Ô rage…

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était disait Simone Signoret, on peut dire désormais que les journées de peintres dans la rue, ce n’est plus ce que c’était.. Après les désillusions de Mollans à la mi juillet, Malaucène a confirmé cette désertification progressive des rendez-vous d’art dans la rue . La canicule aidant, il faut bien le dire, à l’absence de public, et donc beaucoup de fatigue pour rien du tout. Même pas 1 euro.   Les risques d’orages (ô désespoir !) et de pluie, ont douchés mes envies de revenir à Malaucène ce dimanche.. Ce sera un peu de fatigue  en moins, pas de risque de mouiller des aquarelles (le mouillé sur mouillé c’est autre chose), et des frais d’essence en moins..

Un petit mot concernant le stage proposé du 24 au 27 août ; les matinées sont presque toutes complètes, il reste de la place le 24 et  25 après-midi. Je compte annuler les 2  autres après-midi car il n’y a personne..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s