels pour la St Valentin.. Ils symbolisent bien la génération actuelle, et l’ancienne…

facebook love

aimez des âmes, vous les retrouverez Mais faut-il vraiment un jour dans l’année pour rappeler à l’autre personne qu’on l’aime…?

Qualité vaut mieux que quantité

Nous ne partîmes pas 500 avant que d’arriver au port, il n’y eut point de prompt renfort (cher Corneille), mais en guise de 3000 il y eut 3 stagiaires ; la qualité vaut mieux que la quantité.        Je remercie Claude, Michèle et Isabelle pour leur gentillesse et leur fidélité à ce stage des deux derniers jours ;   nous avons travaillé un bord de mer, mais aussi les façades d’un village..

les façades du villageJe sais,  certains diront qu’il manque un chat quelque part,  « un seul être vous manque et tout est dépeuplé », mais peut-être aussi que ce léger fleurissement suffit… A nous d’imaginer ce que l’on croisera au coin de la rue, ou derrière une porte..

en stageSur cette photo Michèle avait déposé les 32 pinceaux qu’elle avait dans chaque main, ainsi que dans la bouche, (allez,  je taquine un peu…), mais on sait bien que ce n’est pas la quantité qui compte…   Je montrerai prochainement l’aquarelle du bord de mer (dont on voit le modèle à droite) car il fut bien réussi par les élèves..

Vous avez pu remarquer que j’ai ôté l’onglet « Promos d’hiver », sans mouvement depuis 2 mois, j’ai aussi mis à jour les stages, (un nouveau sera prévu le matin du 22 mars à la boutique « Regards » de Martigues), et qu’il reste encore de la place pour celui prévu à la fin du mois sur le thème du mouillé sur mouillé..      Concernant les exercices pour élèves une nouvelle image sera postée dès jeudi prochain.. Tenez-vous prêts !…

A part ça il parait qu’il a neigé (quelques centimètres…) dans certaines régions, provoquant comme d’habitude les grands titres ,  les petites paniques et le bazar sur les routes.. Vous vous rendez compte, de la neige en hiver ??!!

Quand je vous disais que ce n’est pas la quantité qui compte…

Après la pluie…

… vient le beau temps  »  dit-on.  Il faut parfois attendre longtemps, bien longtemps même pour qu’un coin de ciel bleu apparaisse enfin..  On dit aussi  que « La vie ce n’est pas d’attendre que l’orage passe mais c’est d’apprendre à danser sous la pluie.. », on dit bien des choses en somme, et pour réussir des aquarelles il faut également beaucoup de patience et de lâcher prise..

On peut faire des  choses sympas avec les paysages pluvieux, les flaques, les mares.. Le reflet est souvent intéressant. Avec sa permission   je me suis inspiré d’une photo de Patrice de Charleville, de prime abord d’une triste fin d’automne, Photo P. de Charlevillemais  j’aimais bien la courbure du chemin alors j’ai décidé de la rendre printanière par la magie de l’aquarelle..

Je voulais travailler les flaques, les verts différents de cette nature du nord, (c’est à dire au dessus d’une ligne Bordeaux – Montélimar..), il parait qu’ils ont un peu plus de pluie que nous par ici..

Après la pluie (35 x 45 cm)J’ai rajouté un tamaris pour donner un ton rose au centre, quelques boutons d’or à droite, et des touches ça et là pour tenter d’harmoniser le tout à ma « sauce »..   On peut rendre beau les jours de pluie, si on regarde différemment…

Et si votre  aquarelle n’est pas splendide en totalité, il y a souvent quelques centimètres carrés (même 2 ou 3 parfois) où la beauté et les heureux hasards se sont donnés rendez-vous.. Des fusions prodigieuses de pigments, des fondus merveilleux, des auréoles involontaires extraordinaires qu’il serait impossible de faire exprès,  tout ce qui fait         l’ imprévu et le charme de l’aquarelle..

Je termine par cette petite citation d’Hippocrate :

« Le hasard, quand on vient à l’examiner, est reconnu ne pas exister ;  tout n’est qu’enchaînement  de causes et de conséquences. »

Retouches d’hiver

Je profite souvent des mois d’hiver pour revoir ou retoucher certaines de mes aquarelles. Il suffit parfois de quelques fleurs, d’un arbre ou deux,  d’un chat ( !), une silhouette humaine, ou simplement le ravivement de certains contrastes..     Le regard évolue sur ce que l’on fait, on apprend mieux de ses erreurs, et avec le temps , on essaye de corriger ce qui peut l’être..

Pour ceux qui ont déjà vu mon chemin bleu, je trouvais qu’il manquait quelque chose, mais je ne voulais pas mettre de biche (!) cette fois-ci..    Peut-être que les « légères » pluies que la France connait depuis 2 mois m’ont influencé, toujours est-il que j’ai décidé de rajouter des flaques sur le chemin..

Chemin humide dans la forêt bleueAprès réflexion (c’est le cas de le dire !), cela fait penser aux  cailloux que le petit Poucet semait derrière lui pour retrouver sa maison..  Ces flaques reflètent les arbres sur le bord, comme le miroir parfois angoissant de ce qui nous entoure, on peut choisir d’y patauger ou alors de s’amuser à les éviter… C’est un choix.       Il est très facile de se perdre dans une vie d’artiste. Mais j’ai l’impression que ce chemin, comme souvent, mène vers la lumière…

Je suis en train de terminer une aquarelle justement sur des flaques, reflétant des arbres printaniers ; je vous la montrerai bientôt..   Une pensée solidaire à tous les inondés du nord de la France..

Un mot concernant les cours par internet. Ils ont bien commencé et les retours sont très favorables.. Je suis obligé de limiter les inscriptions car je ne pensais pas en avoir plus de 5 ou 6 , et là c’est un peu plus.   Aux prochains intéressés : patientez jusqu’en mars..

Par contre il reste de la place à mes stages proposés en février, notamment les 26, 27, 28. Ce sera sur le thème du mouillé sur mouillé.. Limités à 5 personnes il reste en général 3 ou 4 places.. Contactez-moi..

Concernant les promos d’hiver (que j’ai prolongées ) sur mon site il n’y a pas eu de mouvements depuis plus d’ un mois.  J’ai même songé ces derniers jours à y intégrer une promo Nutella (genre une aquarelle achetée, un pot offert..), vu le succès que les promos sur le Nutella remportent… Mais bon… Je ne peux pas descendre jusqu’à 70 % de réduction,  une aquarelle c’est quand même meilleur pour la santé (si on ne la mange pas !)..

Je termine plus sérieusement avec cette très belle citation de Christian Bobin sur la beauté..  à méditer.. :

« Est beau tout ce qui s’éloigne de nous après nous avoir frôlés. Est beau le déséquilibre profond que cause en nous ce léger heurt d’une aile blanche.  La beauté est l’ensemble de ces choses qui nous traversent et nous ignorent, aggravant soudain la légèreté de vivre..« 

Mon côté fleur bleue

D’après le poète Novalis,  la fleur bleue était un passage entre 2 mondes, l’union du rêve et du monde réel..  L’expression s’est transformée pour désigner quelqu’un de naïf et exagérément romantique..    A peindre des paysages parfois utopiques tant ils sont colorés ou fleuris je me dis que c’est mon côté « fleur bleue » qui s’exprime, et je l’assume totalement..    J’essaye toutefois de ne pas tomber dans le cliché « bisounours » ou caricatural de certaines peintures commerciales ; je fais de mon mieux, à mon échelle, car je me dis que le monde a besoin de beauté pour regarder vers le haut , et si quelques personnes sont touchées c’est déjà une part de fait..

N’avez-vous pas remarqué que les journaux télévisés se plaisent à énumérer le nombre de morts, de blessés, de victimes ? Et si vous n’avez pas bien compris,  les programmes du soir vous parlent  d’enquêtes criminelles , de meurtres, d’insécurité en tout genre.. A croire que le public ne demande que ça..    Et pourtant, il y a aussi du positif ;  de belles histoires, des rires d’enfants, des fleurs sur le bord du chemin.. Elles peuvent être bleues ou d’ autres  couleurs, elles sont aussi là pour nous…

Ce florilège  de fleurs dans les tonalités bleues était une volonté de changer des classiques coquelicots ; les ipomées (que j’avais déjà traitées l’an dernier) offrent plusieurs variétés dans les  roses, les mauves, les violets, mais aussi de bleus intenses comme ceux là..

Nous avons besoin de fleurs dans la vie.   Cette  société qui nous dicte quotidiennement  ce qui est bien et ce qui ne l’est pas, ce qu’il faut dire et ne pas dire, (voire penser), me lasse de plus en plus. On se moque, on juge, on fait le « buzz » , puis on oublie et l’on passe au suivant.. Il y a un certain paradoxe entre ceux d’un côté qui vous poussent à être vous même, à vous révéler (à vous réveiller !), et de l’autre cette chape de plomb de la pensée unique qui vous gronde si vous sortez du rang..

Aïe aïe aïe !! Je crois bien que mon côté « fleur bleue » ne m’a pas empêché de rouler  parfois à 52 km/h au lieu de 50, ou  de manger parfois « trop gras, trop salé, trop sucré », ou même d’oublier de « manger 5 fruits et légumes par jour »…  Et je ne parle pas de ce qui doit se consommer avec modération.. (du cidre Brut… ok J’avoue !!)

Mon Dieu, heureusement qu’il reste la poésie , l’aquarelle, toute création artistique,  ces choses essentielles qui donnent  un peu de  beauté, et  d ‘Amour..

« La mesure de l’Amour c’est d’aimer sans mesure… » (Saint Augustin).

La première marche

la première marcheNous avons souvent peur de nous lancer dans une aquarelle difficile, toujours avec cette appréhension du premier coup de pinceau où l’on tremblerait presque.. Ce premier pas, cette première marche est la plus difficile à franchir, et pourtant c’est le geste le plus important, celui qui donne l’impulsion..  Il faut partir avec cette idée que le meilleur peut être possible, sans craindre les erreurs.    Il me semble que nous faisons tous des erreurs (sans doute parce que nous sommes humains ?) et le pinceau se lance dans la danse de la création, en se moquant bien des règles et des censeurs .. Il serait important de peindre, de vivre, et d’aimer ainsi..

Je voulais vous montrer ces 3 versions différentes d’un même sujet ; une rue en calade.

La première est au brou de noix, la deuxième avec 3 couleurs et un pigma micron, enfin la dernière est à l’aquarelle, classique.. Chacun d’entre vous aura certainement sa version préférée ; mais je pense que chaque version peut avoir son charme, il suffit d’être touché au coeur par ce que l’on perçoit.. Et chacun perçoit les choses différemment..

Le stage prévu en janvier a été annulé, aucun inscrit, par contre ceux de février seront maintenus, et il reste de la place.. Je remercie les personnes qui se sont renseignés ou inscrits aux cours proposés par internet ; certains pourront commencer dès la semaine prochaine.

Je suis en train de peindre une grande aquarelle sur Roussillon depuis quelques jours ; accompagné par Chopin cela est agréable. J’aurais aimé être doué pour le piano, mais ce sera pour une prochaine vie.. Il suffira d’un premier pas, une première marche…

De l’évolution…

Les débuts d’année sont en général propices aux changements, aux résolutions, (aux augmentations aussi hélas…!), bref c’est ce que l’on peut appeler l’évolution..    Je ne suis pas sûr de vous avoir déjà présenté cette aquarelle :

la cascadeJe ne l’ai exposée qu’une fois (et pas à Roussillon), j’y tiens car elle me touche personnellement par rapport à sa date de réalisation, ses différentes transformations et le symbolisme qu’elle représente.    Les biches (ne me parlez pas de Bambi !!) sont arrivées bien après, et finalement je ne pense pas les remplacer par un rocher.. J’assume ce côté « naturaliste » et naïf sur cette aquarelle.  Certains instants de vie comme celui là sont beaux, même s’ils ne durent que trop peu,  après,  le chasseur (comme dans Bambi) prend les apparences qu’il veut… Et la vie continue.

« La plus belle vie est celle qui exprime ce que la vie a de beau » (C. Bobin)

Un mot concernant la biennale d’aquarelle de Rochemaure  ; j’ai appris que son ancien président organisateur, M. Rabault, avait démissionné et ne s’en occuperait plus. Même si son travail d’organisation fut remarquable je n’oublie pas qu’il m’avait insulté  en décembre 2016 (voir blog). La biennale aura lieu début juillet avec des invités excellents, j’espère avoir le temps d’y aller voir..  Et peut-être que dans un an et demi je tenterai d’envoyer mon dossier pour espérer y participer enfin.. Qui sait ?

Pour terminer, un mot concernant les stages  :  celui du 24 et 25 janvier n’ayant à cette heure aucun inscrit, j’attends encore ce week-end avant de l’annuler. Il reste de la place en février.

Concernant les cours par internet, ça y est ! Le règlement et la fiche de renseignements sont prêts. Ce sera une formule (renouvelable éventuellement) avec 4 corrections personnalisées. Les tarifs seront de 1000 € le commentaire…… (Bon, pour ceux qui ne sont pas partis en courant …c’est une blague  bien sûr..), les vrais tarifs seront indiqués sur le règlement que j’enverrai à celles et ceux qui seront intéressés.    Je précise également que les exercices gratuits sur mon site, continueront..

L’évolution c’est aussi de s’adapter à la demande ; à l’air du temps…

L’inattendu

L'inattenduHé oui, « ne rien attendre sinon l’inattendu… »         Jusqu’à hier matin je ne pensais pas pouvoir proposer une nouvelle vidéo de démo aquarelle ; et puis les relances régulières de fidèles abonnés sur You tube, la disponibilité miraculeuse de mon fils pour tourner et monter la vidéo, l’idée d’un sujet fleuri et printanier , et donc 5 mois après , voilà que l’impossible fut rendu possible…   Nous avons même pris  le temps d’en tourner une deuxième d’avance dont je vous parlerai une autre fois.         Voici une photo de l’aquarelle réalisée :

La glycine (36 x 48 cm).JPGUne ambiance ouatée, dans le mouillé sur mouillé, où l’on aimerait bien aller toquer à la porte…  La vidéo sera disponible cet après-midi ; une deuxième version plus courte (en time-lapse d’une minute) sera également mise en ligne, pour les plus impatients…        Un petit mot concernant mes vidéos à l’aube de 2018 :

  • Plus d’1 million 300 000 vues (sur l’ensemble des 35 vidéos) – depuis 2013 –
  • Plus de 7400 abonnés
  • 6 vidéos à plus de 50 000 vues
  • 3 vidéos à plus de 100 000 vues                                                                                         Pour les indiscrets les revenus obtenus l’année dernière avec ces vidéos ont à peine représenté un peu plus de 200 €..  Je l’avais déjà dit ici, mais cette communication a plus un but didactique que commercial. Et mon fils Valentin  détient en grande partie les clés de la réussite de cette aventure..             Concernant les retombées sur mon site, même si les visiteurs sont réguliers et nombreux, mes stages sont rarement complets (malgré le peu de places) et les ventes d’aquarelles par internet , sur une année, se comptent sur les doigts de la main..   La seule chose intéressante est la visibilité de mon site (et de mes images) sur le net, quand on recherche sur l’aquarelle.. C’est déjà ça..                                                                                                         Il reste de la place pour les stages proposés, contactez-moi ; Concernant les exercices gratuits pour élèves sur mon site, après plusieurs demandes de cours par internet, j’étudie une formule à proposer où certains pourraient recevoir des exercices et des commentaires plus longs et plus techniques..     C’est pour le moins inattendu, mais je vous tiendrai au courant bientôt … !

Evidemment

… »Y a des silences qui disent beaucoup, plus que tous les mots qu’on avoue.. c’est peut-être un détail pour vous mais… ce tout petit supplément d’âme, cet indéfinissable charme, cette petite flamme… c’était France Gall..     Je voulais juste lui rendre un discret hommage car j’aimais beaucoup certaines de ses chansons (déjà évoquées sur ce blog) ; qu’importe si elle n’aura pas de funérailles nationales comme Johnny,  les paroles de leurs chansons resteront tout autant en nous ; et pour longtemps..

J’ai prolongé mes « Promos de décembre » en « Promos d’hiver » sur le site ; il se peut que je rajoute des images de temps en temps ou que je baisse certains prix.. La période hivernale est plus difficile financièrement mais les charges restent les mêmes..                 Aussi ai-je rajouté une autre date de stage début février (le 7 et 8) ; il reste bien sûr de la place ; j’annulerai des dates si le nombre d’inscrits  n’est pas suffisant.

Oliviers au pied du Ventoux (30 x 40 cm)Ces quelques oliviers au pied du mont Ventoux, c’est un peu Ma déclaration à la beauté du monde,  quand on Résiste à l’hiver, quand on Débranche, et que l’on réalise que Donner pour donner c’est la seule façon d’aimer..      N’oubliez pas non plus ces paroles de Cézanne peint :  « Il laisse s’accomplir la magie de ses mains…Et il éclaire le monde pour nos yeux qui n’voient rien… »

Quelque que soit notre niveau, essayons tous de peindre ainsi…