Bleu comme un rêve

« Le ciel n’est pas moins bleu parce qu’un aveugle ne le voit pas ».

Certes,  la conjoncture n’est pas terrible, nous commençons à peine à sortir la tête de l’eau, et envisager timidement une vie plus sociale.. Pas de précipitation bien sûr, restons prudents ; mais il y a des signes qui redonnent espoir..   Par exemple, la fréquentation à la galerie de Roussillon cette semaine était déprimante ; pas plus de visiteurs que de doigts (voire de nez) par journée, et même un jour à zéro.. Le temps paraît bien long dans ces cas là.. Mais aujourd’hui le sentier des ocres rouvre son accès, et bientôt les cafés suivront, comme la fin de la limite des 100 km.. C’est encourageant..    Le français a l’habitude de râler pour tout et son contraire, alors qu’il devrait se réjouir d’avoir la chance de vivre dans un si beau pays. Tant de gens nous envient nos si beaux paysages, et leurs variétés ; ce n’est pas pour rien que la France est le pays le plus visité au monde. Cet été j’espère que beaucoup découvriront nos merveilleuses régions.. Le rêve est souvent à quelques pas.

Les reflets bleus« Souvent, j’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot. » (H. de Balzac)

Les artistes sont là pour vous embarquer dans l’univers du rêve. Pour vous aider à larguer les amarres ; c’est plus puissant parfois que certains alcools (ou même du Champomy), et quand on voyage dans sa tête, devant un tableau, on peut aller bien plus loin que l’on ne pense..

Un nouvel exercice sera proposé lundi. Vous aurez plus de temps cette fois-ci, et le prochain sera proposé en juillet.  Il est fort probable que je propose un stage à Roussillon fin juillet ou début août ; limité à 5 personnes. Les dates seront renseignées sur mon site avant le 15 juin.

J’ai été contacté récemment pour un article me concernant sur le site Prontopro. Je vous mets ici le lien :

https://www.prontopro.fr/blog/jacques-williet-professeur-de-peinture-a-laquarelle/

Il y a plusieurs autres professionnels (et leur portrait) que l’on peut trouver dans ce blog ; bon, ne faite pas attention à l’année de ma naissance qui y est mentionnée, c’est surement une erreur car je suis persuadé d’être né dans les années 80 ou 90..Je ne suis plus très sûr…    Ouais, bon…Bref..

Passez un bon week-end,  bleu comme un rêve…

Chaque rencontre guide

Moins de 30 personnes ont visité l’atelier de Roussillon en ces 4 premiers jours d’ouverture. C’est (très) peu. Il faut dire que le village semble désert, les bistrots étant fermés, les promeneurs ont tout le loisir de prendre les photos qu’ils veulent, c’est au moins un avantage.. Ironie de l’histoire, la seule petite vente de ces premiers jours ( 60 € Youpi !) fut à l’attention d’un couple d’australiens (vivants à Aix).. C’est vrai que pour l’instant la limite des 100 km de déplacement est une contrainte ; cependant j’espère que les français se montreront plus intéressés et prouveront que l’art n’est pas réservé aux étrangers. De plus , mes tarifs n’ont pas augmenté depuis 2 ans, et ils sont loin d’être inaccessibles..

Je ne suis pas effondré ni pessimiste.  La vie apporte toujours des réponses ; des rencontres ; il faut juste s’adapter à ce qui nous arrive..

Pour cette saison 2020, je partagerai donc l’atelier galerie de Roussillon avec Annissa O.

Annissa O - Jacques Williet

Annissa peignait à l’huile ou l’acrylique depuis plusieurs années, avant de découvrir l’aquarelle il y a peu. Un parcours « international », avec 20 ans passés aux U.S.A. (dans le Colorado notamment où elle enseigna le français), 6 mois en Inde (pour un apprentissage de la méditation), avant de revenir en France et de devenir guide conférencière, d’abord à Bordeaux, puis en Provence.. Inutile de préciser qu’Annissa est trilingue (anglais, espagnol, français), ce qui n’est pas négligeable avec les touristes de Roussillon..(Quand ils reviendront…). Pour ceux qui voudraient voir son site, voici un lien : https://annissao.com/

accrochage AnnissaC’e n’est pas la meilleure année pour commencer à exposer, avec ce covid qui bouleverse tout, mais les choses avancent si nous ne restons pas immobiles.

Chaque rencontre nous guide ou nous fait évoluer ; nous apportons à l’autre autant que ce que l’autre nous apporte, quelque soit la durée de cet échange.. Ce peut être une visite à l’atelier qui  ne dure que 5 minutes, ce peut être un commentaire ou un conseil sur une aquarelle, comme ce peut être un partage de plusieurs années de vie..  C’est l’intensité ou la pertinence qui compte. Pas le temps.  Cette « philosophie » rejoint la citation de Paul Eluard qui illustre mon site : « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. »

Le rendez-vous des exercices pour élèves s’est terminé hier avec rapidement les 20 premiers. Je posterai mes commentaires cette semaine. Pour la première fois, depuis longtemps, je n’ai peint que 2 ou 3 aquarelles ce mois-ci. Une légère décompression sans doute, après avoir tant peint durant le confinement. Vous en verrez une nouvelle la prochaine fois..

Le nouvel exercice sera posté le 1er juin. (A déguster probablement). Mais il n’y en aura qu’un pour le mois.   A suivre, donc…

Prenez soin de vous…

Jamais très loin

Depuis hier un nouvel exercice est proposé sur mon site ; (me croirez-vous si je vous disais que vers 10 h hier matin j’ai reçu déjà une première réponse ?…) Je rappelle que l’envoi doit se faire à compter du 24 mai, pour permettre à ceux qui ont moins de temps de peindre sereinement.. Et comme beaucoup n’ont pu avoir de commentaires la dernière fois je les posterai en priorité cette fois-ci..   Cela me fait plaisir que ces exercices aient un tel succès..   Surtout gardez-les comme un plaisir, un rendez-vous détente et créatif, une agréable façon de comparer son travail aux autres, mais jamais dans un esprit de compétition..   L’aquarelle est une expression de la douceur que nous pouvons avoir au fond de nous. Nous avons la vie pour apprendre à faire de notre mieux à chaque fois ; c’est une chance, bien plus qu’un combat..

le cabanon à la clôture-Cette aquarelle (30 x 30 cm) sera visible à Roussillon dès jeudi. Le temps sera beau. J’espère que cela attirera quelques visiteurs qui auront le bonheur de découvrir en vrai nos nouvelles aquarelles.  Je vous parlerai une autre fois de la personne qui exposera en ma compagnie ; son site n’est pas encore tout à fait prêt.

Le confinement aura permis de regarder les choses autrement, de prendre conscience de ce qui nous entoure, de petits détails parfois insignifiants.. La beauté est partout. Ou jamais très loin.  Dans le vol gracieux d’un papillon , dans la quête d’une abeille, dans le parcours acrobatique d’un écureuil, dans le concerto éclectique des oiseaux.. Ou bien sûr dans chaque éclosion délicate des fleurs  au fil des heures..

fenêtreDerrière les carreaux de ma fenêtre il y a des roses, qui s’ouvrent jour après jour.. Et plus loin : des iris, des lilas d’Espagne, des Seringats , ou même de simples Nigelles de Damas.. Tout un univers .  Jamais très loin.   Comme le ciel , par dessus le toit.. (La vie est là, simple et tranquille..)..

N’oubliez pas la poésie. Elle inspire (naïvement peut-être) une façon de peindre , si ce n’est une façon de vivre..

Avec la préparation de l’atelier je n’ai guère de temps pour peindre ; plein de petits détails à régler, à organiser.. Bref, je ne vais pas parler plus longtemps..  Prenez soin de vous, soyez vous-même, en harmonie avec l’intérieur et l’extérieur.. (Avec ou sans masques)…

masques

A vos masques, prêt…?

Partez !!…….       Oui,  le déconfinement ne signifie pas la fin de l’épidémie, bien sûr ; tout juste un peu plus de liberté accordée, de reprises partielles d’activités , et donc, pour ce qui me concerne :

La ré-ouverture de la galerie de Roussillon le 21 mai 2020 !

Nous profiterons du week-end prolongé du pont de l’Ascension pour tester la fréquentation, et nous adapter aux nouvelles normes de visites dans les endroits commerçants, à savoir : Port du masque, gel hydroalcoolique à l’entrée, pas plus de 5 personnes en même temps..     Heureusement l’espace de la galerie n’est pas trop confiné..

masquéVoilà comment vous me verrez là-bas.. Moi qui , étant jeune, rêvait d’être un super-héros, avec masque et pouvoirs fantastiques, il a fallu une épidémie de ce genre pour me rendre compte que les vrais héros sont ces infirmières et médecins , aux premières lignes du front.. On peut participer à sauver le monde de diverses façons. Porter un masque ;  tout comme ne pas jeter ces derniers par terre une fois utilisés, c’est être responsable . C’est être un héros dans notre rayon d’action..

Quand je disais « nous » ouvrirons la galerie le 21 , en fait il y aura du changement. Mon ami Bernard Troublé n’exposera pas (ou très peu) ses aquarelles. Il n’y a pas que les impactes du corona virus  sur la fréquentation et les doutes financiers qui en découlent, mais aussi sa volonté de retrouver ses proches dans le Nord. Après plusieurs années d’expositions communes ce n’était pas une décision facile à prendre ; mais il n’y a pas d’adieux véritables. Il reste toujours un vécu qui ne meurt jamais.  

La vie continue. La roue tourne. Une charmante personne partagera l’espace de la galerie à sa place cette saison. Je la présenterai une prochaine fois.

En février dernier, pour une démarche à la fois écologique , économique et sportive, j’avais décidé d’investir dans un vélo électrique. Destiné principalement pour mes trajets aller-retour vers Roussillon.  Bien sûr, pas tous les jours. (Il me faut environ 1 h et demi juste pour un aller). Mais il se pourrait donc que je fasse cet effort certains jours, cette saison..

Le dernier exercice proposé sur mon site a été d’un grand succès.. Les commentaires sont lisibles encore jusqu’à mardi prochain ; d’ici là,  un nouveau sujet sera proposé lundi. Ceci a contribué sans doute à un pic record de plus de 4700 vues en une journée sur mon site..(!).. C’est énorme…    Je dois avouer que ce temps passé, bénévolement, sur vos oeuvres devient assez conséquent. Les 2 prochains exercices auront donc lieu le 18 mai et le 1er juin.  Vous comprendrez qu’en fonction de la réalité économique qui sera mienne en juillet, (je ne suis pas devin, mais il y a des raisons de douter de mes ressources financières…) j’envisage de modérer ou modifier mon bénévolat ; sous forme de dons de participants  par exemple.. Nous n’en sommes pas encore là. Mais sachez que la situation actuelle quant à la survie des artistes  a de quoi interroger..

Je voulais terminer par remercier infiniment ces personnes qui se reconnaîtront, et qui ont contribué à m’aider énormément ces jours-ci. Un mécénat moderne, un espoir donné, une bouffée d’oxygène qui ont fait que les semaines à venir paraissent moins sombres.. Un grand Merci à vous !!

Je vous dédie cette aquarelle d’iris..  En espérant qu’elle vous offre autant de plaisir à la regarder que j’en ai eu  à la peindre.

Le bal des iris

2 « moi »

Avant 8 h ce matin j’avais déjà reçu 20 mails de réponses pour l’exercice du bouquet.  C’est incroyable, et c’est aussi dommage pour les autres qui ne seront pas dans les temps, mais comprenez que je ne peux commenter  plus de 20 aquarelles.. Cela représente beaucoup de temps et de travail.

Depuis l’été 2014 cela fait donc 6 ans que je commente gratuitement vos aquarelles, d’après les photos modèles que je propose ; cela représente donc des centaines et des centaines de commentaires, qui vous ont permis j’espère de progresser un peu, du moins de comparer vos interprétations sur un même sujet..

Les artistes sont souvent jugés comme égocentriques,  vivant dans leur monde et occupés surtout par l’univers de leur création.  Ce choix de vie (ce plan B pour certains) est souvent un parcours du combattant, un chemin d’abnégation vers ce désir fou de vivre de sa peinture, en cherchant à progresser et à partager. Il est clair que ce n’est pas pour s’enrichir que l’on choisit cette voie, (si ce n’est s’enrichir de l’intérieur)..     Une grande partie de ce que l’on gagne part dans les frais annexes (loyers, encadrements, fournitures, URSSAF,  taxes etc…), et ce qui reste nous permet de vivoter en société. Cet équilibre est fragile, bien sûr, comme une bougie dans le vent, la moindre mesure économique, la moindre grève ou canicule, le moindre virus et nous entrons en mode « survie »..        Pour les 28000 inscrits à la Maison des artistes, cette année 2020 est sans conteste la plus difficile. Les aides du gouvernement annoncées pour la Culture ne concernent pas hélas la spécificité de notre activité. Beaucoup ne s’en sortiront pas.

Heureusement, mes vidéos sur You tube me rapportent environ 20 € par mois.. Ouf ! De quoi acheter du Champomy et du caput mortum.. Tout n’est pas perdu..!

Il restait encore les cours pour tenir la tête hors de l’eau.  Ceux dispensés à Pernes pourraient reprendre dès le 19 mai, cependant,  (je viens de l’apprendre) ceux de Velleron me sont interdits par la mairie jusqu’à la rentrée de septembre. J’en profite pour inviter mes élèves concernés, qui lisent ce blog, à me contacter par mail.  Il y aura quelques possibilités de cours à mon domicile. En bal masqué probablement..  Les stages ? Je n’ai pas encore prévu de dates ;  pas évident de prévoir quoi que ce soit.. sans doute cet été à Roussillon. L’info sera postée sur l’onglet « stages » avant le 15 juin.

Dans deux mois c’est l’été.  Déjà.  Qui peut savoir comment cela va se passer ?

Deux mois c’est aussi le temps que nous avons passé confinés. Il y a eu forcément un avant et un après confinement.  Entre interrogations existentielles, contemplations florales, procrastinations, peintures,  sport et Netflix, le « moi » de mars est différent du « moi » de mai.  Il est difficile de ne pas changer après une telle remise en question de nos projets et  modes de vie..    Je  voulais vous montrer ces 2 photos personnelles,  avant et après..

Bon, d’accord, la première photo a été prise il y a quelques semaines..( oui, plusieurs semaines en fait, je n’ai pas compté..). La deuxième est simplement la tête que je pourrais avoir à 90 ans.. A moins que ce ne soit la vraie, quand j’enlève mon maquillage, le soir.. Humm..    Qu’importe….les rides sont les sourires gravés (J. Renard). Le coeur lui n’a pas de rides ; peut-être des cicatrices, tout au plus.. C’est pourquoi entre ces 2 photos il ne faut pas se fier à l’apparence.. Tout change, mais rien ne change (je l’ai déjà dit..).

Après ce passage nombrilico-narcissique , j’avoue ne pas avoir eu le temps (ni la tête) à peindre le bouquet de viornes.. Cela va peut-être venir.. En attendant, pour vous (et pour vous faire oublier ces portraits horribles) j’ai peint ces fleurs :

cosmosCe sont des cosmos ; ou des marguerites, ce n’est pas important.. Ce qui est important c’est le voyage dans lequel elles nous transportent.

Il y a des constellations de rêves en nous, des espoirs colorés, des bonheurs à venir qui ne sont pas illusoires..

Quelque soient les temps que nous traversons, il ne faut jamais les perdre de vue…

La part du rêve

Il ne faut jamais cesser de s’émerveiller. La parenthèse  inattendue et  forcée, que nous avons traversée arrive bientôt à son terme (si tout va bien), et il est étonnant de constater que nous sommes déjà en mai.  Les premiers mois de l’année sont passés bien vite..  Que faut-il retenir de tout cela ?  Une prise de conscience d’un  nouveau sens de la vie, de nouvelles valeurs..?  Je fermerai les yeux sur ces gens se bousculant dans les supermarchés pour du PQ, des pâtes ou du riz, ou sur ceux capables de faire  3 h de queue pour accéder au drive d’un McDo .. La consternation ne sert pas à grand chose, il est préférable de s’émerveiller de ce qui fut beau et qui continue de l’être.    La beauté est ce qui nous élève, c’est une part du rêve qui nous tend vers l’essentiel.

Je ne suis pas grand chose, mais je me sens utile parfois quand je vois les images de mes aquarelles partagées sur Pinterest ou ailleurs. J’y côtoie de grands noms, de grands artistes à côté desquels je me sens tout petit.  J’aimerais avoir le talent de Yuko NagayamaC. Sommelette ou A. Pornsirikarn pour peindre les fleurs..  J’admire aussi le travail de Johan Messely,  Antonietta Varallo ou Laurent Parcelier dont les peintures sont de véritables vaisseaux vers cette part de rêve qui dort en nous..  Le temps donné par  le confinement  aura au moins permis de m’éclabousser les yeux de leurs talents..

J’ai pris quelques jours de pause, sans peindre. Peut-être est-ce l’inconnu dans lequel se profile la saison, sans certitudes aucunes sur la circulation des touristes cet été, une imperceptible peur de ne pouvoir s’en sortir financièrement si cela continue .  Tout cela doit jouer sur l’envie de peindre…

Impressions lavandes x2Ces 2 paysages en mouillé sur le temps des lavandes ont quand même été peints récemment.  Je ne sais pas encore si je peindrai le bouquet donné en exercice ;   Il faut que je pense à me couper les cheveux, faire mes racines, pour paraître aussi jeune que je m’imagine.. Humm… (c’est pas gagné.. Je vous montrerai en fin de semaine une photo de moi avant/après le confinement)..  C’est presque comme cette Joconde :

confinementPatience d’ici là… Je vous communiquerai peut-être aussi une date d’ouverture de la galerie de Roussillon. Un choix dans la date c’est important ; Il ne faut pas le louper ;  le plaisir d’ouvrir viendra surement le week-end de l’Ascension.. (21 mai).. A suivre donc…

D’ici là, prenez soin de vous ; lavez-vous les mains, la télé se charge déjà de vous laver le cerveau..