Dans un monde de brutes…

Un peu de douceur, fait du bien au moral.. On en a besoin.  Si les violences dans les rues répondent aux violences (et au mépris) des décideurs politiques, les actes déplorables que l’on nous montre dans les médias ne sont pas faits pour vivre une fin d’année sereine..

Ce n’est pas évident de peindre la douceur et la lumière quand on voit tout cela, mais force est de constater que le coeur a des profondeurs insoupçonnées où se cachent encore des raisons d’espérer en des jours meilleurs..

Douceur jaune (22 x 30 cm)Ces deux oiseaux discrets  doivent se dire des mots doux, des aveux invisibles pour les yeux, mais qui semblent résonner dans la douceur de la brume jaune matinale.. Oui, un peu de douceur dans un monde de brutes, c’est possible…

Le premier dimanche d’ouverture de mon atelier à  Velleron a pu voir la visite d’une centaine de personnes…   Hé hé, bien sûr je rigole ; en vérité j’ai pu les compter sur les doigts d’une main, mais je dois avouer que je ne m’attendais pas à beaucoup plus. La grisaille pluvieuse, les difficultés de déplacements avec les gilets jaunes, ne facilitaient pas les sorties des amateurs d’aquarelle.. Ce n’est que partie remise ; il reste dimanche prochain (le 9 décembre) ;  en espérant que la situation se calme..

Sinon, pour ceux ne se déplaçant pas, il reste possible de commander par internet, notamment une des aquarelles d’automne proposées à la vente. Aucun mouvement n’ayant été enregistré sur cette page, je compte la fermer à la fin du mois..

Pour finir, c’est le temps des retouches d’aquarelle en ce moment ; vous pouvez voir dans l’onglet  » Mes Aquarelles dans le mouillé sur mouillé »  les petits changements sur « Promenons-nous dans les bois » (rajout de troncs  et de reflets au centre), ainsi que cette aquarelle (pardon pour le reflet de vitre sur la photo) :

Oliviers et coquelicots (retouchés)J’y ai rajouté de la verdure derrière la maison et les oliviers, ainsi que des coquelicots…

Envie de douceur, sans doute…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dans un monde de brutes… »

  1. Quelle poésie que ces deux petits oiseaux qui représentent le maintien de la vie et l’espoir dans cette nature qui s’endort ! on ne les voit pas toute de suite mais ensuite, on ne voit qu’eux…
    Notre beau pays est sous tension et cela fait tellement de bien de voir ces aquarelles lumineuses et paisibles ! Bon courage pour l’expo , Jacques !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s