Rien ne se perd vraiment

Douze jours sans toucher un pinceau, je crois que ce ne m’était pas arrivé depuis… 20 ans au moins..  Une pause bienvenue, une parenthèse salutaire qui permet de recharger les batteries, et de revenir plein d’enthousiasme.. J’avais peur de perdre un peu les gestes, les essentiels, mais rien ne se perd vraiment ; les souvenirs, les images, les expériences, les empreintes émotionnelles, l’on garde tout au fond de nous, dans les creux de notre âme, dans les coins et recoins du coeur.. Sans doute parce que c’est quelque chose qui donne un sens à la vie.  Peindre. Exprimer les beautés qui nous entourent..

Peut-être est-ce l’approche du printemps (vu la douceur des températures) mais j’ai davantage envie de couleurs et de fleurissements ; vous le verrez  dans les aquarelles à venir..

Je n’étais pas joignable facilement, donc il est possible que les réponses à des mails prennent du retard ; j’ai pu quand même poster les photos de  l’exercice printanier, et je pense que ma version ne devrait pas tarder.. Si j’ai le temps je ferai quelques commentaires…

En attendant voici une petite ruelle fleurie :

La petite ruelle fleurie (30 x 40 cm)Les fleurissements ont été rajoutés, de même que ce petit animal en pleine méditation..

Côté stage, je confirme deux dates, le 19 et 20 mars prochain (voir onglet) ; n’hésitez pas à me contacter si vous êtes disponible.

rien ne se perd

 

Publicités

Entre parenthèses

Vous trouverez demain sur l’onglet des exercices un nouveau sujet, qui j’espère sera plus facile à interpréter..  Il y aura une montagne bien connue par ici et quelques arbres annonciateurs du printemps.

L’hiver est là ;  le froid, la pluie, le vent glacial ne sont que des parenthèses dans l’été perpétuel que doit être notre vie.  C’est dans ces moments peu agréables que l’on apprécie la douceur du soleil, l’éblouissement des premiers fleurissements et les projets , les envies, qu’ils font naître..

En hiver, au printemps, au fil des saisons, chaque jour est une marche ; en voici encore quelques unes avec cette aquarelle inspirée d’une photo prise à Fontaine-de-Vaucluse..

Les marches du villageCertains diront qu’il manque peut-être un chat.. Vous le trouverez dans l’image en bout d’article..   En effet, il est parfois nécessaire de se mettre entre parenthèses quelques jours, afin de mieux se ressourcer, afin de mieux nettoyer ses yeux des brumes de nos certitudes, et de revenir comme un enfant, toujours avide d’apprendre, émerveillé et humble devant l’immensité des progrès à accomplir..

L’aquarelle est un chantier permanent.  L’apprentissage est quotidien ; c’est ce qui fait son attrait.

repos « Chat lut  » et à bientôt !