Mieux vaut en sourire…

Après le rugbyman Dominici mardi, puis le footballeur Maradona hier, on se demande à qui le tour maintenant.. J’avoue avoir craint pour ma vie, étant un grand tennisman (très connu…à Velleron) je me suis dit que je pouvais être le prochain et que ma carrière allait être étalée dans les médias, mes performances en 3ème série depuis plus de 30 ans allaient peut-être éclipser mes petites aptitudes à l’aquarelle..  Bon,  j’espère que dans ma nécrologie ils ne parleront pas de mes excès de Champomy ou de mes relations douteuses avec le caput mortum ou le green gold..   Chacun ses côtés obscurs… chuuut ! (ça reste entre nous…)

Le confinement de novembre est plus difficile que celui de mars-avril, sans doute parce qu’on espérait en finir avant de replonger, et que les jours qui raccourcissent, le froid, la grisaille, ne sont pas aidants comme les fleurissements du printemps..  Heureusement, les annonces du président  mardi laissent augurer un desserrement de « l’étreinte des contraintes », avec la réouverture des commerces, des cinémas (le 15), même s’il faudra attendre encore pour les restaurants et bien sûr garder la prudence..

Les coiffeurs vont semble-t-il pouvoir rouvrir, ce qui est vraiment essentiel pour une personne comme moi.. (Pour ceux qui se souviennent de mon article du 3 avril dernier).. Bon, je me suis amusé à une autre photo similaire, sauf que ce sont de vrais cheveux cette fois-ci..

Craquage confinement..  Vous pouvez y voir un mélange de Jean-Paul Rouve dans les Tuche, Polnareff ou encore Brice de Nice, mais bon, le but est de vous faire sourire.. (J’espère vraiment que cette photo ne se retrouvera pas dans ma nécrologie.. là aussi, ça reste entre nous…)

Bon, plus sérieusement,  même si je me suis mis un peu plus à  l’aquarelle ces jours-ci je ne pourrai rattraper plus de 100 aquarelles de retard par rapport à l’an dernier.. Ce n’est pas grave, la vie n’est pas une question de quantité, mais de qualité..  Le stock de ma production est là en hibernation, attendant les jours meilleurs du printemps prochain (ou les ventes par internet, onglet « Petits formats »)..

Les exercices pour élèves continuent la semaine prochaine, le 1er décembre, avec un nouveau sujet. A ce propos, il y en a  qui m’ont demandé pourquoi je ne proposerais pas une participation financière , même symbolique, aux élèves (au vu de la situation économique exceptionnelle).. Je réponds que si  je fais ce métier c’est que l’argent n’est pas ma motivation première ; (tant pis pour la Ferrari !) ; les choses gratuites, le partage, apportent paradoxalement bien plus de richesse et de satisfaction que l’argent lui même..        Bien sûr, si les choses ne s’améliorent pas l’année prochaine et que j’en viens à consulter la page Google « Comment cuisiner un chat », à ce moment là je réétudierai la question…

Je voulais terminer par ces quelques fleurs, ces roses, en dédicace à Françoise (qui se reconnaîtra) :

Même en novembre, essayons de  cueillir chaque jour comme une rose différente, de couleurs et de parfums différents.. Ce sont là les choses vraiment essentielles…

A bientôt !

 

The (Black) groundhog day

Pas de Black friday prévu la semaine prochaine.. Tant mieux.  L’heure n’est plus à la (sur)consommation inutile et irresponsable, surtout quand la planète s’essouffle de ce mode de vie destructeur qu’elle supporte de moins en moins bien..  Un des seuls avantages du confinement avait été ce petit répit accordé à la nature, cette prise de respiration (et de conscience) pour se remettre un peu, mais il en faudrait davantage , ou une autre façon de vivre, pour ne pas dégrader la maison dans laquelle nous vivons tous..

Cette fête de la consommation et des soldes, ce Black friday qui rend fous certains au point de se bousculer pour acheter le moindre produit en promo devrait nous faire réfléchir sur notre façon de consommer.. Est-ce que cela peut durer longtemps ? Et à quel prix ?

L’art est rarement lié à ce genre de folie consommatrice ; mes aquarelles sont en vente, effectivement, mais je ne peux me permettre de faire des soldes ou des prix cassés.. J’essaye toujours de donner le juste prix à mes créations, entre le temps passé à les faire, l’expérience acquise, les frais inhérents minimums et incompressibles, il n’est pas facile de descendre très bas. (Ou alors vous pouvez aller chez Ikéa chercher des reproductions)..    C’est la différence entre des pièces uniques (peintes avec la main et le coeur) et des produits en série..

The groundhog day (Le jour de la marmotte) est le titre original du film « Un jour sans fin« , avec l’excellent Bill Murray.. J’en avais déjà parlé sur ce blog, me semble t-il ; c’est l’histoire d’un homme coincé dans une boucle temporelle, le forçant à vivre indéfiniment la même journée..                Si j’en parle aujourd’hui, c’est qu’avec le confinement il y a une forme de similitude dans la façon dont se déroulent les jours.. Souvent un peu les mêmes, au point que l’on se demande quel jour on est..   Dans le film, le héros finit par se servir de ces jours inlassablement recommencés pour s’améliorer afin de séduire au mieux celle qu’il aime..   C’est une parabole très intéressante sur notre vie sur Terre, finalement. Les jours passent, beaucoup se ressemblent (surtout avec le confinement), et il faudrait essayer de s’en servir pour s’améliorer, quelque soit le domaine, pour être meilleur..   C’est une opportunité pour progresser à l’aquarelle, par exemple..

Au vu de la participation , nombreuse et rapide, aux exercices pour élèves, j’en déduis que beaucoup d’entre vous prennent ce temps pour peindre, et c’est très bien.. Figurez-vous que moi aussi j’ai pris le temps cette fois-ci de faire ma version des sujets :

  Voici le vieux porche de Ste Jalle.

Et puis voici les sous bois en automne, après la pluie :

J’ai travaillé dans le mouillé, et à la fin j’ai décidé de rajouter quelques traits de lumière..  Car, quelque soit la période, dans mes peintures ou dans la vie, la lumière est toujours présente. (Notamment dans le coeur de certaines personnes qui nous accompagnent sur les chemins d’automne..).

J’ai aussi peint 2 brous de noix, ainsi qu’un petit olivier en automne..

Comme quoi la vie est de nouveau en marche..!

Je voulais dédier ces aquarelles à Nicole, Gérard, Elisabeth, Jacques, Christiane, Thérèse, en remerciement de leur gentillesse..

Portez-vous bien, et à bientôt !!

 

Sur le bord du chemin

On peut être laissé sur le bord du chemin.   Quand le débat s’agite sur ce qui est essentiel ou qui ne l’est pas, cela mène à des choix , des tris , et il y a parfois des laissés pour compte , sacrifiés sur l’autel du principe de précaution ..

La vie est un chemin ; quelque soit sa longueur , on apprend à éviter les cailloux  (ou à les utiliser pour construire de belles choses), on peut s’émerveiller aussi des beaux paysages que l’on traverse..  On peut aussi faire de belles rencontres sur le chemin, des gens qui vous aident, vous accompagnent, pendant quelques mètres ou kilomètres.. ça dépend. Ce n’est pas la durée qui compte, mais l’intensité.

Cette petite métaphore est pour remercier ces personnes (qui se reconnaitront) qui ont fait preuve de solidarité et de générosité pour aider des artistes comme moi, victimes collatérales des retombées économiques du covid 19..

Cela ne fait que depuis quelques jours que mon onglet « Petits formats » est mis en ligne, et j’ai déjà eu quelques commandes.. Un grand Merci !!  C’est une aide bien précieuse, et qui donne de l’espoir..   Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, les petites joies font le soleil de novembre, et la perception d’un meilleur avenir..

N’hésitez pas à  consulter régulièrement cet onglet puisque je le mettrai à jour au fil des commandes et de mes créations..  La dernière en date est cet olivier..

  Sur le bord du chemin, bien sûr.. La beauté et l’ombre d’un arbre sont des cadeaux quand il fait trop chaud sur la route.. Les petites fleurs sont là aussi pour montrer les beautés discrètes..    Cette aquarelle sera placée avec les autres formats à 90 € disponibles en commande..

C’est aussi aujourd’hui que j’ai posté 2 autres sujets d’exercices pour élèves. Cette fois les photos ne sont pas de moi ; (Merci à Daniel et à Patrice).. Je n’ai pas encore pris le temps de peindre les sujets proposés ; peut-être que le confinement favorise la procrastination sur ce genre de chose.. Je me dis que j’ai le temps, alors je fais autre chose, et le temps passe..   Bon, je vais essayer de me rattraper..

Pour sourire un peu, j’ai vu que certaines professions n’hésitaient pas à poser nu dans leur atelier pour dénoncer les effets économiques dévastateurs du covid sur leur activité.. (Fleuristes, coiffeurs, etc..).. Histoire de symboliser le dénuement dans lequel ils se retrouvent.. J’avoue que l’idée de poser nu dans mon atelier aurait peut-être boosté la fréquentation de mon site.. Mais bon,  même si ça ferait plaisir à ma voisine de 82 ans, je ne suis pas prêt à tout pour faire le buzz (et je n’ai pas – ou plus-  la plastique d’un rugbyman ou d’un pompier..)..  Désolé. Je m’en tiens à ce petit blog  aux billets d’humeur, qui ne se prend pas au sérieux..

Pour terminer , toujours dans un sourire, ce petit clin d’oeil aux professions non essentielles dont je fais partie..

J’adorais les histoires de Martine quand j’étais jeune.. Les détournements des titres sont très nombreux depuis quelques années ; celle-ci me semblait d’actualité..

A bientôt !

Essentiel dégagé

Pour se déplacer maintenant il faut une attestation dérogatoire, qui nous autorise à aller faire des courses, (essentielles), travailler (si le télétravail n’est pas possible), ou encore aller à un rdv médical.. Quelques autres motifs sont aussi tolérés, mais il est clair que celui de se déplacer dans l’atelier d’un artiste (ou une librairie) n’est pas quelque chose d’essentiel.. Quel dommage !!

La culture est pourtant ce qui nous élève, tout comme l’Art est capable de nous transporter, et d’apporter un bien-être indéniable à l’humain, surtout en cette période confinée.. Mais bon, c’est ainsi.. « Dura lex, sed lex » (vous chercherez la traduction latine..).       J’ai quand même trouvé cette « Attestation de déplacement pour aller visiter un artiste« , complètement « fake » et officieuse, certes, mais un peu d’humour décalé ne fait pas  de mal..

Il y aurait effectivement plein de raisons de se déplacer pour voir un artiste. L’essentiel nous relie au coeur. Et l’on ne peut contraindre un coeur par des restrictions ou des interdictions… N’est ce pas ?

Enfin, je reste docile et sage ; pour rester dans la loi, j’ai juste ouvert une nouvelle page sur mon site, nommée « Petits formats« .  On y trouve des photos de mes aquarelles (photos parfois regroupées pour prendre moins de place) au prix de 40, 60 ou 90 €, des petits prix donc, pour des petits formats qu’il est possible de réserver. Paiement par chèque ou virement, expédition rapide en colissimo suivi.. Je sais que nombre d’entre vous possèdent déjà des aquarelles (à commencer par les vôtres), mais parlez-en si vous avez des amis que cela pourrait intéresser. C’est un cadeau original pour les fêtes. (On ne sait pas encore comment elles se passeront..).. Cet onglet sera mis à jour régulièrement (avec des nouveautés sans doute), et restera ouvert jusqu’à fin mars 2021..  Il faut dire qu’avec la suspension de mes cours et avant la réouverture de la galerie c’est mon seul revenu de l’hiver.    Nous verrons bien..

Les nouvelles ne sont pas si mauvaises. « Ciel dégagé.. »    Un vaccin se profile.. Et ce n’est pas une mauvaise chose non plus que certains personnages semblent dégagés de la scène internationale.. (Même si je ne suis pas dupe ni aveuglément enthousiaste sur la relève.., bref…). Wait and see..

Avec ou sans ciel dégagé, la vie continue.. Voici une aquarelle, la seule peinte en novembre pour l’instant :

Il s’agit de Notre Dame d’Aubune (à Beaumes de Venise) en automne.. C’est le même sujet que je traitais avec certains élèves avant le confinement, mais pas la même photo..

Vous avez été très nombreux et rapides pour le premier exercice de novembre. Les commentaires ont été postés. Le prochain sujet sera affiché dans 5 jours..

D’ici là, prenez soin de vous.. Un grand merci pour vos messages si sympathiques..

Déraison d’espérer

Faut-il y croire encore ?

Je ne suis pas sûr d’avoir raison dans ce que je pense, mas je reste effaré par ces dizaines de millions d’américains qui voudraient réélire Trump 4 ans de plus à la maison blanche.. Parmi eux, des créationnistes, des platistes (qui croient que la Terre est plate), des climatosceptiques, des complotistes, tout aussi aveugles que ces fanatiques prêts à tuer des « mécréants » ne respectant pas leur religion.. L’espoir est difficile quand on voit cela.   Notre petite planète doit se consterner de ce flot d’ignorants qu’elle porte dans ses bras..

Pas facile de se concentrer sur sa peinture avec ce qui se passe dans le monde, et en France de nos jours. Il le faut bien pourtant..  Mon petit univers d’aquarelliste semble bien dérisoire à côté ; j’ai pu dresser rapidement un bilan de la saison 2020 à Roussillon : moitié moins d’oeuvres vendues, moitié moins d’aquarelles peintes également..   Famélique..!    Sans oublier les mois de cours supprimés (mars, avril, mai, novembre, et peut-être décembre), bref, ce n’est pas cette année que j’achèterai ma nouvelle Ferrari..   Tant pis. Ma Clio me suffit pour l’instant (même si le changement de courroie de distribution est à prévoir.. Après les URSSAF, encore des frais…)

Mais sinon, tout va bien.. La santé est là, ainsi que celle de mes proches, ce qui m’est essentiel..  Je regrette de ne pouvoir aller au cinéma, ou de jouer au tennis, ou d’aller marcher en pleine nature, mais c’est ainsi.. Novembre confiné me permet de ranger mon atelier , et mes aquarelles y sont disponibles pour d’éventuels cadeaux de Noël.. Bon , c’est vrai que je n’ai pas le droit de recevoir du public ces temps-ci, mais peut-être qu’en vendant 2 ou 3 arbouses  ou quelques noix de mon jardin, je pourrais « offrir » une aquarelle avec…(?) Que n’est-on pas prêt à faire pour s’en sortir !!

Bon, je plaisante bien sûr..  Plus sérieusement il reste la possibilité de commander par internet. Mes formats entre 40 et 90 € feront l’objet d’un nouvel onglet prochainement sur le site..   On ne sait jamais..

Le rangement permet de retrouver d’anciennes aquarelles (quelle horreur parfois !), des articles de presse, des diplômes, des coupes ou des trophées divers récompensant des prix lors d’expositions.. A part prendre la poussière et flatter l’égo, je ne vois plus trop l’intérêt de  garder ces babioles.. L’importance de certaines  choses devient relative, tout comme l’automne perd ses feuilles..  Le cycle des saisons..

Le confinement a fait aussi que vous êtes très nombreux à participer aux exercices pour élèves.. Je manque parfois de temps pour tout gérer, mais je voulais remercier tous ceux dont j’ai reçu des mails ces derniers jours, d’une grande gentillesse.. C’est une vraie richesse que sont vos encouragements en ces temps difficiles. Je prendrai le temps de vous répondre..(idem pour les cours par internet)..

Pour vous, je dédie ces 2 aquarelles, très différentes dans leurs teintes :

La première pour vous prouver que tout n’est pas gris dehors (comme d’habituuudeee..) mais que l’on peut voir la vie en bleue…ou en rose.. La deuxième est travaillée aussi dans le mouillé sur mouillé..

Alors que les votes ont une importance dans certains états en ce moment, je voulais aussi vous inviter à voter pour mes aquarelles de rivières sur le concours de L’Art de l’aquarelle.

http://www.lartdelaquarelle.com/votez-formulaire/galerie/index.php?p=5&fbclid=IwAR0x_dtCs97NxEjCMf0sbu9iFGVM5O1-9NylqTC_yJXkqo7DpvPYFkLr-t4#250

Je remercie infiniment celles et ceux qui l’ont déjà fait, via Facebook ; il y a plus de 150 participants (dont Nicole Landrieux, et D. Delaunay, participants à mes exercices, pour lesquels je vous invite à voter également), et plus de 440 visuels..  Il y a des choses magnifiques, des aquarellistes déjà réputés ou qui interviennent dans les magazines, mais aussi des choses très moyennes.. Beaucoup de portraits également ; ceux de Mireille Fayollet auraient mérité leur place..

Bon, j’ai été assez bavard aujourd’hui..  Désolé, ça doit être le confinement.. Je vous laisse avec cette citation de Jacques Brel, sur ces petits soleils dont on a tant besoin en novembre..

Prenez soin de vous..

Atone

Même si l’on s’y attendait, même s’il y a peu de surprise, cette annonce de re confinement est un coup supplémentaire à une année déjà difficile.. La galerie de Roussillon ferme donc ses portes ce soir ; un peu plus tôt que prévu. Vu le mois déplorable que nous passions ce n’est pas si grave ; ce qui l’est plus c’est la suspension de mes cours de peinture hebdomadaires (à Velleron et Pernes notamment), qui me permettaient de (sur)vivre en hiver..  Cela va être difficile, mais je relativise toujours ma situation à celles d’autres (et d’autres professions) bien plus en péril que moi..

Ce n’est pas tant l’épidémie qui fait des ravages. C’est la peur et l’ignorance.

Je suis atterré par le comportement de ces gens qui vont se ruer dans les supermarchés pour remplir leurs caddies de papiers toilettes, conserves, pâtes, etc… A croire que les leçons du passé ne servent à rien..

L’automne se dénude progressivement de ses couleurs chatoyantes, comme il semble se dénuder de certaines lettres jusqu’à me rendre atone.  (Sans tonus). Cette énergie créatrice a du mal en ce moment ; mes aquarelles souffrent de ce climat pessimiste que les médias nous renvoient sans arrêt..    Malgré tout, je vous envoie cette vision d’automne , car c’est toujours la recherche de la beauté qui nous élève dans les moments difficiles :

Un travail dans l’humide, en grande partie..  Les couleurs magnifiques de la campagne en ce moment ont été pour beaucoup dans cette inspiration..        Je vous mets aussi ces 2 dernières aquarelles sur ce même thème :

Il y a dans l’automne ce sentiment de ce qui fut et qui ne sera plus. Une expression de notre vie humaine. Des feuilles colorées, qui s’attachent désespérément à leur branche, en résistant le plus longtemps possible au vent et au froid, avant de s’envoler.. Inévitablement.

Virus ou pas, le dénouement est le même. La vie est ainsi faite, des bourgeons du printemps jusqu’aux dernières feuilles d’automne..   Sans que l’on réalise ou que l’on s’en étonne..

Réjouissez-vous ! Vous allez, (nous allons) , rester à la maison confinés pendant au moins un mois, et , bonne nouvelle ! Nous pourrons nous adonner à l’aquarelle en toute liberté…    Le prochain exercice sera proposé dès dimanche sur mon site, et il y en aura 2 en novembre..

Comme j’aurai du temps je compte préparer une chorégraphie sur la musique « Jerusalema » que je présenterai à la fin du confinement.. (il faut envisager des pistes de reconversion…. ).. Bon, si vous voyez que fin novembre je poste une vidéo sur You tube de moi dansant le twerk, c’est que ça ira vraiment mal…    N’y croyez pas…

Gardez le sourire, dansez ou peignez.. La vie est belle malgré tout !

A bientôt !

Changement d’air en Camargue

Respirer… (S’) inspirer…

En ces temps où les mesures de couvre-feux, voire de confinement, se réinstallent progressivement, je vous emmène faire un tour en Camargue..   Cela fait du bien de changer d’air, avant de changer d’heure (demain soir), et en espérant un changement d’ère  pour un avenir meilleur sur cette petite Terre que nous partageons tous…

Les beautés de la nature se cachent dans le calme de la Camargue, dans les couleurs du ciel qui se reflète dans l’eau, dans l’envol des flamants, dans les chevauchées des camarguais épris de liberté..

Je vous avais déjà montré une aquarelle de flamants il y a quelques semaines, j’en ai fait une seconde version, plus grande cette fois :

J’en avais fait une autre (en commande) avec des taureaux, des chevaux, des oiseaux, des roseaux, et de l’eau, bien sûr.. (ça fait beaucoup de « au »…), mais je n’ai plus la photo (poil au dos).. Désolé.    Du coup , j’ai fait cette version de l’envol des flamants :

A ceux qui me posent la question si je peins directement sur le motif, je peux vous dire que ce soir là  j’ai dû faire très vite, les pieds dans l’eau, à saisir le battement d’ailes, le placement des pattes et des éclaboussures , mettre les bonnes couleurs, etc.. etc..  Ah c’est dur la peinture en plein air….!                 Bon, si vous m’avez cru c’est que vous regardez trop la télé..

Cette autre aquarelle est un hommage à l’heure exquise.. Celle de la fin du jour et des couleurs rosées qui embrassent l’eau, les roseaux, et la sérénité des flamants..

Il est probable que je tente une seconde version de ce sujet, avec un ciel plus mouillé..  Le sujet était inspirant en tous cas. Je le dédie à certaines personnes parmi mes élèves qui le travaillent en ce moment..

Dans presque une semaine la galerie de Roussillon fermera ses portes. Les temps sont durs (mais nous ne sommes pas les seuls) ; sur ce mois d’octobre les journées à 2 ou 10 € de ventes sont fréquentes, mais quand il arrive une vente à  40 €, alors là, on est à deux doigts de déboucher une bouteille de Champomy..!!!    C’est une question de clientèle, qui n’est pas la bonne en ce moment ; et il arrive toujours que des gens trouvent cher ce que d’autres ne trouvent pas assez .. Le juste prix est toujours une variable qui a ses impératifs ..

Il est probable que le mois prochain j’ouvre un nouvel onglet sur ce site avec des visuels de mes petits formats (40, 60, 90 €), histoire de vendre possiblement par internet, en vue de Noël par exemple..

D’ici là, respirez bien, expirez, inspirer… et surtout gardez le moral !!

Les illuminés de l’obscurantisme

Je suis enseignant

Mes parents (qui se sont rencontrés à la Sorbonne à Paris, il y a bien longtemps) étaient profs de lettres (Français, Latin, Grec).. Ils auraient bien aimé que je sois prof d’Arts plastiques, dans un collège ou lycée, un peu comme eux, ou au moins pour avoir la sécurité de l’emploi..  Même si cela aurait pu se faire, le destin en a décidé autrement ; L’école des Beaux-arts devait être une première étape, hélas,  coupé par le service militaire, je n’ai plus eu le même élan en 4ème année..     Ma vie a pris un autre chemin. Un mariage, des enfants…   Mais la rivière peut faire maints détours, elle arrive toujours à la mer..  Au bout du compte , sur les chemins de la vie d’Artiste, je me suis mis à enseigner les arts plastiques. Cela fait plus de 22 ans maintenant.. Pardon papa et maman, j’espère que vous n’êtes pas déçus de moi.. Ce ne fut pas dans un collège ou un lycée, mais dans des MJC..

Je suis enseignant

C’est bien sûr par solidarité avec la mort de ce prof que j’ose afficher cette petite phrase, comme il y a 5 ans avec Je suis Charlie.. Ce n’est pas tant que je soutienne les caricatures religieuses, tout comme le respect des croyances de chacun, mais je suis effondré par ces abysses d’intolérance et d’ignorance mélangées.. Ce fanatisme moyenâgeux (quel qu’en soit l’origine) où dans ce profond obscurantisme arrive à ressortir des assassins illuminés.. Cruel paradoxe..

L’aquarelle est l’art de la lumière, et la réussite d’une oeuvre dépend de son mariage, son harmonie , avec  les zones d’ombres qui la composent..   Trop de lumière rend aveugle. Trop d’obscurité aussi..

Je ne suis pas grand chose ; petit aquarelliste, j’essaye d’aider ceux qui cherchent à progresser dans cette technique.. Tout en essayant de vivre de ma peinture. C’est difficile parfois, mais je ne regrette pas ce choix.   La vie est un chemin , bordé d’ombres et de lumières.. Cette aquarelle récente en est un peu le symbole :

J’ai pris du plaisir à retravailler sur du papier Canson Montval, pour changer un peu de l’Arches habituel..

Mon prochain article sera sur la Camargue ; j’en termine en ce moment, avant de travailler sur l’automne..     Le temps qui m’est donné m’a aussi permis d’écrire mes commentaires sur vos exercices d’aquarelles.. Ce n’est que mon avis, n’oubliez pas, et ce n’est pas parole d’évangile.. (J’espère que je ne recevrai pas de menaces quelconques pour avoir un jour déçu un aquarelliste amateur demandant conseil.. On ne sait jamais…)

Plus que 2 semaines avant la fermeture de l’atelier de Roussillon. Il est difficile de faire pire que depuis un mois, mais tant qu’il y a de la vie…On y croit…

Je vous laisse avec ces paroles extraites de la chanson de J.J. Goldman « Il changeait la vie »..   Paroles qui collent parfaitement à l’actualité..

C’était un professeur, un simple professeur
Qui pensait que savoir était un grand trésor
Que tous les moins que rien n’avaient pour s’en sortir
Que l’école et le droit qu’a chacun de s’instruire
Il y mettait du temps, du talent et du cœur
Ainsi passait sa vie au milieu de nos heures
Et loin des beaux discours, des grandes théories
À sa tâche chaque jour, on pouvait dire de lui
Il changeait la vie
A bientôt (dans la lumière des sourires…) !

 

 

 

 

 

 

Dans les lumières d’octobre

Tout ne va pas pas si mal.. J’ai enfin vendu une aquarelle à la galerie ce week-end. Au bout de 11 jours, certes, mais c’est celle qui s’intitulait « La promesse de l’aube ».. Tout un symbole..  C’est surement un signe, comme la vie nous en envoie souvent, pour insuffler un espoir, une raison de voir du positif..

Du coup j’ai renoncé à bloquer les rues de Roussillon avec mes pinceaux et mes feuilles.. (A l’instar de certains forains qui ont bloqué des routes avec leurs camions  pour protester contre les mesures qui détruisent leur activité..). Bon ; ça n’a pas marché..  A l’instar de certains , j’ai aussi pensé aux feux d’artifices, pour impressionner et attirer l’attention.. Mais bon, là aussi , ce n’est pas ce genre de lumières que l’on attend en octobre.. Celles que l’on perçoit dans les arbres, dans les champs de vignes qui commencent à rougir, dans les nuages et les ciels à la fin du jour ont tellement plus de beauté et de sens que le reste paraît bien dérisoire..

Je me suis décidé à m’inscrire sur la liste des artistes professionnels d’Avignon et sa région. On ne sait jamais, si cela peut toucher quelques potentiels futurs acquéreurs.. Voici le lien sur leur site :

Liste des Artistes

J’y ai mis des photos de mes aquarelles les plus « contemporaines » ; mais je ne renie pas mes autres sujets pour autant..    Concernant le concours de L’Art de l’aquarelle, ce sont des rivières que j’ai sélectionnées ; les votes seront permis en novembre, je vous en reparlerai..

Concernant les exercices pour élèves, j’ai eu (forcément) le temps de peindre cette fois-ci.. Même les 2 sujets . Voici le premier :

 

 

 

 

 

 

J’ai remplacé les poteaux par des cyprès, travaillé le feuillage du gros arbre à  l’éponge, et rajouté des touches printanières.. La lumière d’octobre s’est transformée en lumière de printemps..

 

 

 

 

 

 

 

La petite ruelle de Bonnieux est devenue plus fleurie ; un chat s’est invité aussi..(Bon d’accord, il est un peu noir, mais j’avoue que par paresse je ne prends pas le temps pour un autre pelage..). Je ferai des efforts la prochaine fois..

Je ne sais pas de quoi seront faites les vacances de Toussaints , si les gens pourront ou non se déplacer ; quoi qu’il en soit, l’atelier galerie restera ouvert (si c’est autorisé) jusqu’à la fin du mois..  Mais je rappelle qu’il est possible de commander par internet (en m’envoyant un mail) .. Je ne vends pas encore mes charmes, je pense que mes aquarelles ont plus de chance d’avoir du succès sur internet.. (Quoique avec photoshop ou les filtres snapchat ont peut faire des miracles, mais bon je m’éloigne…)

Gardez le sourire, c’est important..  Et n’oubliez pas de regarder les belles lumières d’octobre ; l’hiver peut attendre…

L’eau créatrice

Ou trop… Ou pas assez..

Il n’est jamais évident  de savoir doser la quantité d’eau  idéale quand on réalise une aquarelle, selon les zones ou selon le sujet, et l’équilibre à trouver avec la quantité de pigments.. La plupart des défauts des jeunes aquarellistes viennent de là, de cette gestion de l’eau. Il faut savoir qu’elle est notre alliée et non pas un problème, il faut oser jouer avec elle, car elle est créatrice, autant que la direction que l’on donne à notre main..

L’eau créatrice, c’est aussi le nom du livre de Jean-Louis Morelle, paru en 1999, qui fut un véritable choc, et à l’origine  de mon orientation vers l’aquarelle.. Avant ça , je ne savais pas qu’on pouvait faire d’aussi belles choses avec cette technique..  J’ai acheté récemment un autre livre sur l’aquarelle, d’Isabelle Gagneux, et préfacé par le même Morelle.. Il est aussi remarquable, et donne envie de peindre..

Oui, l’eau est créatrice ; mais si j’ai choisi ce titre c’est aussi pour avoir une pensée pour ceux qui ont tout perdu, dans la Vésubie ou la Roya, la semaine dernière, car l’eau peut hélas aussi être destructrice..   Ou trop, ou pas assez..    A l’heure où certaines régions sont en manque d’eau, où des incendies ravagent certaines zones de la planète, il y a des endroits où elle déboule de toute sa force, emportant tout sur son passage.. Cruelle ironie de notre monde.

A part ça, presque une bonne nouvelle : On a enfin trouvé un truc positif chez Trump.. Bon, positif au covid, mais cela donne de l’espoir… Je plaisante bien sûr..

Nous sommes le 7 octobre, et j’espère toujours ma première vente du mois à la galerie de Roussillon..  3 visiteurs hier, c’était un peu juste. Et pourtant, il y a bien des promeneurs qui passent devant la porte, qui disent « Oh t’as vu comme c’est beau ! », mais qui continuent leur chemin sans entrer.. On s’habitue à ce genre de choses, et l’on se dit que par rapport à des gens qui ont tout perdu lors d’une inondation, ce n’est pas très grave..   Au moins j’en profite pour peindre un peu.. Je suis actuellement sur l’un des exercices pour élèves ; je vous le montrerai bientôt..

En attendant j’ai peint Vaison la Romaine. Pour ceux qui s’en souviennent, en 1992, il y eut la terrible crue de l’Ouvèze qui fit des dégâts impressionnants..

Je préfère l’eau créatrice, c’est pourquoi j’ai pris du temps et  me suis donné du mal pour peindre quelque chose de fleuri, plein de renouveau.. (On y voit des arbres de Judée notamment).. C’est un format assez grand, il est visible à la galerie encore quelques semaines avant la fermeture.. Même si l’automne est là, cela fait du bien de caresser le printemps par quelques touches d’aquarelle..

Réjouissons-nous… Toutes les couleurs du monde , du printemps à l’automne, sont en nous, et n’attendent qu’un frémissement de pinceau pour embrasser le jour…