Trois oliviers

Le travail dans le mouillé est difficile mais il permet de belles surprises.. Ce sera le thème principal du stage entre le 8 et 12 février..

Voici un exemple de travail récent en technique humide :

Trois oliviers - J willietC’est partir sans savoir où l’on va, ni quand on va arriver..

Il faut se laisser guider…

Publicités

Lumière dans la forêt

« Ainsi,  toujours poussé vers de nouveaux rivages… » je continue d’explorer l’univers des forêts, y cherchant la lumière, le jeu des ombres, des arbres…

Lumière dans la forêt - J  WillietCelui-ci fait partie d’une série de 4 sur les forêts à dominante bleue, que je travaille en ce moment..

J’aime faire deviner, dans cet enchevêtrement de troncs, qu’il y a toujours de la lumière, ou un chemin..Comme dans la vie..

« Il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous… »

Pierres et tronc

Voici parmi les derniers de ma série en teintes sépia, le vieil olivier au tronc noueux et sinueux, et ce vieil escalier dans son écrin de pierres sèches..

L’observation est très importante dans ce genre de sujet ; sans oublier de laisser la place à l’interprétation personnelle ; les deux peuvent se marier…

Un dernier mot pour dire qu’il ne reste de la place pour le stage de février que le lundi 8 au matin et le mercredi 10 après-midi..

Apprendre en confiance

Parmi les techniques de peinture, l’aquarelle est sans doute la plus difficile mais aussi celle qui offre le plus de surprises  et d’aventures… Il faut beaucoup de persévérance car les ratés sont nombreux (voir articles précédents), et il  faut de la confiance en ses moyens. Nous doutons tous, je pense, mais refuser de prendre un risque en peinture freine la progression.. Bien sûr il y aura des dommages, parfois, mais il y aura de splendides miracles qui valent le coup de se lâcher…

Après coup, n’oubliez pas que ce n’est qu’une feuille de papier..

Petite photo d’un des cours hebdomadaires de Velleron, où la concentration et l’application sont visibles…

4000 !

Non, ce n’est pas le prix d’une de mes aquarelles, mais plutôt le nombre d’abonnés à mes vidéos sur You tube, aujourd’hui… C’est beaucoup, et cela fait bien plaisir ; le nombre de vues quant à lui dépasse les 650 000 pour 24 vidéos… Je pense atteindre le million (le million !! le million !!)  d’ici l’été… Ce serait incroyable.

Petite info concernant le stage de février : 3 demi journées sont complètes, il en reste donc 5 ou 6 avec de la place, pour s’inscrire avant le 5 février.

Je termine par cette image et cette définition qui ne sont pas anodines…

à méditer…

Résurrection

Par ce froid glacial, un peu d’espoir fait parfois du bien.. Encore une fois,  une élève a bien voulu me céder son aquarelle ratée, et je lui ai dit qu’il était possible d’en tirer quelque chose, même si un recadrage , voire un découpage, s’imposait…

C’est ce dont je me suis chargé en retravaillant certaines zones, en créant un autre univers, pour faire (re)naître plusieurs paysages à partir d’un seul…

Tout est possible ; il suffit d’y croire de toutes ses forces…

études d’arbres

Voici encore quelques études d’arbres en teintes sépia (brou de noix), rencontres au fil de promenades solitaires..

études d'arbres - sépia - J WillietLa courbure du tronc, la direction des branches, les masses de feuillages, représentent une somme d’informations qu’il faut essayer d’harmoniser avec la pointe du pinceau..

Un petit mot concernant mes dates de stage :    Il reste encore quelques places, que ce soit les 2 jeudis à venir, ou la semaine du 8 au 12 février..

A bientôt !

Au bord du chemin

On peut rencontrer au bord du chemin  un sujet à peindre, une expérience, un émerveillement … Il faut savoir regarder.

Pour changer un peu des paysages d’hiver je fais travailler mes élèves en ce moment sur les teintes sépia, le brou de noix.. La monochromie en fait.

Le vieux pin au bord du chemin - J. WillietUn type d’exercice que je conseille volontiers à celles et ceux qui ont du mal à donner du contraste à leurs aquarelles..

De saison (…ou presque)

Pas encore de neige abondante sur les campagnes françaises, c’est un peu mieux sur les hauteurs, mais voici une des dernières aquarelles hivernales : « La rivière gelée »

La rivère gelée (25 x 35 cm)Très peu de couleurs utilisées :  bleu outremer, caput mortum, brun van dyke, gris de payne, et un soupçon de violet, bleu cobalt et Sienne brûlée..

Je me suis également servi de drawing gum, délicatement…

Après un énième refus à la biennale de Rochemaure, j’hésite à postuler pour celle de Ste Féreole (19)et celle de St Yrieix (87)qui sont à plus de 5 h 30 de route minimum. Ce n’est pas le tout d’être accepté, encore faut-il trouver la disponibilité pour une telle distance.. Je réfléchis encore…

 

Modification d’aquarelle

Il y a quelques jours j’ai présenté sur ce blog une aquarelle réalisée en stage avec des élèves sur le thème hivernal ; un paysage brumeux , d’arbres dénudés et de lumière..   Je l’observais depuis ce temps car je n’étais pas satisfait : trop de pâleur justement, trop de brume, trop de tons froids…

Après avoir hésité à transformer la rivière en chemin j’ai finalement opté pour recolorer l’ensemble avec des tons plus chauds, et à renforcer les reflets.. Maintenant cela me plait un peu plus ; l’envie de chaleur sans doute…