De l’apparence des choses

 » Peindre , c’est faire apparaître une image qui n’est pas celle de l’apparence naturelle des choses, mais qui a la force de la réalité. » (R. Dufy)

Beaucoup de gens se trompent en pensant qu’une peinture est réussie si elle est au plus proche d’une photo. Certains peintres hyperréalistes ont bluffé nombre de spectateurs de leurs oeuvres, mais le défi technique n’est pas essentiel à la réussite d’une peinture ; il y a surtout l’émotion que cela doit susciter, l’impression, le sentiment, le rêve, le questionnement… Parfois plein de choses encore, qui touchent au delà d’un simple regard sur des formes et des couleurs.  Il est difficile de  comprendre le succès d’une oeuvre  ou son mépris auprès d’un même public ;  certaines de mes aquarelles restent « invisibles » pour les visiteurs, pendant des mois, des années, si bien qu’on voudrait les jeter ; et puis un jour, une personne s’en empare en étant touchée, comme si cette oeuvre n’attendait qu’elle..    C’est juste une question de moment ; la bonne personne au bon moment.  J’aime à penser que chaque oeuvre n’attend que la personne pour qui elle était peinte..

Dans le tourbillon du temps qui passe,  de ces jours qui filent si vite, j’ai enfin eu quelques heures pour peindre une grande aquarelle dernièrement :

Le chat sous le porche (43 x 60 cm)J’ai fait des erreurs, des choix hasardeux, mais j’assume les imperfections de mon travail ; je ne suis pas une machine.  Des pierres apparentes, du fleurissement, un lieu qui j’espère fait rêver et s’évader un peu, mon but ne va pas plus loin que ça..

sur le motifJ’ai terminé également les deux petits sujets croqués sur le motif avec les stagiaires du début de mois dans le village de Roussillon. Celui du haut ressemble un peu au sujet d’exercice pour élèves, mais c’est un hasard.

Plus qu’un ou deux exercices ; l’été passe bien vite…

Publicités

Ma tour Eiffel à moi

Pour des raisons de recherches de logement pour mon fils étudiant , j’ai dû aller dans la capitale le week-end dernier.. Ce fut l’occasion de voir mon fils aîné qui y habite et nous en avons profité pour marcher (+ de 20 km en 2 jours) et visiter divers lieux que je ne connaissais pas.. J’ai repensé inévitablement à la chanson d’Aznavour (Paris au mois d’août), traversé des quartiers, Belleville, Ménilmontant, le parc des buttes Chaumont, les voies sur berge, le marais, entre autres,  mais aussi bien sûr : Montmartre et ses peintres de la place du Tertre..

Il faut un sacré coeur pour monter là-haut, mais cela vaut la peine.. J’ai essayé vainement d’échapper à la foule derrière moi qui me demandait un autographe, mais bon,  c’est la dure loi de la célébrité…                       Plus sérieusement, j’ai été fasciné par les peintres, les silhouettistes , portraitistes, ( tous n’avaient pas le même talent), le monde incroyable qui s’affairait autour, la multiplication des petits tableaux, avec presque toujours la tour Eiffel, Montmartre, l’Arc de Triomphe, la tour Eiffel, ou encore les ruelles de Paris, les cafés, la tour Eiffel, ou encore la tour Eiffel..(Ah bon,  je l’ai déjà dit ?).. Un peu lassé d’ailleurs de voir la grande dame sous toutes les coutures, dans toutes les boutiques, sur tous les supports…   Et puis là je me suis rendu compte de la chance que j’avais de peindre ma tour Eiffel à moi : La Provence.  Ses oliviers, ses lavandes, ses petits cabanons bordés de coquelicots, de tournesols, ses cyprès etc… C’est aussi forcément un cliché, mais c’est vraiment une chance de voir ces beautés et de pouvoir les peindre sans s’en lasser..   Le grand défi est de continuer à peindre toujours avec le coeur, avec sincérité, avec la lumière qui nous est chère..

Le plaisir de peindre ne doit pas s’effacer au profit du commercial. Tant que  l’on continue à s’émerveiller, on a des chances d’y parvenir..

Comme promis, voici l’aquarelle du mas dans les tournesols, réalisée en stage la semaine dernière..

Le mas dans les tournesols

Un petite vue de tour Eiffel provençale, en somme…

Stagiaires sur le motif

Bien que raccourci dans sa durée, le petit stage a bien eu lieu à Roussillon ces deux derniers jours ;  peindre sur le motif, c’est à dire en extérieur, est toujours le meilleur des exercices pour progresser, même si ce n’est jamais évident..

Un grand merci pour leur fidélité et leur gentillesse, et savoir qu’ils ont beaucoup appris est le plus important et le gage de la réussite de ce stage.. Certaines venaient de Grenoble et sa région.

L’après-midi était consacré au travail d’après photo, dans l’atelier, enfin surtout une interprétation d’après une photo.. Voici l’une d’elle (qui n’est guère restée longtemps en ma possession…)

les arbres de Judée - stageLes arbres de Judée, bien sûr… Sur papier Arches, format 22 x 30 cm.

Une autre réalisation avait pour thème un mas dans les tournesols.. Je vous en parlais récemment ; mais il faudra attendre encore pour la voir..  Patience, les choses arrivent toujours au bon moment, dans l’apprentissage de l’aquarelle, comme dans la vie…

Il n’y a pas de temps perdu.

Un peu de fraîcheur

Ne nous plaignons pas… Les 35, 38, voire 40° que nous subissons ces derniers jours en France sont à relativiser.. Il faisait 48 en Espagne récemment, et je n’ose imaginer ce qu’il est possible de faire avec de telles températures.. Rester calfeutré, dans sa maison climatisée (pour ceux qui l’ont), ou se baigner (pour ceux qui ont une piscine), car peindre des aquarelles est quasiment impossible en extérieur avec de telles températures, même à l’ombre ; cela sèche trop vite..

Voici une aquarelle rafraîchissante :Reflets de SorgueDes reflets de Sorgue (où l’eau est à 12, 14 ° toute l’année) ;  j’ai osé mettre du violet et du bleu outremer pour renforcer les tons froids de la composition..

Voici aussi cette aquarelle d’Oliviers, lavandes et genêts :

Oliviers, lavandes et genêts (30 x 30 cm)Certains touristes (asiatiques souvent…) auraient bien aimé pouvoir se baigner dans cette lavande, qu’ils vénèrent plus que nous.. Le temps étant passé, c’est au tour des tournesols (dont je vous parlais lors du dernier article) de colorer les champs alentours ; je tenterai de vous montrer une prochaine aquarelle sur ce sujet..

L’exercice proposé sur ce thème a eu beaucoup de succès ; il faudra bien que je trouve du temps pour poster mes commentaires sur vos aquarelles.. Je ferai de mon mieux..

A bientôt !

Du bleu au jaune

Les dernières aquarelles de lavandes sont peintes en ce moment ; les champs étant coupés, ne restent que leurs souvenirs .. (La couleur un peu, mais le souvenir de l’odeur reste plus longtemps..).

été en ProvencePrise avec mon portable le rendu des couleurs n’est pas excellent sur la photo, mais l’ambiance de l’été y est..

Après le bleu des lavandes viendra le jaune des tournesols.. C’est une véritable ronde des couleurs qui nous berce au fil des saisons ; si vous vous souvenez, je commence en avril avec les blancs et rosés des premiers fleurissements (amandiers, pêchers, cerisiers), puis le mauve des arbres de Judée, des glycines, puis vient le rouge des coquelicots, le jaune des genêts, le bleu des lavandes, et donc le jaune des tournesols.. A la fin septembre, début octobre, commenceront les douces couleurs de l’automne , dans leur féerie de roux, oranges , rouges et jaunes…  Il y a de quoi peindre, il n’y a pas de doute…

Les exercices pour élèves se poursuivent ; j’ai souvent du retard pour écrire les commentaires, ou répondre aux mails, ne m’en veuillez pas.. Le stage d’août a été réduit à un jour et demi, faute d’inscrits ; tant pis. Le prochain aura lieu en octobre à Velleron probablement..

Une petite image pour finir, dédiée , et illustrant à merveille une de mes anaphores : « Aux vaillants rebelles de la pensée unique… »

rebelle de la pensée unique

Vie liée

Voilà un moyen mnémotechnique  pour se souvenir de la prononciation correcte du nom « Williet ».. J’ai ma vie liée à l’aquarelle...     En effet, cela doit faire depuis la maternelle (hier encore quoi..) que j’ai renoncé à reprendre celles et ceux qui écorchaient mon nom de famille ;  presque quotidiennement je laisse les gens m’appeler « Monsieur Ouilette, Ouilé, Vuillé, ouiyé, Vilette, ou encore Villeret », et j’en passe, bref je ne suis pas du tout susceptible pour ce genre de choses, le W se prononce V ou W selon les régions..  L’origine du nom venant de Lorraine, région de Metz.         Ma vie est donc liée à l’aquarelle, depuis une vingtaine d’année déjà, et je n’ose compter le nombre de peintures réalisées depuis ce temps.. La question m’est souvent posée : « Combien de temps avez-vous mis pour faire cette aquarelle ? « .. La réponse est toujours la même, ce n’est pas le temps passé dessus qui fait la réussite d’une oeuvre, c’est tout le cheminement qui nous y a amené, l’émotion que l’on a fait passer, et parfois le hasard de l’eau et ses merveilles..

Ces aquarelles travaillées dans le mouillé sur mouillé sont bien plus difficiles techniquement que d’autres, même si elles sont plus « rapides ».. Et pourtant peu de gens savent les apprécier, touchés par leur ambiance, beaucoup préfèrent les paysages classiques, qui évoquent la Provence par exemple…  C’est ainsi ; heureusement peindre les deux me donne du plaisir, et c’est le plus important..

Une pensée ces jours-ci pour ceux qui souffrent de la chaleur ; 38 ° attendu en Vaucluse, mais cela est pareil ailleurs en France, sans oublier au Japon, Suède, Québec, et bien sûr en Grèce où cela est dramatique.. Les sceptiques du réchauffement climatique m’étonneront toujours..

Un mot enfin pour dire que le stage d’août ne commencera que le mardi 7 après-midi, par manque d’inscrits. Le jeudi étant menacé également..

A bientôt pour la suite des exercices !

La mode des selfies

Vous n’imaginez pas le nombre de selfies qui sont pris chaque jour pas loin de l’atelier.. Des portraits avec en arrière plan un paysage , un site, un événement ou encore une personnalité , le tout pris avec son téléphone portable. Ce qui est désolant c’est de voir ces sourires de façade qui disparaissent tout de suite après la photo, comme si les gens se donnaient l’illusion d’avoir été heureux.. C’est un peu terrible. Photographier sa vie comme une apparence, et l’on recherche l’étonnant, l’extraordinaire, l’insolite, en voulant immortaliser qu’on y était, mais c’est à se demander si l’on a pleinement vécu ce moment à l’instant présent ; parfois j’en doute.  Il y a tant de superficiel de nos jours.  Les écrans occupent nos mains,  monopolisent nos yeux.. Je suis sidéré de voir souvent aux terrasses des cafés, des couples « amoureux », face à face, mais rivés chacun sur leur portable.. Dans leur monde.

selfie ta vie  Ce monde de l’image, de l’immédiateté, qui s’est développé depuis l’envahissement d’internet et des téléphones portables change bien plus notre société qu’on ne s’en rend compte.. Tout n’est pas mauvais (vous lisez ce blog par ce biais, et voyez mes vidéos également), mais il ne faut pas oublier de regarder vraiment les choses, les ressentir sur l’instant ; cela vaut tous les selfies du monde..

De mon côté j’essaye de contempler les beautés des paysages alentours, puis les interpréter à l’aquarelle ; voici deux versions d’un même sujet (sur lequel il y avait des vignes au premier plan) :

Une vision de coquelicots, une vision de lavandes… Certaines d’entre vous reconnaîtront ce sujet proposé en exercice en cours par internet.. C’est une dédicace pour vous.

Les exercices pour élèves continuent ; c’est affolant mais je n’ai absolument pas le temps de proposer ma propre version , ni même de répondre à tous les mails.. On ne peut pas tout faire..

Dernière semaine pour s’inscrire au stage proposé du 6 au 9 août à Roussillon ; je n’ai que 2 ou 3 inscrits. (Je vais peut-être proposer un stage selfie, pour avoir plus de monde…). Lol.

D’ici là, profitez bien de l’été, des belles choses à voir, et à ressentir, au présent… avant tout..

« Le moment présent a un avantage sur tous les autres . Il nous appartient » (Ch. Caleb Colton)

Ah ! les bleus…

Les bleus et les violets, des lavandes bien sûr…

Lavandes derrière le Ventoux (2) Je dédie cette aquarelle à Nicole qui a interprété le même sujet ; j’ai essayé de jouer sur la profondeur, l’ondulation des lavandes et le mouvement des herbes au premier plan.. Désolé si la photo est penchée..

Les exercices pour élèves continuent aujourd’hui ; comme par hasard , le sujet proposé cette fois est une allée (bleue) de lavandes…  Comme si c’était un clin d’oeil à un événement sportif terminé hier soir…   Une histoire de ballon sans doute…

Je n’ai pas le temps de peindre les exercices proposés pour l’instant, mais cela viendra un jour.. Tout arrive au bon moment..

Champions du monde….  On est, on est, on est les champions….!!

Ce n’est qu’une impression

Le 27 juin dernier j’évoquais mon optimisme naïf quant à la possibilité de retrouver l’équipe de France en finale du Mondial… Hé bien rendez-vous donc dimanche en fin d’après-midi, pour voir ce qu’il en sera ; ce n’est qu’une impression mais il y a parfois des signes à percevoir, 20 ans après,  des répétitions et des clins d’oeil du destin..

Le talent n’est rien sans le travail et la volonté ; tout semble plus facile quand on y croit vraiment , quand on se donne les moyens de franchir les obstacles..      C’est pareil à l’aquarelle, les difficultés ne sont pas absentes, mais il faut savoir les contourner, être patient, humble, et toujours y croire… C’est comme cela que l’on progresse..

Ces dernières aquarelles de lavandes rappellent le titre de cet article… Ce n’est qu’une impression…   Le travail dans le mouillé permet de suggérer une atmosphère, un sentiment de chaleur, de lumière, un petit vent dans les herbes peut-être aussi.. Partir dans ce genre d’aquarelle est toujours une aventure..   Mais parfois l’arrivée réserve de bonnes surprises…

Merci pour vos messages lors de vos participations aux exercices d’été ; je n’ai hélas pas le temps d’y répondre, juillet passe si vite..

Il vous reste une quinzaine de jours pour vous inscrire au  stage proposé début août à Roussillon ; les places sont limitées..

A bientôt !

Être et avoir l’été

Pour ceux qui suivent mon blog, et qui s’en souviennent, il y a quelques mois j’avais montré la transformation d’une aquarelle d’hiver en aquarelle d’été ; rajoutant des lavandes à la place de la neige.. Cela s’intitulait « Un invincible été » en référence à la citation de Camus (… »Au milieu de l’hiver j’ai découvert en moi… »).      J’ai renouvelé l’expérience avec une de mes aquarelles hivernales qui dorment dans une pochette durant la saison estivale :

Vous pouvez voir qu’une deuxième vie est possible, même si la première avait ses charmes , la deuxième propose d’autres perspectives, une chaleur nouvelle, et le symbolisme que tout peut repartir..

Techniquement, il faut faire quelques retraits à l’eau claire, veiller à ne pas surcharger les anciennes couches, colorer en douceur, toujours, avec patience, attention et bienveillance…

A Roussillon , depuis 2 semaines j’ai rencontré au moins 4 personnes différentes qui m’ont dit suivre mes démos sur You Tube, dont une brésilienne.. Je n’en reviens toujours pas du succès de ces tutoriels d’aquarelle qui touchent autant de monde ; le partage de mes visuels sur Pinterest m’amène aussi beaucoup de vues.   Les demandes pour mon livre continuent également ; puisqu’il est épuisé j’hésite entre en faire rééditer une centaine ou en préparer un nouveau..(pour 2019). A suivre…

Le deuxième exercice d’été pour élèves vient d’être mis en ligne aujourd’hui ; une vieille porte prise des milliers de fois en photo à quelques mètres de mon atelier..  La beauté se cache parfois au coin d’une rue, la valeur des choses parfois au coin du coeur…

La valeur des choses