Changement d’air en Camargue

Respirer… (S’) inspirer…

En ces temps où les mesures de couvre-feux, voire de confinement, se réinstallent progressivement, je vous emmène faire un tour en Camargue..   Cela fait du bien de changer d’air, avant de changer d’heure (demain soir), et en espérant un changement d’ère  pour un avenir meilleur sur cette petite Terre que nous partageons tous…

Les beautés de la nature se cachent dans le calme de la Camargue, dans les couleurs du ciel qui se reflète dans l’eau, dans l’envol des flamants, dans les chevauchées des camarguais épris de liberté..

Je vous avais déjà montré une aquarelle de flamants il y a quelques semaines, j’en ai fait une seconde version, plus grande cette fois :

J’en avais fait une autre (en commande) avec des taureaux, des chevaux, des oiseaux, des roseaux, et de l’eau, bien sûr.. (ça fait beaucoup de « au »…), mais je n’ai plus la photo (poil au dos).. Désolé.    Du coup , j’ai fait cette version de l’envol des flamants :

A ceux qui me posent la question si je peins directement sur le motif, je peux vous dire que ce soir là  j’ai dû faire très vite, les pieds dans l’eau, à saisir le battement d’ailes, le placement des pattes et des éclaboussures , mettre les bonnes couleurs, etc.. etc..  Ah c’est dur la peinture en plein air….!                 Bon, si vous m’avez cru c’est que vous regardez trop la télé..

Cette autre aquarelle est un hommage à l’heure exquise.. Celle de la fin du jour et des couleurs rosées qui embrassent l’eau, les roseaux, et la sérénité des flamants..

Il est probable que je tente une seconde version de ce sujet, avec un ciel plus mouillé..  Le sujet était inspirant en tous cas. Je le dédie à certaines personnes parmi mes élèves qui le travaillent en ce moment..

Dans presque une semaine la galerie de Roussillon fermera ses portes. Les temps sont durs (mais nous ne sommes pas les seuls) ; sur ce mois d’octobre les journées à 2 ou 10 € de ventes sont fréquentes, mais quand il arrive une vente à  40 €, alors là, on est à deux doigts de déboucher une bouteille de Champomy..!!!    C’est une question de clientèle, qui n’est pas la bonne en ce moment ; et il arrive toujours que des gens trouvent cher ce que d’autres ne trouvent pas assez .. Le juste prix est toujours une variable qui a ses impératifs ..

Il est probable que le mois prochain j’ouvre un nouvel onglet sur ce site avec des visuels de mes petits formats (40, 60, 90 €), histoire de vendre possiblement par internet, en vue de Noël par exemple..

D’ici là, respirez bien, expirez, inspirer… et surtout gardez le moral !!

Les illuminés de l’obscurantisme

Je suis enseignant

Mes parents (qui se sont rencontrés à la Sorbonne à Paris, il y a bien longtemps) étaient profs de lettres (Français, Latin, Grec).. Ils auraient bien aimé que je sois prof d’Arts plastiques, dans un collège ou lycée, un peu comme eux, ou au moins pour avoir la sécurité de l’emploi..  Même si cela aurait pu se faire, le destin en a décidé autrement ; L’école des Beaux-arts devait être une première étape, hélas,  coupé par le service militaire, je n’ai plus eu le même élan en 4ème année..     Ma vie a pris un autre chemin. Un mariage, des enfants…   Mais la rivière peut faire maints détours, elle arrive toujours à la mer..  Au bout du compte , sur les chemins de la vie d’Artiste, je me suis mis à enseigner les arts plastiques. Cela fait plus de 22 ans maintenant.. Pardon papa et maman, j’espère que vous n’êtes pas déçus de moi.. Ce ne fut pas dans un collège ou un lycée, mais dans des MJC..

Je suis enseignant

C’est bien sûr par solidarité avec la mort de ce prof que j’ose afficher cette petite phrase, comme il y a 5 ans avec Je suis Charlie.. Ce n’est pas tant que je soutienne les caricatures religieuses, tout comme le respect des croyances de chacun, mais je suis effondré par ces abysses d’intolérance et d’ignorance mélangées.. Ce fanatisme moyenâgeux (quel qu’en soit l’origine) où dans ce profond obscurantisme arrive à ressortir des assassins illuminés.. Cruel paradoxe..

L’aquarelle est l’art de la lumière, et la réussite d’une oeuvre dépend de son mariage, son harmonie , avec  les zones d’ombres qui la composent..   Trop de lumière rend aveugle. Trop d’obscurité aussi..

Je ne suis pas grand chose ; petit aquarelliste, j’essaye d’aider ceux qui cherchent à progresser dans cette technique.. Tout en essayant de vivre de ma peinture. C’est difficile parfois, mais je ne regrette pas ce choix.   La vie est un chemin , bordé d’ombres et de lumières.. Cette aquarelle récente en est un peu le symbole :

J’ai pris du plaisir à retravailler sur du papier Canson Montval, pour changer un peu de l’Arches habituel..

Mon prochain article sera sur la Camargue ; j’en termine en ce moment, avant de travailler sur l’automne..     Le temps qui m’est donné m’a aussi permis d’écrire mes commentaires sur vos exercices d’aquarelles.. Ce n’est que mon avis, n’oubliez pas, et ce n’est pas parole d’évangile.. (J’espère que je ne recevrai pas de menaces quelconques pour avoir un jour déçu un aquarelliste amateur demandant conseil.. On ne sait jamais…)

Plus que 2 semaines avant la fermeture de l’atelier de Roussillon. Il est difficile de faire pire que depuis un mois, mais tant qu’il y a de la vie…On y croit…

Je vous laisse avec ces paroles extraites de la chanson de J.J. Goldman « Il changeait la vie »..   Paroles qui collent parfaitement à l’actualité..

C’était un professeur, un simple professeur
Qui pensait que savoir était un grand trésor
Que tous les moins que rien n’avaient pour s’en sortir
Que l’école et le droit qu’a chacun de s’instruire
Il y mettait du temps, du talent et du cœur
Ainsi passait sa vie au milieu de nos heures
Et loin des beaux discours, des grandes théories
À sa tâche chaque jour, on pouvait dire de lui
Il changeait la vie
A bientôt (dans la lumière des sourires…) !

 

 

 

 

 

 

Dans les lumières d’octobre

Tout ne va pas pas si mal.. J’ai enfin vendu une aquarelle à la galerie ce week-end. Au bout de 11 jours, certes, mais c’est celle qui s’intitulait « La promesse de l’aube ».. Tout un symbole..  C’est surement un signe, comme la vie nous en envoie souvent, pour insuffler un espoir, une raison de voir du positif..

Du coup j’ai renoncé à bloquer les rues de Roussillon avec mes pinceaux et mes feuilles.. (A l’instar de certains forains qui ont bloqué des routes avec leurs camions  pour protester contre les mesures qui détruisent leur activité..). Bon ; ça n’a pas marché..  A l’instar de certains , j’ai aussi pensé aux feux d’artifices, pour impressionner et attirer l’attention.. Mais bon, là aussi , ce n’est pas ce genre de lumières que l’on attend en octobre.. Celles que l’on perçoit dans les arbres, dans les champs de vignes qui commencent à rougir, dans les nuages et les ciels à la fin du jour ont tellement plus de beauté et de sens que le reste paraît bien dérisoire..

Je me suis décidé à m’inscrire sur la liste des artistes professionnels d’Avignon et sa région. On ne sait jamais, si cela peut toucher quelques potentiels futurs acquéreurs.. Voici le lien sur leur site :

Liste des Artistes

J’y ai mis des photos de mes aquarelles les plus « contemporaines » ; mais je ne renie pas mes autres sujets pour autant..    Concernant le concours de L’Art de l’aquarelle, ce sont des rivières que j’ai sélectionnées ; les votes seront permis en novembre, je vous en reparlerai..

Concernant les exercices pour élèves, j’ai eu (forcément) le temps de peindre cette fois-ci.. Même les 2 sujets . Voici le premier :

 

 

 

 

 

 

J’ai remplacé les poteaux par des cyprès, travaillé le feuillage du gros arbre à  l’éponge, et rajouté des touches printanières.. La lumière d’octobre s’est transformée en lumière de printemps..

 

 

 

 

 

 

 

La petite ruelle de Bonnieux est devenue plus fleurie ; un chat s’est invité aussi..(Bon d’accord, il est un peu noir, mais j’avoue que par paresse je ne prends pas le temps pour un autre pelage..). Je ferai des efforts la prochaine fois..

Je ne sais pas de quoi seront faites les vacances de Toussaints , si les gens pourront ou non se déplacer ; quoi qu’il en soit, l’atelier galerie restera ouvert (si c’est autorisé) jusqu’à la fin du mois..  Mais je rappelle qu’il est possible de commander par internet (en m’envoyant un mail) .. Je ne vends pas encore mes charmes, je pense que mes aquarelles ont plus de chance d’avoir du succès sur internet.. (Quoique avec photoshop ou les filtres snapchat ont peut faire des miracles, mais bon je m’éloigne…)

Gardez le sourire, c’est important..  Et n’oubliez pas de regarder les belles lumières d’octobre ; l’hiver peut attendre…

L’eau créatrice

Ou trop… Ou pas assez..

Il n’est jamais évident  de savoir doser la quantité d’eau  idéale quand on réalise une aquarelle, selon les zones ou selon le sujet, et l’équilibre à trouver avec la quantité de pigments.. La plupart des défauts des jeunes aquarellistes viennent de là, de cette gestion de l’eau. Il faut savoir qu’elle est notre alliée et non pas un problème, il faut oser jouer avec elle, car elle est créatrice, autant que la direction que l’on donne à notre main..

L’eau créatrice, c’est aussi le nom du livre de Jean-Louis Morelle, paru en 1999, qui fut un véritable choc, et à l’origine  de mon orientation vers l’aquarelle.. Avant ça , je ne savais pas qu’on pouvait faire d’aussi belles choses avec cette technique..  J’ai acheté récemment un autre livre sur l’aquarelle, d’Isabelle Gagneux, et préfacé par le même Morelle.. Il est aussi remarquable, et donne envie de peindre..

Oui, l’eau est créatrice ; mais si j’ai choisi ce titre c’est aussi pour avoir une pensée pour ceux qui ont tout perdu, dans la Vésubie ou la Roya, la semaine dernière, car l’eau peut hélas aussi être destructrice..   Ou trop, ou pas assez..    A l’heure où certaines régions sont en manque d’eau, où des incendies ravagent certaines zones de la planète, il y a des endroits où elle déboule de toute sa force, emportant tout sur son passage.. Cruelle ironie de notre monde.

A part ça, presque une bonne nouvelle : On a enfin trouvé un truc positif chez Trump.. Bon, positif au covid, mais cela donne de l’espoir… Je plaisante bien sûr..

Nous sommes le 7 octobre, et j’espère toujours ma première vente du mois à la galerie de Roussillon..  3 visiteurs hier, c’était un peu juste. Et pourtant, il y a bien des promeneurs qui passent devant la porte, qui disent « Oh t’as vu comme c’est beau ! », mais qui continuent leur chemin sans entrer.. On s’habitue à ce genre de choses, et l’on se dit que par rapport à des gens qui ont tout perdu lors d’une inondation, ce n’est pas très grave..   Au moins j’en profite pour peindre un peu.. Je suis actuellement sur l’un des exercices pour élèves ; je vous le montrerai bientôt..

En attendant j’ai peint Vaison la Romaine. Pour ceux qui s’en souviennent, en 1992, il y eut la terrible crue de l’Ouvèze qui fit des dégâts impressionnants..

Je préfère l’eau créatrice, c’est pourquoi j’ai pris du temps et  me suis donné du mal pour peindre quelque chose de fleuri, plein de renouveau.. (On y voit des arbres de Judée notamment).. C’est un format assez grand, il est visible à la galerie encore quelques semaines avant la fermeture.. Même si l’automne est là, cela fait du bien de caresser le printemps par quelques touches d’aquarelle..

Réjouissons-nous… Toutes les couleurs du monde , du printemps à l’automne, sont en nous, et n’attendent qu’un frémissement de pinceau pour embrasser le jour…

 

Asymptomatique

Je suis positif.

Ne vous y trompez pas, il ne s’agit pas ici de coronavirus ni de quelconque test auquel j’aurais participé… Non, je reste positif malgré toutes ces nouvelles et ces événements qui ont pourri (et qui continuent de pourrir) l’année 2020..

Cette saison tronquée à l’atelier galerie de Roussillon ne restera pas dans les annales ; le mois de septembre restera comme le plus mauvais depuis 5 ans. Ce n’est pas grave. Autre nouvelle depuis hier : le salon Lun’Aquarelle de St Sériès auquel je devais participer ce mois-ci vient d’être annulé. La faute aux mesures de précaution de ce fichu virus.. C’est dommage, j’aurais côtoyé de grands aquarellistes et participé à une superbe exposition sur le thème de l’inspiration florale et végétale.. Ce n’est pas grave. Le salon est reporté au printemps prochain..  Les choses auront évolué d’ici là, et tout ira bien.. (Et si ça se trouve, d’ici là, Trump ne sera pas réélu, les français gagneront des matches de tennis, des jeunes respecteront les tenues des jeunes filles sans les insulter, bref,) une ère nouvelle, pleine de tolérance et d’intelligence humaniste prendra son essor..

Je suis positif.

Il ne sert à rien de sombrer dans le catastrophisme. Si vous avez la chance de pouvoir  lire ce blog c’est que vous avez un peu de santé, un écran, et que vous partagez comme moi ce goût pour l’aquarelle, et ses envolées lyriques..

Pouvoir peindre nous rend asymptomatique.

Comme la vie est belle , malgré tout, j’ai peint ces fleurs, des  capucines,  dernièrement..

 

Deux versions d’un même sujet. Dédié à toutes celles pour qui la vie est un fleurissement, celles pour qui le soleil donne de la beauté aux choses simples, dans le moment présent.. Ce n’est pas grand chose, mais c’est pourtant l’essentiel ..

Pour ce qui est des exercices pour élèves, 2 nouveaux sujets ont été postés aujourd’hui.. Vous avez jusqu’au 15 octobre.

Pour conclure, je voulais remercier les fidèles lecteurs de ce blog et les commentaires sympathiques que je reçois..  Je ne me considère pas comme plus intelligent ou plus « éclairé » que d’autres, j’essaye juste de partager un billet d’humeur teinté d’aquarelle..

L’art qui cache la forêt

Quand on se fixe sur un détail on en oublie de juger objectivement la situation globale.. D’où la fameuse expression de l’arbre qui cache la forêt..

C’est un peu la même chose que l’on ressent parfois , en tant qu’artiste ; L’Art que l’on produit, que l’on expose, aux yeux du monde , masque trop souvent la réalité , (la « forêt » d’artistes que nous sommes) derrière nos créations..   Tout ce qu’il faut de recherches, de doutes, d’échecs, de persévérance,  de remises en question, de travail bien sûr aussi, pour  arriver à créer quelque chose qui touche le spectateur et  provoque en lui  une émotion, un voyage intérieur, une part de rêve..            Ceci est notre récompense. Même si dans la vie réelle les choses sont plus difficiles quand il faut payer ses charges et vivre décemment de son Art..          C’est un choix.  Et comme disait Sartre : Nous sommes nos choix.

J’ai peint cette aquarelle il y a quelques jours ; L’arbre mystique. C’est une vision, une métaphore de ce que l’on recherche, ou de ce que l’on pense être.. Différent des autres  dans la forêt, sans être forcément un olivier..   Il y a la lumière qui nous illumine, et l’eau qui nous nourrit.. Que faut-il de plus..?

  A l’origine l’aquarelle était dans les tons chauds, et sans rivière.. Mais elle a suivi son évolution au fil de mes propres insatisfactions.. Technique humide et finitions dans le sec..

Cette autre aquarelle s’intitule « Derrière les pins ».

Qu’y a t-il derrière les pins ? De la couleur, des lisières d’arbres, de cyprès, quelques maisons discrètes.. Ce n’est pas tant ce que l’on voit réellement qui compte mais ce que l’on souhaite y voir..   Un voyage au crépuscule..

Il y a tant de différence entre ces aquarelles et celle des roses précédemment montrée que je me demande parfois si je sais où je vais..   Fleurs, fruits, Provence, paysages dans le mouillé, brou de noix, mais aussi rivières.. On peut difficilement cataloguer mon style.. C’est sans doute aussi le fait de faire travailler mes élèves sur des sujets variés qui me pousse à cela..  J’ai la faiblesse d’aimer tous ces sujets et ces manières de peindre..

Le prochain thème du concours de L’Art de l’aquarelle sera « votre sujet favori »..  Je pense y mettre mes rivières, mais je ne suis pas encore certain.. Choisir est difficile ; surtout quand on aime.

Le prochain exercice pour élèves sera proposé le 1er octobre. Nous reviendrons à des choses plus classiques..

Un dernier mot concernant un documentaire très intéressant, pour ceux qui ont Netflix. Il s’agit de « Derrière nos écrans de fumée ».. Un constat effroyable sur la façon dont les réseaux sociaux, les écrans de toutes sortes, nous conditionnent et façonnent jusqu’à notre pensée..

N’est-il pas plus enrichissant de quitter son écran et d’aller  marcher (sans masque) dans la nature..  Dans la forêt..?

Il y a parfois des arbres qui cachent tout un univers…

De mémoire de rose

« De mémoire de rose il n’y a qu’un jardinier au monde.. Même si ce jardinier devient esclave de mille épines.. »

Voici donc ma propre version de l’exercice proposé ; elle serait différente demain, la vérité d’un instant n’est que l’expression d’un jour, surtout sur ce genre de sujet qui est plutôt complexe.. Pour cette fois-ci j’ai voulu travailler les feuillages en négatif, et flouter quelques parties.. Quand je serai plus fort, ou plus sûr de moi je tenterai autre chose, dans le mouillé par exemple… Mais pour cela il faut plus de disponibilité..                  Félicitations aux participants , surtout sur la version des roses fanées, (Nicole en a fait une version qui mérite tous les compliments reçus..). Même s’il m’arrive d’être nostalgique et mélancolique, je n’avais pas le coeur à peindre ce sujet pour le moment..

Le désert (de visiteurs) que l’on traverse en septembre à Roussillon me pèse et m’inquiète pour la fin de saison..(jusqu’à fin octobre).. Et sur mes cours hebdomadaires il n’y en a que 2 sur 5 qui sont à peu près remplis.   Mais bon , ce ne sont que quelques épines qui ne masquent pas le doux parfum des roses de la vie.. La politique de la peur menée par le gouvernement et certains  médias pèse chaque jour sur la confiance, même si la prudence est de mise, il est difficile de respirer l’air pur de l’optimisme..

Bref..

J’ai pu aller voir l’expo au cloître St Louis d’Avignon sur les aquarellistes français et chiliens.. Je ne m’attarderai pas sur les chiliens (qui sont loin de m’avoir convaincu) mais j’ai été bluffé par certains français.. Surtout Bénédicte Stef Frisbey et ses natures mortes, Dona Acheson Juillet, M.Ch. Mouly, Martine Stanguennec et ses portraits magnifiques, etc.. cela valait le coup.. J’ai pu discuter aussi avec Danièle Fabre.. Certains aquarellistes font preuve de grande créativité et d’originalité, ce qui donne l’envie de peindre et d’essayer d’autres voies aussi..

Pour en revenir aux roses, non pas les fleurs mais la couleur, j’ai fait cette commande récemment :

Les flamants roses en Camargue.. C’est un sujet que je vais travailler avec mes élèves dans les prochaines semaines  et ce sera l’occasion d’y revenir dans un prochain article.. Je dédie ces aquarelles à France, Françoise, Anne Marie, entre autres, pour leurs gentils messages..

Je termine avec cette citation de St Exupéry que j’apprécie beaucoup :

« L’homme cultive mille roses sans trouver ce qu’il cherche, alors qu’il pourrait le trouver dans une seule. »

Drôle d’ambiance

Garder le cap. Y croire toujours.. Même quand les visiteurs de septembre sont plus rares et moins acheteurs, même quand la rentrée de mes cours est emplie de doutes quant aux nombres de mes élèves (au vu des conditions sanitaires du moment), et surtout gardez le cap et l’espoir , même si encore une fois je n’ai pas été parmi les 25 aquarelles ayant eu le plus de votes sur le concours l’art de l’aquarelle.. Les millions …pardon, les dizaines de lecteurs et abonnés à ce blog n’ont pas été suffisants pour m’envoyer suffisamment de votes (de sympathie) pour obtenir au moins 120 suffrages au dernier concours..  Ce n’est qu’une déception de plus, on imagine (ou on espère toujours un peu) qu’on sera parmi les sélectionnés, force est de constater que mes aquarelles ne plaisent pas à tant de monde que ça..   De quoi boire des litres de Champomy pour oublier… ou s’injecter du caput mortum dans les veines…   Est-ce-que ça vaut le coup de continuer à peindre ?

Ben oui, bien sûr !!! S’il n’existe qu’une seule personne qui est touchée par ce que je peins, alors ça vaut le coup.. La joie et l’honneur d’une parution seront pour une autre fois, (tout arrive toujours au bon moment, j’en suis persuadé..), et puis c’est déjà bien , et rare, que mon nom apparaisse en page 8 parmi les participants aux rencontres Lun’aquarelle de St Sériès d’octobre prochain..

Bon, je vais quand même essayer de participer au prochain concours, et j’espère que je pourrai compter sur vos votes (et même un peu plus).. Je vous en reparlerai en novembre..

L’ambiance est particulière en ce mois de septembre ; pleine d’interrogations , d’appréhension … Mais l’espoir n’est jamais loin..


Ambiance Provence

Cette aquarelle représente la lumière provençale, dans la douceur, toujours  ; exprimée dans le mouillé sur mouillé..

L’exercice sur les roses est difficile et vous êtes peu nombreux pour l’instant à y participer.. C’est pourtant en sortant de sa zone de confort que l’on progresse.. Qu’avons nous à perdre ? Une feuille de papier ? Au pire…          Il reste encore 4  jours pour participer..

La reprise de mes cours ayant lieu cette semaine, principalement, je termine avec ce petit mot piqué sur facebook..  Il concerne la façon de se saluer (dans le fameux respect des gestes barrières, etc.. etc… dont ils nous saoulent toute la journée..)

Il faut garder les pieds sur terre..

A bientôt !

Le cours de la vie

Demain (ou ce soir) sera proposé un nouvel exercice sur mon site. Il est probable que ce ne soit pas un paysage mais plutôt un clin d’oeil à la vie que nous menons, l’espace d’un matin..

(Comme souvent) je n’ai guère de temps  depuis quelques jours ; la rentrée des cours se faisant cette semaine. L’apprentissage ne cesse jamais vraiment, quelque soit le domaine, et particulièrement en peinture..  C’est une chance de pouvoir continuer à apprendre, à observer ses erreurs, à essayer de les corriger, pour devenir une personne meilleure..

J’ai retrouvé récemment une ancienne peinture à l’huile d’un élève. On travaillait sur l’olivier, au couteau. (Huile bien sûr). Cours pour adultes.. Je voulais vous montrer ces 2 photos , avant et après correction :

Ne vous moquez pas de la première version.. Nous ne sommes pas tous égaux, et à un moment de notre vie nous avons tous commencé par tâtonner , par chercher le bon geste ou  faire les bons choix..  Bref, j’ai donc repris cette peinture (abandonnée par son créateur) pour retravailler le feuillage, mais aussi le tronc et le sol..   Ne soyons pas dupe ; nous sommes souvent comme ce premier olivier : un peu brut dans notre approche des choses, naïf parfois, comme un dessin d’enfant en somme..  Le but de la vie est de progresser, étape par étape, après bien des erreurs, qui sont nécessaires.. Ne soyez pas pressé, cela prend parfois du temps, il faut juste de la patience et de la persévérance..

En aquarelle c’est plus difficile car on ne peut pas toujours se corriger, revenir en arrière ou par dessus.. C’est ce qui fait le charme de cette technique .. En voici deux faites ces derniers jours :

Notre Dame d’Aubune (à Beaumes de Venise)

 

 

 

 

 

 

 

Des pots et des olives

 

 

 

 

 

Pardon si la deuxième photo est un peu floue. (Photo de mon portable).  J’avoue avoir du retard sur mon nombre d’aquarelles peintes en une année.. Une bonne soixantaine en moins par rapport à une année « normale ».. Il faut dire  que cette année n’est pas vraiment « normale »..

Forcément la fréquentation à la galerie a été différente et moins « commerciale » que les autres années, mais il y a des rencontres, de belles personnes, qui nous satisfont bien plus que le fait de gagner sa vie..

Bref . J’attends aussi le résultat des votes sur le concours L’art de l’aquarelle.. Si par hasard ou par miracle je suis parmi les sélectionnés, je posterai un article spécial..   En attendant ,continuez à peindre.. L’apprentissage est continu…

« Mon apprentissage n’a d’autre fruit que de me faire sentir combien il me reste à apprendre. » (Montaigne).

La promesse de l’aube

Que faisiez vous début septembre 2012 ? Il y a 8 ans, presque jour pour jour, je tapais ici le premier article de ce blog. Et si je vous en parle aujourd’hui c’est que cet article est le 500 ème que j’écris..    500 c’est beaucoup ; mais si les premiers étaient inégaux dans leur intérêt et leur fréquence, j’essaye depuis 5 ans d’être plus régulier et distrayant.. Ce dialogue virtuel avec les lecteurs que vous êtes m’a aussi permis de traverser 2015 (année délicate) de façon plus légère, fort heureusement..        Vous êtes maintenant quelques millions à me suivre (quoi ? j’exagère ?…) et c’est un grand honneur pour un petit aquarelliste comme moi..

A l’aube de ce mois de septembre je vous présente cette aquarelle tirée de l’exercice proposé  récemment :


La promesse de l’aube

Je n’ai pas réussi à la photographier correctement, dans le ciel  il y a normalement plus de nuances entre le bleu sombre et l’orangé, mais elles disparaissent à la photo.. Tant pis.     J’aime le symbolisme de l’aube.  « Nul ne peut l’atteindre sans passer par le chemin de la nuit ».. C’est ce que je me dis quand je vois cette année difficile, mais j’imagine les jours meilleurs et cela donne les lumières de l’espérance..    J’aime aussi cette phrase de Victor Hugo : « Enfants, vous êtes l’aube, et mon âme est la plaine ». C’est une très belle image..

A propos d’enfant, je vous remercie pour les nombreux compliments reçus pour le dessin de ma fille Inès.. Elle est très touchée. (Du coup  je l’ai autorisée à sortir de la cave pour voir un peu le soleil..). Elle rentre cette semaine en terminale , avec en ligne de mire une classe préparatoire en école d’art.. A 16 ans on est à l’aube de la vie active qui s’ouvre à nous..  (Mon Dieu que le temps passe vite…!)

Voici aussi d’autres aquarelles que j’ai retouchées, certaines de petits détails anodins, mais qui changent de la première version.. Il peut s’agir de maisons suggérées, d’un chat et de fleurissements ou encore de barques rajoutées..

Sur la dernière j’ai rajouté un flamboyant..  Je passe souvent du temps à observer mes aquarelles qui ne me satisfont pas, en cherchant un moyen de régler cette insatisfaction..

La semaine prochaine sera la rentrée des cours ; une nouvelle année d’enseignement, avec de nouveaux sujets, un nouvel enthousiasme, et une nouvelle tenue…   Non, pas de cape, mais un masque bien sûr ; comme il se doit…     En essayant de ne pas l’oublier…