Jardin fleuri

Les exercices d’été s’enchaînent et vous êtes très nombreux à participer ; merci ; mais vous constaterez aussi que je n’ai pas le temps de faire ma propre version, un manque de disponibilité à cause de la galerie et du travail qu’elle demande..  En juillet les touristes sont nombreux et les paysages de lavandes sont très demandés ; je passe beaucoup de temps à faire des petits formats car bien sûr c’est ce qui part le plus vite.. Du coup je ne fais même plus attention aux visiteurs qui ne répondent pas à mon « bonjour » quand ils rentrent, (certains touristes venus d’Asie n’ont aucune éducation mais on s’y habitue..), ceux qui rentrent avec des chiens sans demander, avec des glaces dégoulinantes, qui prennent des photos sans demander, etc…  On s’habitue.. On s’habitue car dans ce miroir du monde il y aussi des gens merveilleux qui sourient, qui complimentent, qui disent « au revoir  » et même « bonne fin de journée ! », il y a le regard écarquillé d’enfants qui me regardent peindre… Je pense qu’on devrait toujours regarder les choses avec un regard d’enfant, qu’on ne devrait jamais cesser de s’émerveiller  , ne jamais être blasé des paysages qui nous entourent, des arbres, du chant des oiseaux,  de la beauté des nuages (qui passent là-bas, les merveilleux nuages*..), c’est un peu naïf de dire ça, mais c’est ce qui me donne encore envie de peindre..

Dans ma série « jardins fleuris », j’ai fait récemment cette aquarelle :

La maison fleurieOh bien sûr je ne suis pas satisfait de tout (notamment du feuillage sur lequel je reviendrai surement ), mais l’idée était de donner du rêve, un monde fleuri, une perspective vers des champs où l’on aimerait courir , s’évader..

Rêvons un peu…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Jardin fleuri »

  1. Quelques mots en forme de citations, Jacques, pour accompagner cette balade en rêve à laquelle vous conviez si joliment les spectateurs de vos aquarelles… :

    « Tout rêve bercé d’espoir est du bonheur en perspective. »
    Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865)

    « Les rêves, ce reste des brumes de l’enfance qui traîne toujours au fond de nous. »
    Citation de Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

    Amicalement rêveuse…
    mireille f.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s