Je fais ma part

Pour reprendre la parabole du colibri de Pierre Rabhi (décédé récemment), je considère que ma profession d’Artiste peintre aquarelliste, dans le tumulte de la société actuelle (cet incendie permanent), n’est pas grand chose, mais c’est ma part.. Je ne suis pas un décideur politique, un leader syndical ou un influenceur de réseaux sociaux, je ne m’exprime que par ma peinture.. Ces petites gouttes d’eau transportées par mon bec minuscule, sont certes dérisoires mais j’ai la faiblesse de croire qu’elles ont un sens.

Je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’a fait ou dit Pierre Rabhi, mais ce chantre de la sobriété heureuse a exprimé des choses essentielles sur la prise de conscience que nous devrions avoir quant à notre mode de vie et de consommation. Cette surenchère permanente, cette avidité et cette course à la possession, à la domination, ne mène qu’à la perte de notre environnement. Si nous aimons nos enfants et nos petits enfants nous devrions nous inquiéter de la planète qu’ils trouveront quand nous ne serons plus là. Ce n’est pas si loin.

Alors je peins. Je m’émerveille des beautés de la nature qui m’entourent et j’essaye de leur rendre hommage, à ma façon ; à mon niveau. J’essaye aussi de transmettre mon petit savoir technique, d’aider par mes vidéos ou mes commentaires sur les exercices certaines personnes qui en ont besoin pour progresser. Ce n’est pas grand chose dans la société, mais c’est ma part.

Voici encore une rivière peinte à l’aquarelle :

Je l’ai intitulée « La rivière d’Inès » car c’est d’après une photo que ma fille a prise et m’a envoyée ; elle ne savait pas son nom.

Qu’importe. J’espère qu’elle plaira à ceux qui pourront la contempler maintenant.

Certains visiteurs ont pu la voir samedi lors de ma journée porte ouverte. La pluie et la grisaille n’ont pas contribué à un grand succès, mais je remercie particulièrement Serge et Marie Ange pour leur passage. Je vais laisser quelques jours de décembre encore mes aquarelles visibles et disponibles à mon atelier pour celles et ceux qui voudraient passer plus tard.. (Prévenez moi juste par mail ou sms).

Vous avez été très actifs sur mon site pour regarder les exercices de ce mois. Ils se termineront plus tôt cette fois, car les fêtes de Noël seront là. Nous espérons que le virus nous permettra quand même de vivre des retrouvailles familiales, sans trop de stress..

Je termine par cette autre version du sujet des reflets d’automne que je vous avais montré il y a quelques semaines. Cette version a été faite en pas-à-pas, (étape par étape) c’est pour cela qu’y il a moins de fondus. Mais je l’aime bien aussi. (Petite dédicace à Christiane)

Je vous souhaite une belle semaine, pleine d’émerveillements et de petits bonheurs simples.. Il y en a (mais ils ne sont pas forcément dans les supermarchés..)

A bientôt !

La Nature, plutôt que la nature humaine

Un petit bain dans la Sorgue le matin, et ça réveille…surtout en ce moment.. N’allez pas croire un seul mot de ce que je viens de dire, pour un enfant des îles comme moi, les températures actuelles font ressurgir des réflexes d’hibernation qui me font questionner sur mes origines « ours ».. Non, je suis pourtant bien né en Martinique, et je dois dire que la situation là-bas me préoccupe un peu..(j’y ai toujours mon père et des frères et soeurs).. Bien que les mouvements de grèves y soient aussi fréquents que les journées ensoleillées, les accumulations de tensions sociales, et sociétales, les inégalités, le chômage, ne masquent pas toujours le cliché de carte postale.. Il suffit parfois de quelques individus, des minorités , pour bloquer des routes ou un pays.. Le phénomène est parfois pareil dans des stades où quelques excités peuvent amener à l’interruption d’un match.. C’est ainsi. C’est la nature humaine..

Je tenais à préciser d’ailleurs que mon article précédent (Le droit à l’erreur) ne parlait pas de l’affaire N. Hulot. Il est évident que je ne cautionne pas ce genre de comportement (s’il est avéré) par qui que ce soit. Je n’ai jamais compris que l’on puisse lever la main sur une femme, l’humilier, la harceler ou lui imposer ce qu’elle refuse.. Encore moins faire du mal à un enfant. C’est une évidence, bien sûr, et j’ose espérer que 99% de la population masculine pense et agit comme moi.. Les 1% restants sont hélas de trop..

Bref, la nature humaine est parfois désarmante ; j’ai vu hier des images de gens se ruant et se battant presque sur les soldes du Black Friday, une fois le rideau ouvert.. On aurait dit des animaux mourant de faim se jeter sur la nourriture.. Triste. Si encore ils faisaient pareil pour se ruer sur les aquarelles de Jacques Williet.. Humm… Là je comprendrais… Bon, je plaisante, mais c’était juste pour confirmer l’ouverture de mon atelier de Velleron ce samedi 4 décembre (de 10 h à 18 h). J’espère avoir quelques visiteurs.. C’est l’occasion de voir mes aquarelles habituellement à Roussillon, et quelques nouveautés..

Il faudra porter le masque. Hé oui, l’épidémie repart, même pour les double-vaccinés.. Il y a ce fameux variant d’Afrique du sud, qui parait-il sort du four micro-onde.. (C’est du moins ce que j’ai cru comprendre sur internet, mais bon, je ne suis pas sûr..).. Avec toutes les infos et les contre-infos que l’on reçoit il faut savoir faire le tri..

Plus sérieusement, le dernier exercice de l’année sera proposé demain sur mon site. Je sais que vous êtes nombreux à l’attendre ; je remercie celles qui m’ont envoyé des photos comme sujet ; cela viendra..

Je voulais terminer cet article par ma dernière aquarelle réalisée. Je remercie Jacques G. pour sa photo qui m’a inspiré. Il s’agit de la rivière Le Caramy, dans le Var..

Ce fut un long travail, un format 35 x 50 cm avec pas mal de détails. (J’ai une pensée pour l’aquarelliste Hubert Riff, décédé il y a 10 ans déjà, et dont j’adorais les rivières).. Je vais en réaliser d’autres cet hiver. Celle-là vous pourrez la voir à mon atelier ce samedi, sinon il faudra attendre l’année prochaine à Roussillon..

La Nature mérite l’attention et le respect, et vous comprendrez mon attachement à vouloir lui rendre hommage dans mes aquarelles.. (Bien plus que certains humains..)

A bientôt !

Le droit à l’erreur

Que celui qui n’a jamais fait d’erreurs (dans ses aquarelles) nous jette la première pierre ! Pas seulement dans « ses aquarelles » hélas, la vie est une suite d’erreurs, et de réussites, qui font ce qu’on est au final.. En ce moment les tribunaux populaires, les médias et les réseaux sociaux ne pardonnent rien, les phrases ou les comportements inappropriés, quelque soit l’époque où ils ont été commis.. A juste raison parfois.. Les célébrités n’ont qu’à (ou n’avaient qu’à) bien se tenir.. Bref, c’est l’époque du jugement. L’époque de l’apparence aussi, hélas, quand on voit tant de visages retouchés ou « filtrés » sur les photos de profil, pour paraître plus jeune ou plus « parfait » sur les réseaux sociaux.. La tentation est grande d’améliorer nos aquarelles également par ce même biais, mais au fond, c’est bien la vérité qui compte, n’est-ce-pas ?

Désolé, je ne sais pas faire usage de filtres pour améliorer mes photos de profil, tout juste faire le choix d’une photo plus jeune de quelques…mois (humm..) ; les rides sont les années de notre expérience.. En aquarelle, les couleurs trop crues, le manque de dilution, les erreurs de perspective ou de proportion, sont comme les rides que l’on voit chaque matin au réveil.. Ils font partie de nous. Nous voyons ces défauts , il faut juste du temps pour les accepter… ou s’améliorer..

Il y a des aquarellistes tellement doués que je cherche encore des « rides » dans leur travail.. Tout semble parfait et évident. Mes réalisations sont loin d’être parfaites, je le sais bien, j’essaye juste d’être authentique , et de progresser.. Chaque aquarelle nouvelle est une occasion , une chance de le prouver..

En voici l’une des dernières d’automne :

C’est un sujet que j’avais traité il y a quelques années (d’après une de mes photos). Ne regardez pas mes rides ! Il y en a forcément.. Sinon, je travaille en ce moment sur une rivière, en format 35 x 50 cm, il y en a un petit aperçu sur ma page Insta et FB. Je ne vais pas tarder à la finir ; je la posterai une prochaine fois, mais ceux qui pourront venir à ma journée porte ouverte (le samedi 4 décembre à Velleron) pourront la voir en vrai.. Sans fond de teint..

Peut-être que cette aquarelle partira ; comme un enfant quittant le foyer . Il y a certaines oeuvres que l’on apprécie comme ses enfants, et c’est toujours difficile de s’en séparer, même si cela fait des années que l’on cède à s’y habituer ; par la force des choses.. Et l’on se demande si on l’a suffisamment aimée ou appréciée avant son départ.. Cruel dilemme, mais la vie est ainsi..

A propos d’erreur, il m’arrive souvent de me tromper dans les prénoms de mes élèves, (même de mes enfants !), ou de faire des lapsus.. Je suis un peu perché parfois.. Comme la semaine dernière avec cette élève.. J’ai voulu la complimenter sur son aquarelle de montagnes, mais au lieu de dire « elle est jolie votre petite crête » j’ai dit « elle est jolie votre petite crotte.. »… Ne rigolez pas, c’était très gênant.. Bon, ça va, elle l’a bien pris.. Comme quoi il y a des élèves qui comprennent que les profs font aussi des erreurs.. Nobody’s perfect..

A propos d’anglais, cette petite vignette sympathique :

Il ne faut pas se tromper d’endroit pour tremper son pinceau.. C’est arrivé tant de fois à des élèves.. Moralité, ne faite pas plusieurs choses à la fois, ou écartez bien vos récipients. Personnellement je ne bois jamais (même du Champomy) pendant ma peinture.. (l’intraveineuse c’est plus sûr..)

Bon, c’est peut-être cette journée grise et pluvieuse qui me fait dire des bêtises.. Et le froid est attendu la semaine prochaine.. Brrrrr ! Parfois j’aimerais pouvoir faire comme mon chat qui passe la journée à dormir emmitouflé dans son coussin..

A part ça, les derniers commentaires ont été postés sur les exercices ; ils resteront visibles jusqu’à jeudi. Un nouveau sujet sera proposé..

Il y a encore plein d’erreurs à commettre !! Chouette ! Elles nous aident à progresser..

A bientôt !

Et ce n’est pas fini…

Nous sommes encore en automne, et je suis désolé de continuer avec mes aquarelles de saison, mais je persévère à peindre les enchantements que je perçois des nuances dorées qui vibrent aux alentours.. C’est une fête. Bien plus importante à mes yeux que celle que l’on veut nous vendre dans les commerces et supermarchés à coup d’Halloween, de citrouilles horrifiques et compagnie… Halloween est déjà fini que ça s’enchaine …J’en viens à être dégouté de voir déjà autant de chocolats de Noël (genre Kinder) qui inondent les rayons, sans parler des jouets bien sûr, et toute cette tradition consommatrice qui finit par perdre tout son sens.. Bon, je m’égare un peu.. Je disais que la vraie fête pour moi consistait à contempler les couleurs d’automne. Même si parfois je m’inspire de photos (libres de droit) tirées du net, j’emmagasine aussi des clichés pris lors de balades.. C’est pour plus tard…

Cette lumière en forêt, au détour d’un chemin, est un format 22 x 30 cm :

Vous constaterez l’emploi de drawing gum, même si j’en utilise de moins en moins maintenant.. Je n’y laisse pas le blanc du papier, je colore toujours légèrement..

Cette autre aquarelle , bien plus grande, est une autre approche sur les reflets d’automne dans l’eau.. Je l’apprécie beaucoup (et j’ai cru comprendre que d’autres l’appréciaient aussi..)

Elle a été travaillée dans le mouillé, presque sans s’arrêter ; je suis en train d’en réaliser une autre version en pas à pas ; vous la verrez une autre fois..

Oui, ce n’est pas fini.. Je parlais des couleurs d’automne dans mes aquarelles.. Mais le titre choisi pour cet article pouvait hélas aussi faire allusion à l’épidémie de covid 19 qui semble encore pointer le bout de son nez.. Bref, soyez prudents ; continuez les gestes barrières, le lavage des mains et le port du masque.. La 3ème dose de vaccin semble aussi inéluctable..

J’aimerais vous faire sourire un peu, mais j’avoue avoir du mal ces temps-ci ; l’actualité y est pour quelque chose.. Bon, je pourrais parler de ces politiques en campagne qui sont prêts à tout pour rameuter des électeurs (ça ratisse large dans les débats, démagos à gogo..) mais je pense que même cela ne vous surprend plus..

Les exercices du mois touchent à leur fin ; je viens de poster les « lents » aujourd’hui, et je laisse encore jusqu’à demain soir aux très « très lents » pour m’envoyer leur photo.

Comme l’année dernière (ou l’année d’avant, je ne sais plus avec ce covid) je vais sans doute proposer une ou 2 journées d’ouverture de mon atelier de Velleron. Ce sera sans doute les samedis 4 et 11 décembre (de 10 h à 18 h). Mes aquarelles seront disponibles à la vente, avec ou sans cadre.. Je ferai moins 50 %.. Non, je rigole.. (Ah, un peu de sourire..), mes prix n’ont presque pas bougé depuis des années alors que je suis devenu très fort, très célèbre et très…. modeste.. Bref, pour rester sérieux, selon les formats les prix iront entre 45 et 300 €. Je repréciserai cette ouverture d’atelier lors d’un prochain article.

Voilà, j’ai fini.

Il reste encore de quoi peindre et s’émerveiller. Et ça, ce n’est pas fini…

Le soleil est en nous

Novembre est fidèle à ses journées grises, froides et pluvieuses, bien souvent, comme ce fut le cas hier avec de la pluie toute la journée.. Ce n’est pas la période préférée de l’année (en ce qui me concerne) mais l’avantage merveilleux de pouvoir peindre c’est de faire naître sous ses doigts le soleil qu’on n’a pas dehors..

Ce soleil est en nous. Et il en faut de nos jours pour oublier une actualité déprimante, comme les frileuses décisions prises à la COP 26 par les pays les plus pollueurs, ou comme par ces honteuses situations de migrants à la frontière biélorusse et polonaise, ou encore par le rebond d’une 5ème vague de covid en Europe.. Oui, le soleil est au bout du pinceau ; heureusement.. Cela vaut toujours mieux que d’avoir la tête plongée sur son portable à longueur de journée, à suivre les moindres vidéos amusantes, à surfer sur Insta, Snapchat, tik tok , twitter, ou autres paradis artificiels.. (Comment vivre sans savoir ce que va porter Kim Kardashian aujourd’hui, ou ce que vont faire les « anges » de la télé-réalité à Dubaï, ou encore ce que vont penser les chroniqueurs des émissions quotidiennes sur les moindres faux-pas, le moindre buzz des uns et des autres..?)

Il suffit pourtant de lever la tête. De regarder les dernières feuilles dorées qui s’accrochent courageusement encore, et qui nous offrent des jaunes, des rouges, des orangés dans la symphonie finale de l’année.. Pouvoir en prendre conscience, puis s’en émerveiller, c’est déjà un début. Après, pouvoir en faire une peinture, une aquarelle, c’est autrement plus délicat ; mais c’est l’intention qui compte..

Les cerisiers enflammés des couleurs d’automne, voilà par exemple un sujet magnifique.. J’ai essayé d’en rendre une impression ; quelqu’un (si elle suit toujours mon blog) reconnaîtra peut-être cette aquarelle :

L’histoire de cette aquarelle serait trop longue à raconter, je ne le ferai pas ici, mais il y a des voyages et des destinations qui ne se font jamais par hasard.. (Il n’a a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous… N’est ce pas ?…)

Les reflets d’automne ne sont pas oubliés ; je travaille actuellement sur des sujets dont je vous montrerai prochainement les versions. Cette aquarelle en format panoramique représente des reflets rougeoyants :

Il y a du mouillé sur mouillé et des effets de sel par endroits, des retraits aussi pour faire ressortir quelques branches.. Il faudrait la voir en vrai pour se faire une idée, car la photo ne rend jamais parfaitement la réalité..

Je vous montrerai donc d’autres couleurs d’automne en reflets la prochaine fois ; désolé de vous lasser peut-être, ça fait plusieurs articles qui y sont consacrées depuis 2 mois, mais bon, c’est la saison.. (Le coeur a ses saisons que la raison ne connaît pas..)

Pour ceux qui suivent mon blog attentivement, j’avais posté la photo d’une huile avec des lavandes et des oliviers récemment. Depuis, j’ai modifié la maison en y ajoutant une porte, une treille et une fenêtre.. C’est mieux comme ça.. (J’ai remplacé la photo).

Un dernier mot concernant les exercices ; vous pouvez encore consulter mes commentaires (sur les « rapides ») jusqu’à samedi. Ensuite je posterai les « lents » (dont j’ai déjà reçu des interprétations).

D’ici là, relevez bien la tête.. Le soleil est plus haut que l’écran ; et il laisse des indices de sa présence sur les dernières feuilles dorées qui résistent encore au vent et à la pluie..

C’est formidable, non ?

A bientôt !

Paris n’est pas morose (zov)

Les frères Morozov sont deux collectionneurs russes des années 1900, qui ont acquis des oeuvres majeures des artistes de l’époque, et constitué une des plus belles collections des icônes de l’art moderne.. ( Un peu de culture pour commencer ne fait pas de mal.. ,-) )

J’étais donc à Paris le week-end dernier pour y voir 2 de mes fils avec grand plaisir, même si je ne suis pas attiré par l’agitation des grandes villes, j’ai pu m’étonner des restos pleins à craquer, du nombre de joggeurs, de trottinettes, de cyclistes, ainsi que des beautés du jardins des plantes, des Tuileries, les couleurs d’automne au Père Lachaise et au bois de Boulogne.. Aznavour aimait Paris au mois de mai et en août , mais Paris est beau même en novembre. La surprise de mon fils a été de m’amener voir cette magnifique exposition de la collection Morozov à la Fondation Louis Vuitton.. Près de 200 chefs d’oeuvres de peintres tels que Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Renoir, Monet, Matisse, Derain, Denis, Picasso.. De quoi en prendre plein les yeux.. Bon, je ne me suis pas pris en selfie devant les tableaux, comme certains, (pensée pour Elisabeth), il faut savoir apprécier les choses dans la simplicité et la pleine conscience.. Il y avait beaucoup de visiteurs, cela fait plaisir de constater cet attrait pour la culture , on se dit que l’Art a encore sa place dans ce monde malgré l’omniprésence des petits écrans en tout genre..

Nous avons beaucoup marché ; très peu le métro (même si nous sommes passés par cette station « Villiers » qui ne sait même pas orthographier mon nom correctement… Pfff !).. Bref, une parenthèse parisienne intense, qui valait le coup..

De retour en Vaucluse, j’ai pu peindre un peu. J’ai aussi jeté un rapide coup d’oeil au concours L’Art de l’Aquarelle (thème de l’hiver) auquel je ne participais pas ; bon, comme d’habitude de jolies choses côtoyant de moins bonnes.. Et quelques peintures hors-sujet, mais ce n’est plus vraiment une surprise..

J’ai pu terminer hier l’aquarelle du sujet proposé au mois d’octobre :

Vers l’automne (30 x 40 cm). Je n’ai pas résisté à entrouvrir le portail, et à rajouter au dernier moment un petit détail.. roux comme l’automne.. Vous me pardonnerez..

En ce qui concerne l’exercice de ce mois, la participation des « rapides » est presque terminée ; je posterai mes commentaires en fin de semaine selon ma disponibilité. De belles grenades côtoient de magnifiques couchers de soleil.. Une explosion de couleurs..

Je vous souhaite un beau week-end (prolongé pour certains), et si le froid vous picote les extrémités n’oubliez pas de peindre à l’aquarelle avec les couleurs chaudes de l’automne, cela réchauffe toujours un peu..

A bientôt !

Et pendant ce temps…

A l’heure où les grands de ce monde se concertent pour savoir comment offrir à nos enfants une terre plus respirable, à l’heure où les instances de santé craignent une reprise de l’épidémie, à l’heure où les grands fauves vont boire et se chiffonnent pour se présenter à l’élection présidentielle l’an prochain, il y en a qui continuent de travailler.. Ce monde qui s’agite n’empêche pas la routine quotidienne, en ce qui me concerne : peindre et composer des paysages qui font rêver, un peu..

C’est peut-être dérisoire aux yeux de certains, mais ça a le mérite d’exister. Le décrochage s’est déroulé en 2 temps, plus rien ne se trouve à Roussillon, maintenant il faut préparer la saison prochaine.. Renégocier avec les petits travailleurs chinois qui me fournissent en aquarelles sur lesquelles je n’ai plus qu’à signer… Hé hé… (quoi ? on peut rigoler un peu , non ?), sinon envisager des solutions pour diminuer les frais de transport de Velleron à Roussillon.. Le vélo électrique acheté il y a 2 ans en fait partie, mais je ne peux l’utiliser que certains jours.. Il reste la possibilité d’un cheval..(J’ai essayé de chevaucher mon chat mais je suis encore un peu trop lourd..), le tapis volant reste une option, enfin bref, le prix de l’essence devient problématique, et les ailes que donnent l’imagination ne suffisent pas toujours à décoller.. ça viendra un jour..

J’ai provisoirement délaissé les couleurs d’automne pour quelques lavandes :

Je m’attendais à ce qu’un visiteur me demande pourquoi mes vignes d’automne sont bleu-violettes, mais je n’en suis plus à ça près.. Cette aquarelle est largement inspirée de celle que j’avais peinte sur You tube sur ce thème.

C’est aussi le moment de peindre à l’huile ; en voici une , toujours sur les lavandes, en format 15 M :

D’autres sont en cours, que je vous montrerai une autre fois..

Cela fait presque bizarre d’avoir un peu de temps devant soi ; l’exercice du mois de novembre a déjà eu des réponses, tant sur les grenades que les couchers de soleil ; vous pouvez le voir sur l’onglet concerné.

Pour ce qui est de Velleron et du projet inconscient des promoteurs autour de la Grande Bastide (dont je parlais précédemment) nous avons eu le soutien des chanteurs Renaud et Dave (après Grand Corps Malade), ce qui est intéressant.. Si l’écologie mondiale pouvait fédérer autant les grands décideurs, cela donnerait un peu plus d’espoir.. Que l’on en finisse avec les carabistouilles, les billevesées, fariboles et autres blablabla insipides, on veut des actes !! Mais bon, il y a tant d’électeurs à rassurer et d’hydrocarbure à écouler…

Ne vous inquiétez pas, pendant ce temps je continue à peindre..

Il y a des merveilles à venir ; patience dans l’azur…

D’eau et de soleil

Quand la pluie tombe, chacun a sa goutte.. Mais il ne faut pas oublier que le soleil brille aussi pour tout le monde. Ce dernier week-end d’octobre tout habillé de pluie marque donc la fin de la saison à Roussillon , et si je vous écris aujourd’hui c’est que je ne suis pas là-bas à attendre des visiteurs potentiels, demain non plus au vu de ce qui est annoncé, car ce n’est jamais évident de remballer ses aquarelles sous les intempéries.. Ce sera donc lundi, ou mardi.

La vie est faite de soleil et de pluie, l’aquarelle est aussi un mariage d’eau et de lumière..

Dans notre « petit » monde d’aquarelliste, il n’y a que la limite de notre imagination et de notre créativité pour nous enfermer.. Ce ne sont que des limites que nous nous donnons ; tout comme l’éternité se cache dans les instants que l’on vit, il y a des univers infinis prêts à naître dans une seule goutte de couleur au bout de notre pinceau..

Pour ce dernier article d’octobre, j’ai donc voulu vous montrer ces 2 versants d’une même pièce, l’eau et le soleil, à l’aquarelle comme dans la vie :

Un sujet panoramique assez proche d’un autre que j’avais fait avec des barques, mais celui ci est différent. L’eau et la lumière y sont très présents.

Cet autre univers est baigné d’une lumière jaune, chaleureuse, des suggestions de vignes dans ce qu’il semble être la Provence.. C’est un triptyque avec des carrés plus grands (12 x 12 cm)..

C’est une chance de pouvoir voyager dans les paysages qui naissent sous nos doigts, comme dans un rêve, intemporel, une suspension de l’instant présent..

Je suis d’humeur de saison ces jours-ci ; l’automne , les couchers de soleil, toutes ces beautés qui passent et ne reviennent pas, enseignent à quel point il est important de vivre et d’apprécier les précieux instants de notre courte vie. Tout passe si vite.

Un prochain sujet sera proposé en exercice lundi. Je suis en train de peindre celui du portillon, mais il ne sera fini qu’à la mi novembre.. Patience, patience, tout arrive toujours au bon moment..

En attendant, ainsi se termine le voyage d’une saison à Roussillon.. Comme un coucher de soleil..

Je vous souhaite du soleil et de la pluie, et de savoir apprécier autant l’un que l’autre..

A bientôt !

ça n’a pas de prix…

Comme prévisible et fort justement la remise des prix au salon Lun’aquarelle de St Sériès a récompensé hier les meilleurs aquarellistes présents . Très heureux pour Stéphane Langeron qui décroche le 1er prix devant Dominique Boni (à gauche sur la photo) et une oeuvre de Corinne Izquierdo. Le prix du public revenant à Fernand Thienpondt.

Stéphane me confiait hier dans la voiture vivre une année exceptionnelle, avec d’abord ce magnifique article dans Pratique des Arts, puis sa sélection pour Brioude, ce 1er prix maintenant et sa prochaine participation à Breizh Aquarelle et Rochemaure.. Nous évoquions ce temps pas si lointain où nous exposions certains dimanches dans la rue, à Mollans, St Rémy, l’Isle sur Sorgue ou ailleurs.. Le temps passe, l’expérience nous forge, et notre pratique de l’aquarelle évolue aussi..

Aujourd’hui commence la dernière semaine d’ouverture de l’atelier de Roussillon. J’y suis allé hier (juste avant de faire covoiturage avec Stéphane) pour un maigre bilan : 2 €. Ah non, pardon, zéro.. C’est tout comme.. Mais voir le regard de certains visiteurs, entendre les commentaires flatteurs parfois, ça n’a pas de prix..

ça n’a pas de prix non plus de pouvoir s’émerveiller devant ces magnifiques couleurs d’automne au bord de la route.. A la fin du jour, notamment, il y a juste certaines compositions de Mozart, Chopin ou Rachmaninov qui rivalisent de beauté..

Voici encore un paysage du Ventoux en automne..(Désolé).. Je souris car je ne peux m’empêcher de repenser à cette question qu’une femme m’avait posée il y a quelques années : « Pourquoi est-ce que vous peignez les lavandes en jaune orangé..? » Il m’avait fallu tout le sérieux possible, la patience aussi, pour lui expliquer qu’il s’agissait de l’automne , et donc de rangées de vignes.. Certaines évidences ne le sont pas pour tout le monde..

Mes derniers triptyques sont aussi sur ce thème ; en voici un exemple récent :

Concernant les exercices pour élèves, les « lents » sont maintenant en cours d’affichage (jusqu’à demain).. Je posterai mes commentaires en fin de semaine prochaine..

Les vacances de Toussaints ont débuté ; j’ai retrouvé ma fille après plusieurs semaines de ses cours, encore pour quelques jours. Comme les couleurs d’automne, cela fait partie des bonheurs qui n’ont pas de prix..

A bientôt !

Faire le plein

Le salon d’aquarelle de St Sériès méritait le détour, tant la plupart des oeuvres exposées étaient magnifiques, des fleurs, des forêts, des végétaux de toutes sortes, il y avait de quoi faire le plein de beautés..

J’ai pu échanger avec le sympathique et talentueux Stéphane Langeron, (on se connait depuis 20 ans), notamment au sujet de Brioude et de ses autres expositions..

Dans la deuxième photo on peut apercevoir mes aquarelles et au fond celles superbes de F. Thienpondt. J’ai pu voir de près celles de C. Izquierdo, de Dominique Boni (magnifiques !), ou encore de L. Scafi, Véronique Albert, R. Farail, etc.. de bien belles oeuvres qui mériteront un prix samedi prochain..

Ce dernier week-end fut donc très chargé, il a fallu amener les aquarelles le vendredi, y retourner le samedi pour le vernissage, tout en gérant la galerie, et des rencontres sportives pour lesquelles j’étais engagé. (Très fier d’avoir remporté le tournoi de tennis à Gadagne dans ma catégorie d’âge – +55 – au point d’en avoir mis la photo sur ma page Facebook, mais bon, à force de tirer sur la corde et jouer « au jeune » je me suis blessé à l’adducteur le dimanche matin lors d’un match dans lequel je menais.. Abandon inévitable, hélas..) Bref, j’ai fait le plein d’émotions diverses, comme un résumé de la vie en quelques jours.. La pratique sportive n’est pas un caprice mais un apport essentiel à mon équilibre, pour compenser les longues heures à peindre ou à attendre à la galerie. J’ai accumulé un peu de retard pour mes cours par internet et je demande de la compréhension et de la patience à certaines élèves, j’essaye de faire au mieux..

Le prix de l’essence ne cesse d’augmenter et cela devient presque un placement en bourse de faire le plein.. En peignant cette aquarelle de barque abandonnée j’étais un peu dans la métaphore de la situation actuelle : en rade..

C’est peut-être mon prochain moyen de transport pour rallier la galerie (la Sorgue ne passe pas loin de chez moi, puis je bifurquerai par le Calavon..), sinon bien sûr il reste le vélo, mais il fait trop froid en ce moment…

Cette aquarelle fait partie du pas à pas envoyé à certains élèves, quant à l’exercice de ce mois sur mon site, les commentaires ont été postés dimanche et seront visibles jusqu’à vendredi ; ensuite je posterai ceux que j’ai reçus ces jours-ci..

Le petit message de cette aquarelle reste clair cependant ; même si vous êtes en rade, ou abandonné, ne perdez pas de vue les couleurs magnifiques du ciel et des reflets qui vous entourent..

A bientôt !