Le nouveau monde

Pour la beauté des images de ses films Terrence Malick fait partie de mes réalisateurs préférés ;  dans « Le nouveau monde » il y a d’ailleurs un magnifique mariage des images avec le concerto pour piano n°23 de Mozart.. Un moment de grâce.      Pourquoi en viens-je à parler de ça ? Sans doute parce que les choses changent et que probablement le monde ne sera plus pareil après ces semaines de confinement..  Beaucoup de gens prennent conscience de cette course quotidienne pour gagner sa vie, gagner sa vie pour payer ses factures, ses impôts, sa maison, sa retraite…    Un troupeau docile.  Tant que nous avons de l’herbe à brouter nous faisons confiance aveuglément à nos bergers… (Ces fameux 1% qui dirigent l’humanité).. Difficile de  faire le tri dans toutes les infos que l’on reçoit, les fake news, les manipulations d’opinion..  Le temps qui nous est laissé pour prendre conscience des beautés qui nous entourent est dérisoire, ou alors détourné par le bruit assourdissant des médias, des divertissements abêtissants ou les lumières hypnotiques de nos écrans.. Jusqu’à la relation à l’autre qui devient virtuelle, superficielle..    Il faut bien des efforts pour se sortir de ce tourbillon, ce somnifère entretenu, car tout est fait pour nous y maintenir..  Bien sûr, peindre, marcher dans la nature,  jardiner,  méditer, lire, écouter de la (bonne) musique, sont des moyens de se retrouver vraiment au coeur de l’essentiel. Il y a une évasion incroyable à regarder les fleurs s’épanouir, les abeilles et les papillons butiner, à écouter les chants des oiseaux… Peut-être ce confinement aura au moins servi à cela.     Une pause.

Certes, il est plus facile d’être confiné dans une maison, avec un jardin, que d’être dans un appart de 20 m carrés..  Je n’ose imaginer le désarroi absolu si internet ne marchait plus ni la télé.. Quelle horreur ! Se retrouver face à soi ; seul(e), à 2 ou avec des enfants.. C’est une épreuve que beaucoup auraient du mal à affronter..   Apprendre à se réinventer, prendre conscience de la vie qu’on mène, c’est peut-être le moment..  Oui, il est fort probable que l’Après (virus) ne sera pas pareil qu’avant.  Il y aura une prise de conscience. Notre façon de fonctionner, de dégrader notre environnement, de consommer et jeter, pouvait-elle continuer comme ça ..?

Personnellement je n’ai aucune certitude sur la réouverture de la galerie de Roussillon.  Si cela redevient possible (en mai, en juin ? ..) il y aura très peu de touristes étrangers, et l’on comptera sur les français pour être solidaires de tous les artistes, artisans et commerçants, pour les aider à sortir la tête de l’eau..  On en aura vraiment besoin…

Quant à mes cours, j’espère aussi qu’ils reprendront, peut-être en mai.. Nous verrons bien..

Les exercices continuent sur mon site ; un prochain sujet sera proposé demain.   En attendant voici une petite aquarelle de reflets, pour se relaxer… (« La peur ne nous empêche pas de mourir, mais elle nous empêche de vivre… »)

Reflets

 

Les vestiges du jour

Encore un titre de film pour commencer ce blog ; j’aurais pu aussi mettre « L’écume des jours », pour faire plus littéraire,  mais le message est le même : Que faire de ces journées de confinement qui vont se prolonger encore jusqu’à fin avril ?…

Peindre est déjà une partie de la réponse. Il faut le faire avec envie (comme beaucoup de choses si l’on veut qu’elles réussissent), cela permet une évasion bien utile en ces périodes d’enfermement, et puis penser à autre chose que ces médias qui ne parlent que du nombre de morts ou de contaminés, ça fait du bien…

Occuper ses journées. Il y a pire comme punition « divine ».. Certes, les habitudes du temps d’avant sont révolues , ou suspendues pour le moment.. Bon, je n’irai pas chez l’esthéticienne pendant un mois, ok, pareil pour le coiffeur, ok …  Tant pis pour ma belle chevelure ébouriffée … ce sera l’occasion d’innover ou de lancer une nouvelle mode..!   J’espère faire sourire un peu ceux qui me lisent ; j’assume ne pas être très sérieux parfois, et plaisanter (souvent).. Cela n’est jamais méchant.   Je pourrai aussi rajouter que ces périodes sont le moment idéal pour enfin ranger ses affaires et ses papiers.. Personnellement j’en profite pour retapisser ma chambre avec tous mes billets de 200 et 500 € accumulés l’année dernière, c’est très joli.. J’hésite encore avec mes lingots d’or ; peut-être une niche pour le chat.. Je classe aussi mes demandes en mariage, celle de Emily R. ou de Monica B. retiennent mon attention, mais je suis encore trop jeune… Je vais réfléchir encore un peu..    Ah oui, faire du ménage aussi, ça c’est une bonne idée.. Dans certains endroits la poussière accumulée est comme les regrets , les peurs et les désespérances dans nos têtes.. Il faut nettoyer tout ça, faire place nette…

perceptionCette petite illustration trouvée sur Facebook est très explicite sur notre situation actuelle.. Même enfermé(e), tout ce que vous choisissez de (perce) voir est au fond de vous…    Faites le bon choix…

Bon, j’arrête de divaguer pour vous parler Aquarelle.. Je viens de poster ma version de l’exercice sur l’amandier en fleurs. (Allez voir dans l’onglet concerné).. J’ai fait ce que je pouvais sur l’instant ; le rendu est plutôt classique, je ne me suis pas envolé dans du mouillé sur mouillé, ce sera pour une autre fois..   Les commentaires seront postés cette semaine, et un nouveau sujet sera proposé le 1er avril… A suivre donc..

Paysage près de RoussillonCette aquarelle, dans l’humide, est inspirée des paysages de Roussillon..  J’espère bien retrouver la galerie dans un mois, si tout va bien…  (J’y crois encore..)

Merci pour vos messages, prenez soin de vous et de vos proches…

« On ne peut pas rattraper le temps perdu, mais on peut essayer de ne pas perdre le temps qui reste. » (J. Lawrence)

 

Sine die

Certains connaissent peut-être cette locution latine, souvent utilisée pour le report de procès ou d’événements.. Elle veut dire « sans fixer le jour ».  C’est exactement ce à quoi nous sommes confrontés en ce moment : un confinement sine die, sans certitude aucune sur sa durée ni sur la date de reprise de nos activités normales..    Je parlais l’autre fois du film « L’aventure intérieure » comme titre de mon précédent article, en rapport avec notre nouvelle vie confinée ; étant cinéphile je me suis amusé à penser à ces titres de films qui pourraient l’être aussi : « 28 jours plus tard », « 9 semaines et demi », « 40 jours et 40 nuits », on pourrait encore en trouver.. (« Les 55 jours de Pékin » ? « Le jour d’après » ?…).        Bref, nous ne pourrons plus nous plaindre, et moi le premier, de manquer de temps pour faire ceci ou cela à la maison, et notamment de peindre..

J’espère que vous avez testé ou tenté des choses à l’aquarelle ; l’heure est à l’exploration de l’espace infini de notre imagination et de notre créativité..          Je rappelle d’ailleurs qu’un sujet a été rajouté aux exercices pour élèves, et que vous pouvez l’envoyer dès ce soir si vous voulez.. (Le précédent va être effacé)..

De mon côté je me suis lancé dans des petits formats, 10 x 10 cm, dans le mouillé et le coloré.. On ne sait jamais, si un jour la galerie ré-ouvre…

miniatures Ce n’est qu’une partie de la quinzaine déjà réalisée ;  je fait aussi du recadrage d’anciennes aquarelles, des retouches, des améliorations (j’espère), des essais divers..

Voici aussi ce gardien des marches (que je dédie à une personne qui aime les chats..) :

Le gardienTel un Cerbère protégeant son enfer (pavé de bonnes intentions…)..  C’est fou comme certains environnements (ou situations) peuvent paraître l’enfer pour l’un et le Paradis pour l’autre.. Tout est une question de point de vue.

Vous aurez remarqué que je poste un article plus souvent ces temps-ci ; c’est normal avec la disponibilité qui est la notre de part le confinement ; j’espère que cela vous distrait.. Cela change de la télé ou de Netflix..  (j’avoue y passer du temps aussi..).

Comme vous je suis inquiet pour mes proches, mon père en EHPAD, mes enfants éparpillés (dans 4 départements), et sur l’incertitude de l’avenir.. Mais c’est aussi l’occasion de réfléchir à notre façon d’être et d’agir, de revoir nos priorités..   L’aube la plus belle vient après la nuit la plus noire..

étoiles dans la nuit

L’aventure intérieure

Confinés.      Nous voilà donc livrés à nous mêmes, obligés de rester à la maison , et ce pour une durée d’au moins 2 semaines minimum..  J’espère que parmi les lecteurs de ce blog il y en a qui ont eu la décence de ne pas être hystérique à se ruer dans les supermarchés pour  remplir son caddy de papiers toilettes , de pâtes , de riz etc…       La modération,  le sang-froid, l’intelligence de comportement sont des remparts redoutables à une épidémie, et il existe bien des manières de vivre dans le respect de l’autre..  La déraison née de la peur en fait l’ennemi le plus dangereux..

« Nous sommes en guerre » a répété le chef de l’état, effectivement la situation est inédite, la société semble s’arrêter.. Se mettre en pause..   Il n’y a pas que des mauvaises choses qui en découlent ; la pollution quotidienne, en Chine et en Europe, a subi une baisse impressionnante, l’air en devient plus pur.. C’est quand même une sacrée bonne nouvelle ! Cela nous pousse aussi à réfléchir sur nos modes de fonctionnement, notre système de consommation, et nos valeurs…

L’aventure intérieure est le titre d’un film de 1987, où le héros voyageait , miniaturisé, dans le corps d’un autre.. Une révolution à l’époque..  Il serait peut-être bon de profiter de ces jours de confinements imposés pour explorer notre espace intérieur..(?).. Je ne parle pas seulement de notre maison, ou du jardin (pour ceux qui en ont), mais de nos possibilités de créations et d’expériences ; ne serait-ce qu’en aquarelle pour commencer.. Osez les mélanges de couleur, tentez le mouillé sur mouillé, recommencez, testez des techniques mixtes, des collages, des effets divers… Pour une fois que le temps vous est donné, il faut essayer d’en profiter…

Petit exemple : essayez de faire l’exercice de la rivière de l’Aigue brun, avec 3 ou 4 couleurs maximum, et en 5 minutes.. Faites -le plusieurs fois, dans des petits formats, essayez le monochrome.. La vie est faite pour expérimenter..  C’est ce qui nous fait progresser.

Comme annoncé précédemment, un nouvel exercice sera proposé demain ; pour occuper nos mains et nos pensées pendant le confinement..   Les commentaires de l’actuel sujet seront visibles jusqu’à dimanche.

Pour ce qui concerne ma petite vie d’artiste, tous mes cours sont donc annulés et reportés (en avril ou plus tard encore ?), et je crains fort que la galerie de Roussillon ne puisse ouvrir au plus tôt  fin avril, selon l’évolution de l’épidémie..   N’hésitez pas à regarder mes vidéos sur You tube (en regardant la pub avant) cela contribuera à m’envoyer quelques centimes de rétribution qui ne seront pas de refus..

Pour illustrer cet article, cette dernière aquarelle d’amandiers en fleurs , travaillée dans le mouillé :

Mars en Provence« La voix intérieure ne sait point se faire entendre à celui qui ne songe qu’à se nourrir. » (J.J. Rousseau)

Annule et remplace

Le couperet est tombé. L’évolution difficilement prévisible de la situation épidémiologique en France fait que plein de choses sont annulées.     A commencer par le stage prévu la semaine prochaine ; il en est de même pour mes cours du mardi et du samedi.  Et que dire de l’ouverture de l’atelier galerie de Roussillon..? Il est peut-être trop tôt pour se prononcer (avec une évolution au jour le jour) mais je crains fort que le 1er avril soit menacé, et que l’on puisse au mieux ouvrir le premier week-end..  C’est évidemment un très mauvaise nouvelle, car mes revenus en seront grandement impactés..  Gagner sa vie 6 ou 7 mois  et tenir   le reste de l’année est déjà difficile, cours et stages ne font pas un salaire suffisant, sans compter   qu’avec les gilets jaunes et les grèves SNCF , les fréquentations étaient déjà en baisse..     Bref, ce n’est pas la période la plus folichonne pour un aquarelliste…

J’assume cependant mon choix de vouloir vivre de ma peinture. C’est une chance, malgré tout, de pouvoir exprimer son idée de la beauté aux yeux du monde, d’offrir du rêve à certains,  d’émouvoir, de toucher le coeur ..    Dans le court instant de notre vie, c’est un sens donné à notre existence..    Même futile.

J’envisage d’ouvrir une nouvelle page sur mon site, destinée uniquement à la vente ; il y aurait mes 3 ouvrages, des aquarelles à prix modéré, des cartes.. Le tout prêt à être expédié..   Si les gens ne peuvent se déplacer il faut essayer de trouver une solution..

Concernant les exercices pour élèves, toujours gratuits (et ils le resteront), je compte poster mes commentaires la semaine prochaine. Il n’est pas impossible que je propose un autre sujet autour du 20 mars, pour « occuper » les élèves confinés chez eux…

Voici la version finale du chemin près des oliviers, fait en stage le mois dernier :

Le chemin près des oliviersIl remplace la version plus verticale..

Je voulais finir par ce petit oiseau porteur d’espoir.. Le printemps arrive, les beaux jours et les douces chaleurs également.. Le bonheur est la plus belle des contaminations…

épidémie bonheur

Plus qu’une quarantaine

Le vernissage de l’expo de mes élèves , à la chapelle des pénitents de Pernes,  fut une belle réussite.. 22 exposants, une soixantaine d’oeuvres accrochées, et sans doute plus encore de personnes présentes pour la conviviale inauguration de vendredi soir..

vernissage expo élèves 2020Sur cette photo on y voit à peine la moitié.. J’en profite pour remercier les talents culinaires de certains (dont je n’ai même pas eu le temps de profiter..!) et la visite amicale de Mireille et Eric..         Organiser cela n’est pas une mince affaire, si ce n’était que l’accrochage, mais il y a aussi les affiches, le planning des permanences, la gestion des petits détails aussi, qui font les essentiels…

oeuvres élèves On va dire que cela occasionne de la fatigue, oui oui, c’est surement la fatigue qui m’a valu faire ce drôle de lapsus à une élève… En voulant la féliciter je lui ai dit que son soutien gorge avait eu beaucoup de succès… Oui oui, je voulais dire Rouge gorge bien entendu…         Fatigue, fatigue, c’est sûr….

Bref, en ces temps de « corona-feuilleton » il est bon de sourire un peu…       Le décrochage de cette expo aura lieu jeudi.  D’ici là, vous pouvez vous inscrire à mon stage d’aquarelle proposé le 18 et 19 mars à Velleron ; c’est bientôt..

Les réponses aux exercices pour élèves ont commencé à être affichées ce matin..  Je viens aussi de poster 2 autres versions de ce sujet de l’Aigue brun. L’une concerne la deuxième photo et l’autre est une interprétation au brou de noix..  Nul doute que chaque réalisation de ces sujets difficiles est une aventure.. L’on voyage parfois très loin en peignant à l’aquarelle, et en ces temps de confinement ou de quarantaine, cela fait du bien de s’évader, de rêver un peu…

Il y aura des jours meilleurs ; il est normal que j’appréhende le début de l’ouverture prochaine de l’atelier galerie de Roussillon, le 1er avril.. Y aura t-il des touristes ou des visiteurs ? Des acheteurs ?  Nous verrons bien..

Les heureux promeneurs qui viendront jusqu’à Roussillon auront la chance de voir mes nouvelles aquarelles en vrai .. Comme ces coquelicots panoramiques qui attendent la personne qui leur est destinée…

Les coquelicots (panoramique)

Je transmets des fleurs

« Ave César  morituri te salutant ! » (Ceux qui vont mourir te saluent !)… C’est ce que disaient les gladiateurs devant leur empereur avant d’entrer dans l’arène… C’est un peu ce que pourraient dire certains téléspectateurs effrayés devant   les infos quotidiennes concernant le virus et ses « progrès » dans notre beau pays et dans le monde..  Au point que certains ne veulent plus sortir de chez eux, ou alors font le plein de nourriture, dans la peur d’une pénurie mondiale..  Le Vaucluse est à peine touché à ce jour, mais j’enregistre quand même des défections de présence pour le vernissage de mes élèves ce soir à Pernes les fontaines ;  je pense me tromper, mais même en comptant les chiffres donnés par  la CGT nous ne seront pas plus de 5000 personnes rassemblées dans la chapelle des pénitents.. Allez, si nous sommes une cinquantaine ce serait déjà bien… Bref  ;   bien plus que le virus, c’est la peur elle même qui se transmet le plus facilement..

Je ne vous transmets rien  que des fleurs aujourd’hui..   Des coquelicots, dans la sobriété, et des anémones teintées (hé oui, la variété orange n’existe pas..)..

J’en ai fait d’autres que je vous montrerai une autre fois..

Vu la difficulté des sujets proposés en exercice ce mois-ci, j’ai aussi peint une première version du vallon de l’Aigue brun.. (voir dans l’onglet exercice). La deuxième est en cours. Je voulais vous indiquer qu’il ne fallait pas s’arrêter à la première perception des choses, ni à leurs sombres côtés, c’est plutôt à nous de donner de la lumière et de la couleur là où il en manque…   Si vous transmettez cela vous avez plus de pouvoir que vos limites artistiques…

Un mot encore pour parler d’une expo que j’ai pu visiter récemment : le salon de pastel de Graveson. (Sud d’Avignon). Cela se termine dimanche. Le niveau est véritablement exceptionnel, avec des beautés incroyables à chaque coin.. J’ai particulièrement été marqué par les vagues de N. Stamatakis ou encore les paysages de Claude Carvin.. Et l’on se sent bien ridicule devant tant de perfection technique .. Le pastel est différent de l’aquarelle, bien sûr, mais la beauté prend tous les chemins qui mènent à l’Âme..

A bientôt..