Chose promise…

…chose due. J’avais prévenu que je ferai l’aquarelle de l’exercice pour élèves pour ce week-end et c’est chose faite..

chemin-de-printemps-vers-le-ventouxLe format est d’environ 30 x 40 cm ; au dernier moment j’ai rajouté ces 2 cyprès vers le centre pour donner davantage d’impact. Comme je le dis souvent ce n’est pas le mieux que l’on puisse faire mais simplement ma vision de cet instant ; la réussite ou la beauté est toujours relative car elle est dans l’oeil de celui qui regarde..

Quelques infos pour finir :

-Il reste une ou 2 places pour le mini stage à mon atelier jeudi prochain (voir onglet cours)

-J’ai fait faire des affiches de mes aquarelles, format A2, notamment pour l’ouverture de la galerie de Roussillon. Il y a 3 modèles. Elles seront à vendre au prix de 10 €. J’en reparlerai prochainement. A suivre donc…

Publicités

Le temps est passé

Cela fait une dizaine de jours que je n’ai pas touché un pinceau, ce qui est assez rare dans une année ; la coupure était salutaire, et maintenant le renouveau (comme les premiers amandiers en fleurs) annonce un printemps prometteur..

J’étais de retour dans mon passé, où les choses ont tant changé , (je pense à ces paroles de La Bohème d’Aznavour : « …Quand au hasard des jours je m’en vais faire un tour à mon ancienne adresse, je ne reconnais plus ni les murs ni les rues qui ont fait ma jeunesse..) , les maisons ont poussé de partout, les arbres ont laissé place à d’autres arbres, d’autres fleurs, les gens ont changé, vieilli, bref le temps est passé…                                                         Ce qui ne change pas c’est cette lumière sur le bord des nuages au lever du jour, leur reflet sur la baie, les couleurs et les contrastes forts des verts, des bleus, les éclats des fleurs, et je me rend compte que c’est bien cela qui m’a donné le goût de la beauté, cette émotion à peindre, d’essayer de rendre hommage à la nature .. C’est ce que j’ai retrouvé et continué plus tard en Provence..lever-de-soleil-sur-fort-de-franceJe suis tombé sur une lettre écrite à mes parents il y a 30 ans, où je parle de mes études en 3ème année de beaux-arts..Elle me semble étrangement encore d’actualité.. En voici un extrait : « …/…j’assiste aux cours mais concernant le travail personnel je ne peux rien faire. Je peins des tableaux à la maison, dans des couleurs et des thèmes qui me plaisent, mais à l’école rien.. Il n’est pas question que je continue à me forcer, à me mentir à moi-même, à peindre des *** pour faire plaisir à des profs qui ne comprennent et ne veulent que l’art contemporain.. J’en déduis que la différence entre eux et moi c’est que leur peinture est intellectuelle alors que la mienne vient du coeur.. Je ne voudrais pas perdre ma personnalité pour atteindre leur niveau. …/… »

Le temps est passé , j’ai fait surement plein d’erreurs , mais je me rend compte que la peinture qui vient  du coeur a toujours été mon chemin de vie ; on peut la juger trop colorée, trop naïve, trop simpliste, mais c’est sans doute parce qu’elle doit me ressembler un peu.           Défauts ou qualités, qu’importe…

On peint ce que l’on est.

la-plage-du-cap-macre(une aquarelle d’une plage du sud Martinique, peinte il y a une dizaine d’années)

Parenthèse

Je viens de poster les derniers commentaires sur les photos envoyées pour l’exercice d’hiver ; j’essaye de dire l’essentiel en une ou 2 phrases mais il est évident que l’analyse est légère ; je n’ai pas le temps de faire plus..     Je tâcherai de réaliser ma version de cet exercice le week-end du 23 février.   En attendant je vais ouvrir une parenthèse, un peu de repos, qui me semble bien nécessaire..

J’ai finalement libéré une date de stage le jeudi 2 mars et le vendredi matin 3 mars pour ceux que ça intéresse. Les places sont limitées à 5 comme d’habitude.  Contactez-moi par mail.

Un petit visuel pour finir, des multivues que je prépare pour la galerie de Roussillon (ouverture à compter du 1er avril). Je m’adapte à la demande, car l’art ne nourrit pas toujours son homme..

4-vues-divers

Evolution et partage

Je voulais écrire un petit mot pour féliciter quelques élèves de leurs progrès à l’aquarelle ; d’avoir le nez à 30 cm de sa feuille et ne voir que les défauts que l’on fait est une chose hélas courante .. Beaucoup se focalisent sur ce qui ne va pas dans leur aquarelle, au détriment de ce qui va.  Bien sûr on fait tous des erreurs, et je comprend la frustration que l’on peut ressentir entre ce que l’on voudrait faire et ce que l’on arrive à faire..   Mais je pense que l’on progresse davantage quand on accepte ses lacunes et qu’on arrête de se lamenter sur sa « médiocrité »..  L’art est un perpétuel apprentissage , et chaque pas, même quand on trébuche, est important.

Ces derniers temps j’ai vu de magnifiques aquarelles de mes élèves, des moments de grâce, qui parfois s’estompent par le désir de vouloir faire mieux encore en rajoutant le geste de trop..     Savoir s’arrêter est aussi important.

Je voulais donc féliciter ces élèves, et les remercier aussi de nos échanges, car si j’ai l’impression de progresser également, c’est aussi par leur contact..

Cette petite aquarelle du partage des eaux à l’Isle sur la Sorgue est une ancienne que j’ai un peu recadrée et retravaillée. Une rivière que l’on partage pour mieux irriguer aux alentours, voilà ce qui peut être un beau symbole du savoir de l’aquarelle.. Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières…

Sous le manteau blanc

Voici probablement la dernière aquarelle « neigeuse » de la saison ; elle pourrait ressembler un peu à celle de l’exercice proposé fin décembre et que je n’ai toujours pas eu le temps de faire..

sous-le-manteau-blancComme d’habitude les bleus sont trop prononcés sur la photo, et les nuances moins bien rendues ;   j’en profite pour vous rappeler que  l’exercice pour élèves sera mis en ligne après demain sur l’onglet indiqué.  Il n’y en aura qu’un, de même je ne pourrai pas proposer de mini stage avant fin mars ou avril..  Le temps est une chose précieuse.

tu-vas-ou