Remaniement

Rien à voir avec le gouvernement, bien sûr, mais il y a parfois un parallèle avec ce que l’on peint et ce qui se passe dans l’actualité..

Cette année je suis toujours très en retard par rapport à mon nombre d’aquarelles peintes habituellement ; même pas cent, alors qu’à cette date je suis plutôt autour de 120 ou 130.. Bref, qu’importe , ce n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité.. Garder un cap, du soin, de l’amour dans chaque création de façon à ce qu’elle puisse plaire à la personne qui lui sera destinée, tel est le but..

La porte fleurie (20 x 20 cm)Cette petite aquarelle vous attend (peut-être) à l’atelier de Roussillon.  Des bignones, des géraniums, une porte bleue.. Un peu de douceur et de fleurissement dans la chaleur de juillet.     J’ai pu finir de peindre aussi le sujet du cabanon aux coquelicots que j’ai proposé en exercice. Je le posterai après demain sur l’onglet. Je dois avouer être un peu saturé par les coquelicots en ce moment, c’est pour ça que ce seront les derniers avant quelques semaines.. En voici d’ailleurs une dernière rasade :

les coquelicos 20 x 50 cmLe temps est maintenant aux lavandes ;  le prochain article y sera consacré, de même que sur les quelques huiles que j’ai peintes ces jours-ci.. (J’y ai pris plaisir, et cela est très important quand on fait quelque chose)..

Il reste une semaine pour vous inscrire au stage proposé début août à Roussillon ; n’attendez pas trop.. Le nombre de places restantes est visible sur l’onglet des stages.

Les journées à l’atelier sont parfois longues ; et sans internet ; c’est pour cela que je passe parfois du temps à retoucher, à remanier, certaines aquarelles plus anciennes.. Je ne peux pas vous les montrer, mais parfois il y a un petit détail , en plus ou en moins, qui peut faire toute la différence..  J’avoue une certaine jubilation à le faire.. On a l’impression à ce moment de pouvoir revenir sur ses erreurs passées , de les corriger, et faire que tout aille mieux..   On aimerait faire de même dans la vraie vie ; on apprend juste de ses erreurs.

Je profite de cet article pour saluer Elisabeth, Françoise, Jocelyne, Anne Marie,  ainsi que d’autres qui lisent régulièrement ce blog, en espérant ne pas vous décevoir..

Prenez soin de vous (et restez vigilants sur les gestes barrières..)

« Lorsque souffle le vent du changement, certains construisent des murs…D’autres des moulins ».

Sinusoïdal

S’adapter, s’habituer, se sont des verbes que l’on conjugue tous les jours quand on cherche à vivre de sa peinture. Rien n’est linéaire dans ce qui nous arrive, tant dans la réussite de nos créations artistiques que dans la fréquentation de nos ateliers..  Il en est ainsi à Roussillon, il y a des jours « avec » et des jours « sans » ;  on passe par des moments d’euphorie et d’espoirs (pour quelques ventes réalisées à la suite) puis,  il suffit de 2 ou 3 jours dans le désert de bredouille pour remettre tout en question, et se demander si ça vaut le coup de continuer..    On apprend à vivre comme ça, de manière sinusoïdale.  Je persiste à penser malgré tout que c’est une chance de pouvoir exprimer sa créativité, de pouvoir l’exposer, et qu’elle puisse plaire à certains..  Cela nous donne un rôle, une raison d’être ; bien plus important que nos états d’âmes et nos doutes récurrents quant à la certitude de boucler nos fins de mois..

Le mois de juillet se lance maintenant ; nous verrons bien..  J’ai pris le temps de peindre des anciens sujets proposés en exercice que je n’avais pas eu le temps de faire à l’époque ; en voici deux :

Sous le beffroi de Roussillon coule (non pas la Seine, mais) le temps  de la contemplation.. Les visiteurs se rendent compte de la beauté des lieux ; c’est important de se rendre compte de la beauté de ce qui nous entoure..  « Peindre c’est capturer l’instant fugitif de la beauté d’un paysage ». Avec nos moyens bien sûr ; notre désir de bien faire, menotté à nos capacités techniques, parfois fluctuantes ou restreintes..   Nous sommes là pour progresser.

Je suis en train de peindre le sujet d’exercice du cabanon aux coquelicots.. (Ok, c’est un sujet très très classique, mais bon, celui là est situé à environ 800 m de l’atelier de Roussillon, je ne pouvais pas le laisser passer..).  Je commencerai à poster les premières réponses ce week-end et je supprimerai les visuels de l’exercice des cerises..

je voulais dédier cet article à Dominique, en remerciement de sa fidélité et de sa gentillesse.

Je vous souhaite un beau mois de juillet, dans l’espérance de la sérénité, et l’harmonie de nos réalisations..

présent

 

Pareil

Il est impossible de refaire une aquarelle à l’identique ; c’est ce qui fait l’un des charmes de cette technique, même si l’on travaille plus dans le sec pour plus de précision il y a toujours des aléas de l’eau qui vont créer des nuances  inévitables, d’une aquarelle à l’autre.. C’est pour cette raison que si j’ai 100 élèves qui peignent le même sujet, dans le même format, il y aura toujours des différences.. C’est cela la richesse de l’humain. Notre beauté ; notre différence..

Il m’arrive bien sûr de refaire le même sujet, parfois quelques mois plus tard ; parfois sur un autre format ou un autre papier, et les résultats sont toujours intéressants.  Une aquarelle comme celle des marches qui montent vers la lumière pourrait avoir encore des dizaines de versions, tant on peut changer les couleurs, les effets mouillés, le cadrage, etc… Voici donc celle réalisée en cours avec mes élèves :

Vers la lumière (30 x 40 cm)Peut-être allez vous préférer ma précédente version ? Chacun a son ressenti devant une aquarelle, un chemin vers le coeur qui lui est propre..  C’est pour cela que chaque aquarelle a son destinataire.. Une âme soeur quelque part dans le monde. C’est un peu pareil..

Le mois de juin se termine bientôt. Je ne vais pas me plaindre ; j’ai cette chance inouïe de pouvoir peindre, vous parler, voir, me déplacer, ce sont des évidences qui n’en sont pas pour certains ; il faut s’en rendre compte..   Oui, ce mois de juin était difficile pour vendre des aquarelles. Environ 60 % de moins…Même si les 2 dernières semaines étaient un peu meilleures.. Heureusement je suis habitué aux éternelles promesses des « je reviens après manger » , ou « vous avez une carte ? je vous contacterai.. », etc.. La vie d’artiste est faite d’attentes, d’espoirs déçus, auxquels ont est préparés..  Même à ces visiteurs si nombreux, qui peignent aussi, ou qui ont une grand-mère (qui ne fait pas du vélo mais) qui peint aussi..

pareil Cette illustration trouvée sur Facebook m’a bien fait rire, car elle est très réaliste.. J’ai juste recadré pour ne pas montrer l’énervement du peintre dans la dernière case ; ce n’est pas mon genre de m’énerver. C’est plutôt une chance de pouvoir discuter avec des gens qui s’intéressent à ce que l’on peint ; certaines rencontres sont des voyages merveilleux dans l’univers de l’Humain..

Un mot pour vous dire que j’ai réussi l’aller-retour Velleron – Roussillon en vélo la semaine dernière. (Pour des raisons écolo-économico-sportives).. Ce fut dur, surtout à l’aller, mais le retour – en moins d’une heure et demie – était plus facile.. Je le referai prochainement..

Le prochain exercice sera proposé mardi soir ou mercredi. Il y en aura 2 en juillet.. Et n’oubliez pas de regarder mes dates de stages…

« Le monde, il faut l’inventer soi-même, sinon, en fin de compte, il est partout pareil. » (F. Dard)

Mouillé

« Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés  / Qui font se fondre en pleurs les coeurs ensorcelés  / Quand, agités d’un mal inconnu qui les tord,  / Les nerfs trop éveillés raillent l’esprit qui dort..

Tu ressembles parfois à ces beaux horizons  / Qu’allument les soleils des brumeuses saisons…  / Comme tu resplendis, paysage mouillé  / Qu’enflamment les rayons tombant d’un ciel brouillé ! »

Extrait d’un poème  de Ch. Baudelaire, tiré des Fleurs du mal.

Cela fait du bien de relire un peu de poésie, en ces jours où l’incertitude règne , où la chaleur s’installe, un peu de douceur dans ce monde de brut..  Et si je le partage aujourd’hui c’est que j’ai trouvé une évocation proche de certaines aquarelles travaillées dans le mouillé sur mouillé..

Lumière de ProvenceLa dernière en date est cette aquarelle, amenée à Roussillon cette semaine.  Difficile de rendre les nuances réelles en photo, surtout quand il y a des transparences, mais cela donne une impression d’ensemble..

Les exercices des cerises ont été commentés ; ils seront lisibles jusqu’au 5 juillet, mais avant cela il sera proposé un nouveau sujet. Le 1er juillet.

Concernant le stage de début août j’ai déjà plusieurs inscriptions, c’est encourageant. Il reste encore des places, il suffit de regarder l’onglet concerné et de me contacter par mail..

Je suis aussi en train de peindre des fleurs en ce moment ;  Ce ne sont pas les fleurs du mal, (même si la beauté a parfois la cruauté de son inaccessibilité), ce sont juste  des coquelicots .

Les coquelicots - (22 x 30 cm)Petite dédicace à Jacqueline R. au passage, je travaille également sur 2 autres aquarelles de coquelicots ; même si leur floraison est passée, principalement,  il reste toujours ce souvenir indélébile de leur beauté, fragile et éclatante, qui imprègne la fugacité de nos instants essentiels…

Prenez soin de vous…

Artists’lives matter*

* »Les vies des artistes comptent »..

Si la parole est aux minorités, bien que nous ne soyons pas opprimés , discriminés ou méprisés comme certains, nous pourrions nous plaindre nous aussi du peu de considération auquel nous avons droit depuis la fin du confinement.  Dans un article du Sunday Times un sondage sur les métiers non essentiels (à la société) mettait en tête les artistes à 71 %.. Et pourtant pourriez vous vivre harmonieusement sans écouter de la musique, visiter des musées, voir des spectacles, lire, etc… ?   La vie est un tout, et nous faisons partie, vous comme moi, de ce tout où chacun a sa place..

Il est vrai que je me pose la question quand je vois le nombre de personnes qui passent devant l’atelier, sans s’arrêter, en disant parfois « tiens, t’as vu ? C’est joli.. », mais ne prennent pas le temps de rentrer. Le nombre de visiteurs a augmenté dans le village, c’est une bonne chose, mais peut-être faudrait-il installer un panneau clignotant « Entrée gratuite » pour inciter les gens à s’intéresser à ce que d’autres peuvent créer de leur mains..   Toutefois, dans ce désert relatif, il y eu une oasis bienvenue : la vente d’une grande aquarelle représentant la lumière dans les arbres, en mouillé sur mouillé..  Si (comme je le pense) la vie est faite de signes, celui là est prometteur : la lumière est à la sortie de la forêt..Les jours meilleurs sont à venir..

duo provençaldans le mouilléJ’ai peint ces petits paysages dans le mouillé, avec en point commun la lumière au bout..(Pardon pour le mauvais cadrage du dernier, ce doit être l’abus d’alcool, sans doute..). J’ai fait aussi cette petite correction de l’aquarelle inachevée d’une élève :

Tout n’est pas perdu. Tant qu’il y a de la vie, y a de l’espoir…

Avez-vous remarqué les changements sur mon site ? J’ai relooké la page d’accueil, mais j’ai aussi mis à jour tous les visuels de mes pages « Aquarelles ».. N’hésitez pas à y jeter un oeil ; (Entrée gratuite !)…

Les réceptions de vos exercices sur les cerises sont presque terminées ; j’ai de quoi faire un sacré clafoutis..! Ou de la confiture, en tous cas je pense être plus apte à en poster des commentaires d’ici la semaine prochaine que de cuisiner quoi que ce soit..   N’oubliez pas non plus les dates de mon stage proposé en août prochain..

une dernière citation pour finir ; destinée à certaines élèves qui se reconnaîtront..

apprendreC’est pour cela que ça fait bien longtemps que j’ai arrêté d’être parfait…

Les marches du progrès

En allant faire une marche vers la Sainte Baume il y a quelques mois j’avais pu faire des photos de ces escaliers en pierres , dans la forêt, qui mène jusqu’à la grotte de Marie Madeleine.. La vue de là-haut était magnifique..

Je me suis inspiré de ces marches pour faire cette aquarelle il y a 2 jours :

Les marches du mystèreLa lumière, ou le progrès, se trouvent probablement tout là-haut.. Sans oublier bien sûr qu’à chaque pas, chaque marche  apporte son lot d’apprentissage et d’évolution..   Pour ceux qui s’en souviennent, (les fidèles de ce blog), j’avais posté une aquarelle similaire , et dans les mêmes tons bleus en 2015 ; pour le départ de ma mère. Quasiment 5 ans jour pour jour.

les progrès que l’on fait à l’aquarelle sont toujours fluctuants ; parfois on se surprend, parfois on a l’impression de stagner, (voire régresser).. Mais on ne peut pas tout réussir ; il faut simplement accepter nos imperfections et nos irrégularités..  Je dédie cette aquarelle à Michèle, Geneviève, Hélène, et Françoise D. qui se reconnaîtront..

Un mot pour vous dire que les dates de mon prochain stage ont été affichées ; (voir onglet cours/stages). Ce sera du lundi 3 août après-midi au jeudi 6 août matin. A Roussillon. Bien sûr possibilité de ne faire qu’une demi-journée. Places limitées à 5 à l’intérieur et 6 en extérieur. Vous avez jusqu’au 15 juillet pour m’envoyer un mail pour inscription.

Concernant l’exercice des cerises, ayant déjà reçu quelques réponses, vous pouvez dès lundi m’envoyer votre photo d’aquarelle. Je pense qu’il y en a qui ont fini depuis déjà longtemps..

Je vais terminer par un hommage à ma fille préférée. (C’est normal puisque je n’en ai qu’une..).  Je vous ai déjà montré une tête de statue qu’elle avait dessiné il y a quelques semaines ; cette fois-ci elle s’est inspirée d’un dessin de Francine Van Hove (calendrier de 2002) pour cette magnifique jeune femme endormie..

dessin d'InèsJe ne dessinais pas aussi bien à 15 ans et demi, (ni même encore maintenant), mais j’essaye d’apprendre de mes erreurs ; marches après marches…  La grande difficulté pour les jeunes d’aujourd’hui, malgré le talent que certains peuvent avoir, c’est d’arriver à gérer au mieux l’utilisation de leur portable, des réseaux (a)sociaux, et du temps qu’ils y passent.. Je n’ose imaginer les progrès réalisés si on utilisait juste la moitié du temps qu’on y consacre pour travailler vraiment sa technique..

« Il n’y a pas d’ascenseur vers le succès ; vous devez prendre les marches. »

Encouragement

Du courage il en faut en ce moment, les visiteurs (français quasi exclusivement) se font rares à Roussillon, et les ventes sont aussi maigres que le bon sens de Donald Trump.. Oui, ce n’est pas avec 2 petites ventes (à moins de 60 €) depuis l’ouverture le 21 mai, que les projets d’achat de ma nouvelle Ferrari se feront, mais bon,  cela ne peut qu’aller en s’améliorant ; j’ai la chance d’avoir été aidé par des « mécènes » contemporains, des anges gardiens de ma voie d’artiste, sans qui ce choix de vie aurait été (très) compromis.. Je tiens à saluer notamment Gérard, Christiane et Martine notamment, qui m’ont beaucoup aidé..

Et puis il y a aussi ces mails que l’on reçoit, qui vous félicitent ou vous encouragent, jamais anodins  surtout en cette période, et même une lettre manuscrite (chose rare) reçue la semaine dernière… En voici un extrait :

une lettre Cette dame a eu des mots d’une grande gentillesse, qui ont autant d’importance qu’une vente qui encourage à continuer.. Cela donne un sens à ce que l’on fait et  des raisons de continuer..

Beaucoup de choses à régler en ce moment, des imprévus, des détails, la présence également de 2 de mes enfants, tout cela fait que je manque de temps.. J’indiquerai néanmoins les dates du prochain stage sur mon site la semaine prochaine.

J’ai quand même réussi à peindre pour vous : une ballade dans une rue de Miramas le vieux, au temps de la glycine en fleurs.. Je dédie cette aquarelle à Françoise et à Jacqueline..

Maison à Miramas le vieux Je vous souhaite de belles promenades dans nos villages et nos campagnes, à vous émerveiller, encore et toujours…

« Le courage ne rugit pas toujours. Parfois , le courage est cette petite voix intérieure qui nous dit : j’essaierai encore demain. » (M. A. Radmacher)

De l’air…!

« La vie,  ce n’est pas seulement respirer, c’est aussi avoir le souffle coupé ».

Il est étrange de constater que les principaux événements dans le monde auxquels nous avons droit depuis quelques mois se résument à la difficulté de respirer..    Après les incendies, du Brésil en Australie, qui ont fait suffoquer la planète,  puis ce fameux corona virus responsable de détresses respiratoires, il y a cette sauvage arrestation qui tourne mal (par étouffement) et dont le slogan devient I can’t breathe… (Je ne peux plus respirer)…  Provoquant là aussi  des prises de conscience, des réactions -parfois violentes- comme si ce besoin de respirer, de vivre en liberté, se devait de passer par une forme de (re)naissance.. Un besoin d’air. Un changement d’ère.. (Peut-être..)

Je ne suis pas là pour commenter l’actualité ; je ne fais qu’observer ce qui se passe et j’en émets un jugement, simplement personnel.   Peindre des aquarelles reste bien loin de ces agitations mondiales, même si inconsciemment il doit y avoir une répercussion ; visible ou perceptible..

oliviers en ProvenceCes 2 petites aquarelles , odes aux coquelicots et surtout aux oliviers , sont parmi les rares que j’ai peintes en mai. « …Le vent dans l’olivier, caressé de lumière… » (extrait de mon poème sur Peindre à l’aquarelle), est un résumé de notre modeste rôle : montrer la beauté qui vit autour de nous.  C’est peut-être cela l’AIR de l’Artiste.  L’R de l’aRtiste.. Une part de lui même qui se traduit par le vent suggéré dans le feuillage des oliviers, ou celui que l’on imagine dans les ruelles des villages provençaux, ou encore celui qui fait frémir les champs de lavandes, comme frémit l’émotion dans le regard du spectateur qui sera touché par la peinture devant lui..

Un petit rôle dérisoire ; mais un petit rôle quand même..

Nous espérons dorénavant davantage de visiteurs dans la galerie de Roussillon pour voir cela ; la réouverture des cafés, du sentier des ocres, les reportages à la télé sur notre beau Luberon devraient convaincre quelques français à découvrir des beautés pas si loin que ça..  Et entrer dans une galerie reste gratuit ; il ne faut pas hésiter à lever la tête et regarder autre chose que ses notifications sur son portable..

D’ici la fin de la semaine prochaine je posterai des possibilités de dates pour un stage à Roussillon, soit fin juillet soit début août.. Toujours possible en demi journée ou journées entières..    J’en profite pour avertir mes élèves de Velleron que mes cours sont officiellement terminés cette saison. Ils reprendront en septembre.  Mais si vous avez besoin d’un conseil sur un travail en cours, je reste joignable par mail ou portable pour vous aider..

Rendez-vous vers le 20 juin pour les réponses à l’exercice des cerises..  Il est fort probable qu’une brise légère se glisse entre les feuilles et les fruits.. Cette vibration imperceptible est ce qui fait notre touche personnelle dans chaque peinture.. Il n’y a que le regard qui change..

« La respiration est le berceau du rythme« . (R. M. Rilke)

Bleu comme un rêve

« Le ciel n’est pas moins bleu parce qu’un aveugle ne le voit pas ».

Certes,  la conjoncture n’est pas terrible, nous commençons à peine à sortir la tête de l’eau, et envisager timidement une vie plus sociale.. Pas de précipitation bien sûr, restons prudents ; mais il y a des signes qui redonnent espoir..   Par exemple, la fréquentation à la galerie de Roussillon cette semaine était déprimante ; pas plus de visiteurs que de doigts (voire de nez) par journée, et même un jour à zéro.. Le temps paraît bien long dans ces cas là.. Mais aujourd’hui le sentier des ocres rouvre son accès, et bientôt les cafés suivront, comme la fin de la limite des 100 km.. C’est encourageant..    Le français a l’habitude de râler pour tout et son contraire, alors qu’il devrait se réjouir d’avoir la chance de vivre dans un si beau pays. Tant de gens nous envient nos si beaux paysages, et leurs variétés ; ce n’est pas pour rien que la France est le pays le plus visité au monde. Cet été j’espère que beaucoup découvriront nos merveilleuses régions.. Le rêve est souvent à quelques pas.

Les reflets bleus« Souvent, j’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot. » (H. de Balzac)

Les artistes sont là pour vous embarquer dans l’univers du rêve. Pour vous aider à larguer les amarres ; c’est plus puissant parfois que certains alcools (ou même du Champomy), et quand on voyage dans sa tête, devant un tableau, on peut aller bien plus loin que l’on ne pense..

Un nouvel exercice sera proposé lundi. Vous aurez plus de temps cette fois-ci, et le prochain sera proposé en juillet.  Il est fort probable que je propose un stage à Roussillon fin juillet ou début août ; limité à 5 personnes. Les dates seront renseignées sur mon site avant le 15 juin.

J’ai été contacté récemment pour un article me concernant sur le site Prontopro. Je vous mets ici le lien :

https://www.prontopro.fr/blog/jacques-williet-professeur-de-peinture-a-laquarelle/

Il y a plusieurs autres professionnels (et leur portrait) que l’on peut trouver dans ce blog ; bon, ne faite pas attention à l’année de ma naissance qui y est mentionnée, c’est surement une erreur car je suis persuadé d’être né dans les années 80 ou 90..Je ne suis plus très sûr…    Ouais, bon…Bref..

Passez un bon week-end,  bleu comme un rêve…

Chaque rencontre guide

Moins de 30 personnes ont visité l’atelier de Roussillon en ces 4 premiers jours d’ouverture. C’est (très) peu. Il faut dire que le village semble désert, les bistrots étant fermés, les promeneurs ont tout le loisir de prendre les photos qu’ils veulent, c’est au moins un avantage.. Ironie de l’histoire, la seule petite vente de ces premiers jours ( 60 € Youpi !) fut à l’attention d’un couple d’australiens (vivants à Aix).. C’est vrai que pour l’instant la limite des 100 km de déplacement est une contrainte ; cependant j’espère que les français se montreront plus intéressés et prouveront que l’art n’est pas réservé aux étrangers. De plus , mes tarifs n’ont pas augmenté depuis 2 ans, et ils sont loin d’être inaccessibles..

Je ne suis pas effondré ni pessimiste.  La vie apporte toujours des réponses ; des rencontres ; il faut juste s’adapter à ce qui nous arrive..

Pour cette saison 2020, je partagerai donc l’atelier galerie de Roussillon avec Annissa O.

Annissa O - Jacques Williet

Annissa peignait à l’huile ou l’acrylique depuis plusieurs années, avant de découvrir l’aquarelle il y a peu. Un parcours « international », avec 20 ans passés aux U.S.A. (dans le Colorado notamment où elle enseigna le français), 6 mois en Inde (pour un apprentissage de la méditation), avant de revenir en France et de devenir guide conférencière, d’abord à Bordeaux, puis en Provence.. Inutile de préciser qu’Annissa est trilingue (anglais, espagnol, français), ce qui n’est pas négligeable avec les touristes de Roussillon..(Quand ils reviendront…). Pour ceux qui voudraient voir son site, voici un lien : https://annissao.com/

accrochage AnnissaC’e n’est pas la meilleure année pour commencer à exposer, avec ce covid qui bouleverse tout, mais les choses avancent si nous ne restons pas immobiles.

Chaque rencontre nous guide ou nous fait évoluer ; nous apportons à l’autre autant que ce que l’autre nous apporte, quelque soit la durée de cet échange.. Ce peut être une visite à l’atelier qui  ne dure que 5 minutes, ce peut être un commentaire ou un conseil sur une aquarelle, comme ce peut être un partage de plusieurs années de vie..  C’est l’intensité ou la pertinence qui compte. Pas le temps.  Cette « philosophie » rejoint la citation de Paul Eluard qui illustre mon site : « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. »

Le rendez-vous des exercices pour élèves s’est terminé hier avec rapidement les 20 premiers. Je posterai mes commentaires cette semaine. Pour la première fois, depuis longtemps, je n’ai peint que 2 ou 3 aquarelles ce mois-ci. Une légère décompression sans doute, après avoir tant peint durant le confinement. Vous en verrez une nouvelle la prochaine fois..

Le nouvel exercice sera posté le 1er juin. (A déguster probablement). Mais il n’y en aura qu’un pour le mois.   A suivre, donc…

Prenez soin de vous…