Seule certitude : l’incertitude

Conjuguer au futur notre vie, voilà bien quelque chose devenu quasi impossible ; qui peut dire en effet que l’été, le mois de mai, voire même le mois prochain sera meilleur qu’aujourd’hui ? Nous sommes rivés sur les chiffres quotidiens de l’épidémie, des taux de contamination et de vaccination, et dans l’attente des décisions gouvernementales , confinement ou non .. Pas facile dans ces cas là de se projeter sur ce qu’il sera possible de faire dans les prochains jours, se déplacer librement par exemple..

Nous sommes le 31 mars, et à l’heure qu’il est je devrais préparer activement la réouverture de la galerie de Roussillon pour demain. Oui mais pour quels visiteurs ? Les cafés sont fermés, le sentier des ocres n’ouvre (normalement) que dans 10 ou 15 jours (après travaux), et donc l’on se pose légitimement la question de se déplacer, payer le loyer, pour peut-être presque rien.. Le symbole de la décision réside dans ce mot : Peut-être, dans ce nuage flou de l’incertitude, dans l’imprévisible inconnu…

C’est un peu comme si vous vous lanciez dans une aquarelle en mouillé sur mouillé, sans aucun modèle ni dessin préalable, simplement à l’instinct… (Essayez pour voir..).. Si vous refusez de paniquer il est fort probable que quelques merveilles puissent surgir de la magie des pinceaux , des couleurs et de l’eau.. Il est possible aussi qu’il y ait quelques ratés, des déceptions ou des frustrations, un peu comme dans la vie, mais si tout était écrit à l’avance et que l’on savait ce qui allait nous arriver, ce serait moins excitant de vivre, non ?

Une de mes dernières aquarelles a été peinte un peu dans cet esprit ; sans aucun dessin préalable, avec à peine une vague idée en tête, reflets et ambiance crépusculaire..

Le résultat me plaît assez ; je pense l’amener à Roussillon demain, avec d’autres choses que seuls les visiteurs pourront voir.. Comme je ne pense pas être bousculé par les gens de passage j’aurai probablement du temps pour m’occuper des exercices et des cours par internet ; le nouveau sujet sera d’ailleurs proposé demain. (Un indice : il ne faudra pas être pressé…)

Je voulais partager avec vous cette petite citation, pour tous ceux qui galèrent parfois devant leur aquarelle :

Sachez aussi qu’il ne faut pas verser dans l’autoflagellation devant nos échecs ou nos erreurs, ni même à l’enthousiasme exacerbé devant nos réussites ; l’un et l’autre ne sont que des étapes dans notre pratique de l’aquarelle, et les progrès passent inévitablement par ces montagnes russes..

Je vous laisse avec cette autre citation, d’Oscar Wilde cette fois :

« C’est l’incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume. »

A bientôt !

Seize mois plus tard

Que faisiez vous il y a 16 mois ?   Vous souvenez-vous de ce temps où l’on pouvait encore s’embrasser entre amis, aller au resto, au ciné, s’étreindre sans se méfier, râler (ou se revendiquer) des gilets jaunes, se déplacer d’un pays à l’autre sans problème…   Nous étions alors en octobre 2019, et je postais là ma dernière vidéo sur You tube : Un mas dans les Alpilles.

Nous voici en mars 2021, seize mois plus tard, avec enfin la diffusion d’une nouvelle vidéo, cette fois : Un amandier en Luberon.

La version très rapide (1 min) est visible sur ma page Facebook, mais la version normale (12 min) sera disponible dans moins de deux heures sur You Tube. Je mettrai le lien sur ma page Vidéos de ce site vers midi.      Toujours avec l’assistance de mon fils Valentin pour ce qui est du montage et de la musique.  Nous avons décidé de faire cette vidéo pour fêter les 2 millions de vues (dont j’avais parlé récemment).   Si j’avais su, seize mois plus tôt, qu’un battement d’aile de chauve-souris  (ou une écaille de pangolin ? ) allait tant changer le monde…   Je pense que personne ne l’imaginait non plus..

Bref, depuis ce temps, certains mots commençant par c ont été surmédiatisés… Covid, Corona, Confinement, Contamination, Cas contact, Complotiste, Couvre-feu… Et l’on parle tous les jours de taux d’incidence, de gestes barrière, de masques,   de distanciation, et bien sûr de vaccination..   On en a encore pour plusieurs mois, j’en ai bien peur..   Mais bon, il reste de belles choses dans la vie, comme les beaux jours qui reviennent, et la pratique de l’aquarelle..

Voici d’ailleurs ma version de l’un des sujets proposés en exercice :

J’y ai mis des lilas d’Espagne en bas, et des maisons au loin..  Si j’ai le temps je ferai l’autre sujet..

Les rencontres Lun’Aquarelles de St Sériès (30) prévues le mois prochain ont été annulées (pour cause covid évidemment). La manifestation sera encore une fois reportée.  Malgré tout, l’ouverture de l’atelier galerie de Roussillon est maintenue le 1er avril. Je ne sais pas encore comment cela se passera, si le beau temps amènera quelques visiteurs, au moins pour le week-end de Pâques, mais il faut bien y croire..

Ces petits triptyques de lavandes pour finir :

L’onglet des Petits formats de ce site va bientôt être réduit drastiquement  (vu qu’avril approche), alors profitez -en encore un peu..

A bientôt !

Mes réflexions n’engagent que moi

Le printemps (officiel) est enfin là. Il avait déjà été annoncé par les premiers fleurissements des amandiers et le redoux des températures, mais il y a aussi ces jours qui rallongent et ça fait du bien..  Une fidèle élève m’a même envoyé la photo récente  d’un coquelicot, symbole des beaux jours à venir, quand les couleurs s’empareront de la Provence.. Bientôt les arbres de Judée et les glycines.. Des raisons , parmi d’autres, d’être plus optimiste, du moins de regarder d’avantage les belles choses qui nous entourent..

J’ai passé du temps à peindre des reflets ces derniers jours ; sans doute que le travail de la réflexion est propice avec le confinement ou le couvre-feu.. Allez savoir pourquoi, je préfère écouter tout ce que raconte le murmure de l’eau, la sérénité de ce discours marié aux chants des oiseaux, que d’écouter la cacophonie des annonces gouvernementales , leurs critiques perpétuelles et prévisibles par des opposants ou des chroniqueurs bavards.. Ce monde a besoin de calme..

Les meilleures réflexions sont celles de la nature.  Bon, il y aura toujours des gens qui préfèreront les éructations de Cyril Hanouna, de Pascal Praud ou de BFM télé par exemple, mais le calme a des vertus irremplaçables..

Cette autre aquarelle, un grand format 40 x 50 cm, m’a demandé du temps ; la photo de départ n’a plus grand chose à voir avec le rendu final, c’est surement cela l’aboutissement de mes propres réflexions ; elles n’engagent que moi, bien sûr..

 

J’espère que ces aquarelles vous auront apporté de la sérénité, peut-être même du plaisir à les regarder.  J’avoue être touché par vos commentaires sympathiques sur mes peintures, ne croyez pas que l’on nage dans la certitude quand on fait de l’aquarelle.. Chaque nouvelle oeuvre est un recommencement ;  et quand je regarde ce que font d’autres collègues, tellement meilleurs que moi, je passe (comme vous peut-être) par des périodes de doute et de remise en question sur mon niveau et la voie que j’ai choisie.  C’est peut-être cela qui me pousse le plus .Le choix d’ Être professionnel. Se dire que l’on compte uniquement sur sa peinture pour vivre (sans salaire ou retraite à côté).. C’est un peu fou, non ?

Folie ou insouciance, l’important est de ne cesser d’y croire..

Le 1er avril approche, et donc la réouverture de la galerie de Roussillon se rapproche aussi. C’est aussi de la folie de croire que nous arriverons à vendre suffisamment pour payer le loyer du mois ; mais qui sait ? Il y a parfois de belles histoires, de belles rencontres, inattendues, imprévisibles, (comme quand on peint une aquarelle) et c’est cela qui rend la vie intéressante.

Concernant les exercices vous avez été nombreux et rapides, encore une fois ;  je n’ai pas encore peint l’un des sujets. Je me laisse le temps de la réflexion…

A bientôt !

 

Ces arts à la peine

La dernière cérémonie des César a plus fait parler d’elle pour la prestation dénudée de l’actrice Corinne Masiero (pour se plaindre de situation culturelle en France) que pour son palmarès..  Il n’est jamais évident de savoir exprimer avec tact son incompréhension et son impatience quant à la reprise d’une vie « normale » pour les professionnels des milieux artistiques. Masiero n’étant pas la plus à plaindre mais disons qu’elle s’est fait porte parole des autres « petits » de la profession. Il est clair qu’avec ce virus, les arts (en général) sont à la peine ;  n’étant pas jugés « essentiels ».. Pour les artistes peintres on se raccroche à la possibilité de vendre par internet (rare et difficile), attendre la reprise autorisée des cours, et l’on se réjouit de paraître dans un magazine en guise de  vrai salon d’aquarelle …Ce n’est pas terrible, mais nous avons quand même la possibilité d’avoir des aides que d’autres pays ne proposent pas forcément.. Il faut aussi le souligner..

Bon,  désolé pour certains,  mais dans ma prochaine vidéo je ne vais pas me filmer dénudé sous une peau d’âne pour peindre et attirer l’attention ;  vous ratez un magnifique corps d’athlète, aux muscles saillants qui ferait pâlir d’envie Schwarzenegger lui même ..(C’est bon de rêver parfois…), non, hélas, ce ne sera qu’une petite main de crevette (avec parfois le petit doigt levé) qui manipulera le pinceau, afin de créer une aquarelle sur du papier Arches. On apporte du rêve avec ce que l’on peut.. Cette nouvelle vidéo sera sans doute visible à la fin du mois..

Toujours dans le domaine audio visuel, la mairie de Roussillon a demandé à certains artistes et artisans d’ouvrir exceptionnellement leurs locaux la semaine dernière pour le tournage d’une émission. Dans l’optique d’une meilleure publicité pour le village et l’attirance de nouveaux visiteurs..

Ceux qui ont l’oeil reconnaitront l’animateur Stéphane Thébaut (aux faux airs de Jacques Weber) qui présentait l’émission La maison France 5. Ils sont donc passés juste devant la galerie, même si cela ne garantie pas la moindre image de notre mur, on espère que la publicité fera venir du monde dans les mois à venir.. La future émission (plus sur France 5 mais surement sur C8) pourrait être diffusée début avril ; je vous en reparlerai..

Il est clair que l’on aura besoin de visiteurs cette année encore, car comme en 2020, il n’y aura pas d’américains, d’australiens ou d’asiatiques, et la fréquentation n’a vraiment plus rien à voir..

Je laisse ouvert mon onglet « Petits formats » encore quelques temps ; il n’y a guère eu de grands mouvements dessus depuis plusieurs semaines, mais on ne sait jamais..

Concernant les exercices pour élèves j’ai donc posté 2 nouveaux sujets hier. J’ai dû avancer de quelques jours la date d’envoi des réponses car je recevais toujours des photos en avance. Je l’ai donc avancée au 18 mars. Malgré cela j’ai reçu déjà une première version hier soir..(!).. Incorrigible impatience…! Bon, cette fois je ne l’ai pas acceptée (demandant le renvoi le 18), mais il n’est pas facile de trouver une bonne formule qui puisse convenir aux moins rapides d’entre vous.. Je fais de mon mieux, j’essaye d’être juste..

Je vous laisse avec une des dernières aquarelles d’Annissa O, qui partagera donc l’espace de la galerie avec moi dès la réouverture :

Elle s’intitule Rêveries.

J’espère qu’elle vous apportera le rêve que l’Art se doit de nous apporter..

A bientôt !

200 !

Rien à voir avec les 2 millions du précédent article, et même si l’on est plus proche du prix de mes grandes aquarelles, il s’agit ici du nombre de votes récoltés pour la mieux classée de mes 3 oeuvres retenues..

Je parle bien sûr du concours des lecteurs L’Art de l’Aquarelle n°48, sorti hier. Sur les 100 exposés dans le magazine mes oeuvres se classent 15ème, 50ème et 66ème.. C’est une grande fierté !   Surtout que cette fois-ci je n’ai pas partagé l’info sur ma page Facebook (pour les votes), le résultat vient donc uniquement des quelques lecteurs de ce blog, de mes enfants , et surement aussi d’ amateurs sympathiques.. Un immense MERCI à vous..!

En plus, si le thème du concours, Le printemps, avait vraiment été respecté je pense que j’aurais pu être mieux classé ; il faudra m’expliquer la présence d’un chat, de divers portraits, de sommets enneigés, etc.. qui n’ont que le mot « printemps » dans leur titre pour justifier leur participation..   (Vous vous ferez votre avis en regardant les publiés dans le magazine..).

Les organisateurs de ce concours ont d’ailleurs insisté sur les règles qui vont être plus rigoureuses à l’avenir ; non seulement sur le respect du thème, mais aussi sur la sollicitation des réseaux sociaux de certains participants (qui ont plus « d’amis » que d’autres) facilitant leur obtention de voix.. Il est très clair en voyant les résultats que certains se détachent largement en tête, et régulièrement, ce qui peut poser question sur la fiabilité d’un concours sensé être un vote « coup de coeur » du public.. N’ayant pas de compte Instagram , et à peine 200 amis Facebook (ce qui est peu par rapport à d’autres participants) je ne me sens pas concerné ; j’ai eu 6 voix de plus en partageant en novembre dernier le lien du concours sur ma page Facebook.. Pas de quoi pavoiser.. Les noms seront donc masqués la prochaine fois, pour que les « amis » ne votent pas pour leur « ami » mais pour l’oeuvre qui les touche vraiment.. A suivre donc..

Toujours à propos de ce concours, une internaute m’a fait remarquer ce matin que la photo de mon aquarelle n°3 avec les arbres de Judée (p.14) était la plus petite de toutes les autres photos ayant été publiées. La taille d’un timbre poste. Effectivement j’ai vérifié, c’est vrai, mais honnêtement je suis très content d’y être, qu’importe le format, et à vrai dire je m’en soucie autant que de l’interview du prince Harry et de Meghan Markle ou du pet des mouches drosophiles du Kazakhstan…  Pardon , désolé pour cette parenthèse.. Il y a des choses bien plus importantes au monde..

A noter enfin que  p. 21 de ce magazine, figure mon nom parmi les participants de la 6ème édition des Rencontres Lun’Aquarelle de St Sériès , prévue du 17 au 24 avril (si le covid le permet), de même, le festival d’aquarelle de Méjannes-le-clap (31 juillet-4 août)  y est mentionné juste au dessus, j’y serai probablement puisqu’ils ont encaissé mon chèque d’inscription cette semaine..

Venons-en aux exercices pour élèves.. Encore une fois vous avez été très nombreux (plus de 30 !) à m’envoyer votre photo et vous comprendrez que je ne pourrai commenter tout le monde.. Déjà, j’en ai publié 24 au lieu de 20, mais certains se passeront de commentaires .  Le sujet était difficile mais beaucoup s’en sont très bien sortis.. Voici d’ailleurs ma version de l’un des sujets :

J’ai pris du plaisir à la peindre, c’est sans doute là l’un des secrets de la réussite d’une peinture ; ne rien faire par contrainte, suivre son pinceau au fil de l’eau et de l’inspiration..

Cela semble couler de source…

Deux millions…!

Non, il ne s’agit pas du nombre de vaccinés contre le covid en France, (presque), ce n’est pas non plus le prix de ma dernière aquarelle, ni le salaire annuel moyen d’un joueur de l’OM (c’est plus), non, DEUX MILLIONS c’est le nombre incroyable de personnes qui ont visionné mes vidéos sur You tube depuis 9 ans.. C’est une grande fierté, même si au regard des 4 ou 5 milliards de personnes qui ont accès à internet dans le monde c’est un peu ridicule, mais par rapport au monde qui s’intéresse à l’aquarelle ce n’est pas négligeable..

Bien sûr, j’aurais aimé vous dire que chaque vue m’a rapporté 1 €, hélas, le pourcentage de revenus est dérisoire, et comme je l’ai déjà annoncé sur ce blog , cela oscille entre 20 et 25 € par mois (soit à peu près ce que devrait toucher un joueur de l’OM au vu de ses prestations, ou un candidat de téléréalité pour son apport culturel au sein de la jeunesse…mais bon, je m’égare..)          Ces vidéos ne sont pas faites pour gagner de l’argent mais pour aider, guider, ceux qui balbutient à l’aquarelle, ou simplement les éveiller à cette technique..  D’autres You tubeurs d’aquarelles font des choses bien plus belles, et plus régulièrement que les miennes, je ne revendique rien,  j’ai juste le mérite d’exister..

Pour fêter ce cap symbolique des 2 millions, j’ai pu tourner hier une vidéo avec l’assistance de mon fils Valentin. Le thème (bien que déjà abordé) sera similaire à ces aquarelles que je vous présente ici :

Les amandiers en fleurs.  Je dédie cette peinture à certaines élèves qui la reconnaitront, car c’est un sujet proposé en pas à pas.   D’autres élèves (que je remercie aussi) ont eu droit à une démo sur cette aquarelle :

Voici donc la version finale de ce bel amandier..   Un arbre suffit à faire un sujet, il y a souvent bien plus de beauté dans la simplicité d’Être, dans la simplicité de la vie qui bat autour de nous, et que bien des gens hélas ne remarquent même pas.. Si ça se trouve, cet amandier comporte 2 millions de pétales.. Cette beauté vaut bien plus que tous les euros du monde..

Concernant les exercices pour élèves, j’ai déjà reçu des photos, mais je ne les posterai sur le site que demain soir ou mercredi.. La rivière et ses reflets sont toujours un sujet intéressant ; je vous montrerai aussi ma version bientôt..

Une info pour terminer : en attendant la publication des résultats du concours L’Art de l’aquarelle (peut-être cette semaine), j’ai posé ma candidature pour le salon de Méjannes-le-clap qui aura lieu début août. Celui de St Sériès est toujours en attente de date, et concernant la réouverture de Roussillon j’ose espérer le week-end de Pâques..

Encore quelques millions de secondes à patienter..

Juste un instant

Il ne faut pas grand chose. Marcher dans la nature, grimper sur les rochers des Alpilles et contempler le paysage, sentir le vent, les odeurs, le silence. « I’m the king of the world !! » aurait crié Leonardo Di Caprio, je ne suis pas sur le Titanic mais je suppose que la sensation devrait être la même quand on domine un magnifique paysage, perché sur un éperon rocheux.. Juste un instant, juste un instant seulement on est le roi de son monde, et l’on en prend plein les yeux pour espérer retranscrire ces beautés qui nous inondent sur notre prochaine aquarelle..

C’est un feu d’artifice permanent ces jours-ci, sur le bord des routes, des chemins, il y a des myriades d’amandiers en fleurs, des pruniers sauvages aussi, des prunus, des abricotiers, etc.. Il y a tant de merveilles à photographier ou à peindre qu’on en oublie presque de se satisfaire juste de les regarder.. Juste un instant..

Je vous avais parlé de mes triptyques d’amandiers l’autre fois, en voici 3 ; (celui du centre regroupe mes 3 arbres favoris)..

Il y aussi les pins que j’adore ; l’autre jour , en remontant le vallon de St Clerg (près de St Rémy) je m’imaginais revenir là plus tard, (à ma retraite, vers 2050 peut-être..) avec mon carnet à croquis et dessiner ces merveilleux danseurs figés.. Juste comme ça , pour rendre hommage à leur beauté, sans intention mercantile, et prendre le temps.. Enfin..

Si j’en fais une aquarelle peut-être que je rajouterais quelques genêts, ou des amandiers fleuris, intégrés dans l’arrière plan..

Ou peut-être un monochrome à l’encre ou au brou de noix..  Ce n’est pas très grave d’avoir ce genre de choix à faire, l’essentiel étant de se donner les moyens d’exprimer son ressenti..

Je vais essayer de peindre un des cours d’eau proposés en exercice ; on en voit ici sur le premier de ces autres triptyques :

Je vais tenter de peindre en grand format cette fois-ci ; comme ceux qui avaient été plébiscités dans le magazine L’Art de l’aquarelle en décembre dernier. Le résultat sur le thème printanier ne devrait pas tarder à sortir, ce sera l’occasion d’un prochain article..

D’ici là, le mois de mars aura avancé, toujours dans l’espérance de la reprise des cours et la réouverture de l’atelier de Roussillon en avril, mais bon, pour l’instant je me contente de m’émerveiller des fleurissements..

A bientôt !