Ne rien attendre..

… sinon l’inattendu. (C. Bobin) .         J’avais déjà partagé cette citation sur ce blog, il faut dire que les leçons de vie se rencontrent tous les jours et qu’elles font écho à certaines citations que l’on trouve aussi sur le net.. Bref, j’en ai fini d’attendre d’éventuelles inscriptions pour le stage d’août, malgré des personnes qui semblaient intéressées mais qui n’ont pas donné signe de vie, j’ai donc décidé de l’annuler. C’est dommage mais c’est ainsi.

Vous n’imaginez pas le nombre de personnes que l’on accueille à la galerie, qui semblent vouloir acheter, qui discutent une heure sur telle ou telle aquarelle, qui assurent avoir le coup de coeur et promettent de repasser « tout à l’heure » ou après manger, et que l’on ne revoit jamais.. (A moins qu’il y ait des repas qui durent très très très longtemps ..) Si encore ce n’était que ce « On va réfléchir… » si classique, qui est une manière polie de dire « Je suis désolé, j’ai d’autres priorités.. », on est habitué à cela, mais les promesses de retour non tenues font  partie des déceptions fréquentes.. Peut-être est-ce l’influence de certains hommes politiques sur les promesses non tenues..?  Il y a aussi ceux qui disent qu’ils vous enverront une photo, un mail…  Jamais reçus…  Qu’importe ; on finit par s’y faire. Parce qu’il ne faut rien attendre de l’autre, parce que demain est un autre jour et que de nouvelles aventures nous tendent les bras..

Il reste toujours le plaisir de peindre une aquarelle qui apportera du rêve ou du plaisir à la bonne personne, celle pour qui elle sera destinée. Un jour ou l’autre..

Vivre et ne rien attendre.

Je voulais vous montrer un exemple d’interprétation, d’après une photo que j’ai prise à Fontaine de Vaucluse :

J’ai rajouté du fleurissement, bien sûr, un arbre de Judée aussi, pour donner à cet endroit la magie et la beauté que l’on peut imaginer au fond de soi.. Il manque peut-être un chat ; il est toujours possible de le rajouter. Un autre jour ..

Le prochain exercice sera posté demain soir ou après-demain ; il s’agira de fleurs que j’ai déjà proposées comme sujet, mais qui sont toujours intéressantes à peindre..

En attendant, je vous sers un petit rafraîchissement, avec cette photo prise en partant de Roussillon l’autre jour.. Ceux qui ont lu Tolkien (ou vu des films inspirés de ses livres) pourraient bien imaginer le Mordor au-delà des collines…

orage vers Roussillon  il peut pleuvoir aussi sur « La Comté ».. Tout est une question de perception…

Se rafraîchir…

« C’est dans la rosée des petites choses que le coeur trouve son matin et se rafraîchit.. » (K. Gibran)

Le silence de la neigeVoilà ce que j’ai trouvé de mieux pour apporter un peu de climatisation écologique… Le silence de la neige, dans les alpages …                 En effet, si Au milieu de l’hiver on peut découvrir en soi un invincible été, il n’est pas impossible, au milieu de la canicule, de découvrir en soi  une fraîcheur éternelle..  Ce n’est pas faire offense au discours de la jeune Greta Thunberg, (auquel je souscris), si nous n’écoutons pas les cris alarmistes des scientifiques sur le climat et la pollution, il faudrait au moins faire un petit geste, à notre mesure, (comme le petit colibri qui fait sa part en faisant des allers-retours avec une goutte d’eau dans son bec pour éteindre un incendie..), en utilisant moins de plastique par exemple, en limitant les déplacements inutiles.. Ce n’est pas grand chose, mais je préfère le comportement du colibri à celui de l’autruche..

A propos d’écologie, j’ai adoré le remake du Roi Lion de Disney, avec des merveilles d’images numériques.. Des effets incroyables de réalisme, des paysages superbes, bref, des beautés qui existent encore dans le monde mais pour combien de temps..? Il est important de se rafraîchir la mémoire, plutôt que de se boucher les yeux.. Je suis effondré d’apprendre qu’il y ait encore des gens qui prennent du plaisir à abattre des animaux en safari..   Incompréhensible..

Passons ; la mise en ligne de mes commentaires se fera dans les prochains jours concernant les exercices .  Je ne pense toujours pas avoir le temps de peindre le sujet, mais vous comprendrez pourquoi..

En attendant, loin de la réalité du silence de la neige, il y a toujours la beauté éternelle des paysages provençaux..

Le cabanon dans les lavandesMême si les lavandes sont pour la plupart coupées maintenant, il reste toujours leur parfum qui nous enivre au delà du temps…

10 000

Non, il ne faut pas exagérer… Je n’ai pas encore peint ma dix millième aquarelle.. Ni même vendu à ce prix là.. (Dans 10 ans peut-être…) Non, à la limite ce chiffre pourrait évoquer la Petite Marie de Cabrel, quand il lui chante ces paroles : « …/…Je me bats pour toi, pour que dans dix mille ans de ça, on se retrouve à l’abri, sous un ciel aussi joli que des milliers de roses.. »  (J’aime beaucoup cette image d’ailleurs ; je l’ai imaginée souvent..)

Non, moins poétique, ce chiffre de 10 000 correspond au nombre de mes abonnés à ma chaîne You tube.. !!  C’est énorme..!  Bon, je sais , c’est juste flatteur, car atteindre ce nombre en sept ans  de vidéos , ce n’est pas extraordinaire, surtout que ma dernière date de décembre dernier..  Je rappelle une énième fois que ces vidéos me rapportent environ 20 € par mois, pas de quoi concurrencer Bernard Arnault..  Mais bon, pour la peine et pour fêter ça,  je compte bientôt poster une nouvelle vidéo (toujours avec l’aide de mon fils Valentin).. Dans quelques jours sans doute..      A suivre…!

Pas d’aquarelles à vous présenter en ce moment ; je n’ai guère le temps de faire de grands formats.. Voici donc (encore) quelques huiles retouchées récemment :

Elles sont visibles à Roussillon.

A ce propos il ne reste que 10 jours pour s’inscrire au stage proposé à Roussillon du 7 au 9 août. N’ayant toujours qu’une inscrite il se pourrait qu’il soit annulé s’il n’y a pas du nouveau..

Concernant les exercices pour élèves vous êtes toujours très nombreux et rapides à participer ; le dernier embarquement pour les tropiques est très proche de se conclure.. Le prochain exercice sera posté le 1er août..

D’ici là, je vous souhaite dans le coeur des ciels aussi jolis que de milliers de roses..!

Et je me demande…

Et je me demande…si tout à un sens ; si ça vaut la peine ; si peindre n’est pas une éternelle quête…      Oui je me demande, dans cette société folle, inconsciente, superficielle parfois,  dans cette course contre le temps, ce rôle qui est le mien..               De n’être qu’un « artiste », ou de naître chaque jour comme un artiste..    Regardant  la vie qui défile ;  et tel un enfant , s’émerveiller des beautés qui nous entourent .. Chercher à progresser pour pouvoir les exprimer en peinture, aux yeux du monde, sans la certitude de plaire, dans l’arène du jugement permanent…

Non, rassurez-vous, je vais très bien…   Ces quelques pensées ne sont que des éclaboussures de pinceaux, des petites touches qui mettent de la couleur sur la pointe du coeur, quand vient le temps de créer une peinture nouvelle..   pour ne pas tomber dans la facilité,  la paresse et l’apparence..   Se renouveler chaque jour…

La quarantaine d’aquarelles réalisées le mois dernier m’a fait prendre conscience de cette nécessité de garder le sens de la création.  Donner du rêve. S’évader. Et ne pas perdre son âme..

J’ai donc fait une petite pause. J’ai délaissé (quelques heures) l’aquarelle, et je me suis mis à retoucher quelques huiles de paysages provençaux (comme je l’avais fait pour mes anciens paysages martiniquais).. J’envisage en effet d’en proposer une dizaine dans la petite salle de la galerie de Roussillon, histoire de voir ce que cela donne..

Concernant les exercices sur mon site, le prochain sujet sera proposé lundi. Il faudra être prêt à embarquer pour une autre aventure ..

Peindre est toujours une aventure…

Un été 42

Les cinéphiles (ou les romantiques) se souviennent peut-être de ce très beau film de 1971, rendu inoubliable par la magnifique musique de Michel Legrand.. Quelques notes de piano, toutes simples, mais qui traduisent une émotion, comme quelques touches de pinceau, toutes simples, peuvent aussi magnifier une aquarelle..  En fait, si j’ai choisi ce titre pour cet article, c’est à propos du chiffre 42.   Non, ce n’est pas mon âge (je suis bien plus jeune….dans ma tête), ce n’est pas non plus la température relevée à l’ombre dans mon jardin il y a quelques jours ; c’était un peu plus ; non, 42, c’est le nombre effarant d’aquarelles que j’ai peintes en un mois..

Lavandes dans la vallée de SaultDes grandes (comme celle-ci), mais surtout des moyennes et des petites ( 20 x 20 cm) comme celle-ci :Le temps des tournesolsOserais-je vous dire que dans ce décompte, je fais abstraction des petits formats cartes postales qu’il m’arrive de faire à la galerie..?     Oui , 42 ça fait beaucoup.. Je me suis emballé à produire par peur de manquer de stock  pour la saison estivale, mais le mois de juin n’a pas été folichon ; loin de là. Il fut même le plus mauvais depuis que je suis à Roussillon..   La chaleur , peut-être ? Le type de fréquentation ? les prix de mes aquarelles ? Ils n’ont pas changé (je reste en dessous des tarifs de Jeff Koons, mais légèrement supérieur aux tarifs des reproductions made in China que l’on peut trouver chez Ikéa…) , bref, qu’importe les raisons,  j’espère que juillet sera meilleur..

Vous comprendrez donc mon manque de temps pour peindre le sujet des exercices sur mon site..  A ce propos, celui du vélo est déjà complet par le nombre de réponses ; je posterai les commentaires la semaine prochaine et un nouveau sujet sera proposé le 15.

Concernant le stage d’août, je suis lassé d’attendre d’éventuelles inscriptions, j’ai donc enlevé le mardi, il ne reste donc que le mercredi 7, le jeudi 8 et le 9 au matin. Je n’ai pour l’heure qu’une seule inscrite. La date limite d’inscription (et de décision) est fixée  au 29 juillet..

Au fait, saviez-vous que la réponse ultime au sens de la vie , de l’univers  etc.. était  42.. ?(Douglas Adams)

Un invincible printemps

Il y a plus de deux ans  j’avais partagé cette citation de Camus, où il disait ressentir au milieu de l’hiver, un invincible été.. C’est en effet dans le froid et le désespoir le plus bas que l’on peut trouver cette petite lumière, invincible, éternelle, qui donne à nos jours la force et la  volonté de continuer, malgré tout.. L’instinct de survie plus fort que tout.

La chaleur ressentie ces derniers jours est désespérante par moments, et les coins de fraîcheur sont des oasis dans le désert..

Pour illustrer cet ancien article j’avais transformé une aquarelle hivernale  en aquarelle de plein été, avec même quelques lavandes.. (certains s’en souviennent – article du 2 janvier 2017). Cette fois-ci, je suis parti également d’une aquarelle hivernale, sur laquelle j’ai retravaillé, et transformé les bruns , les blancs et les bleus en féeries   de couleurs printanières, (arbres de Judée et coquelicots notamment)..

Les couleurs du printempsJe n’ai pas retrouvé de photo de cette aquarelle avant transformation, mais vous pouvez imaginer..

Un mot pour dire que le premier des exercices de l’été a commencé, et l’on peut dire que ça roule bien, avec ce vieux vélo inspirant..  Vous aurez jusqu’au 15 juillet (ou avant), puisque je proposerai 2 sujets en juillet.

Un mot aussi pour rappeler le stage prévu du 6 au 9 août. N’attendez pas le dernier moment pour vous inscrire, les places sont limitées..

Enfin, comme c’est la saison, je termine par cette petite aquarelle de lavandes, si chère aux touristes asiatiques, et d’ailleurs…

un été de lavandesLe bleu des lavandes fait comme des vagues de fraîcheur, dans la chaleur de l’été..

C’est juste une perception…