Stage fleuri

Voici les photos des aquarelles travaillées pendant le stage de jeudi dernier ; il y a d’abord la fontaine fleurie qui nous a permis de voir les parties de pierre humide aux abords de certaines fontaines, puis un simple paysage provençal mais avec un fleurissement certain..  « Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir » est une citation que j’aime et que j’ai déjà postée il y a quelques mois ici ; savoir regarder est aussi important..

Il y a fort longtemps que je n’ai pas peint de fleurs, iris ou lilas notamment ; j’y pense, mais il faut de la disponibilité pour cela.  Ce sera peut-être pour fin février ou début mars, en attendant je ne proposerai qu’un seul exercice d’hiver la semaine prochaine, ce sera le 3 février.. A bientôt !

fleur

Dernière vidéo sortie

Les 4 saisons à l’aquarelle ont commencé en novembre dernier avec un cabanon dans les vignes en couleurs chaudes de l’automne ; je viens de poster ce matin la vidéo du 2ème volet « Vivaldiesque » d’un même sujet à l’aquarelle, et cette fois c’est donc l’hiver.

N’hésitez pas à regarder la vidéo sur l’onglet du site ou sur You tube ; j’espère qu’elle vous plaira.

J’en profite pour signaler que mon nombre d’abonnés (à ces vidéos) a dépassé les 6000…Ce n’est pas négligeable..

Un petit exercice de brumes pour finir (que vous pouvez tenter) et une  citation que j’aime  (d’un écrivain peu connu…ou presque…*)

Définir le prix

C’est une question qui revient souvent, aussi bien chez l’artiste que chez l’acquéreur ; comment définir le prix d’une oeuvre ?     Il y a bien sûr plein de paramètres qui entrent en jeu : la technique (huile, aquarelle…), le format, la cotation de l’artiste, sont les éléments les plus essentiels pour définir le juste prix ; mais ils ne sont pas les seuls..

Beaucoup de gens n’ont pas conscience du travail et de l’expérience  qu’il faut pour réussir une aquarelle ;  vous connaissez sans doute cette réplique de Picasso à qui l’on demandait combien de temps il avait mis pour peindre tel tableau.. »j’ai mis quelques minutes pour le peindre mais 60 ans pour y arriver.. »

Mais avant que l’on considère comme « oeuvre » ce que l’on produit, il y a déjà des frais de base pour toute création, et beaucoup semblent l’ignorer..    Le matériel par exemple, certains papiers que j’utilise, comme l’Arches, valent entre 25 et 50 € le bloc de feuilles selon le format ; un pinceau de qualité autour d’une vingtaine d’euros minimum (et on n’en a pas qu’un !), les tubes ou les godets d’aquarelles vont de 4 à 10 € l’unité selon les marques.. Après il y a d’autres critères qui rentrent en jeu pour définir le prix d’une aquarelle ; en voici quelques exemples :

-artiste professionnel, ne vivant que de ma peinture, je paye des cotisations bien réelles

-Le loyer de la galerie ou de mon emplacement n’est pas donné

-Les cadres, passe-partout, ne sont pas gratuits non plus

-Le temps passé à peindre n’est pas négligeable ; attention au cliché qui voit l’aquarelle faite en 10 minutes ; il y en a qui demandent des journées entières..

-chaque oeuvre est unique ; ce n’est pas quelque chose fabriqué en série (en Chine ou ailleurs) que l’on peut trouver à Ikéa pour une trentaine d’euros.

-C’est le prix de l’émotion, du voyage provoqué, du rêve amené.. C’est un bout d’âme du peintre , une part de beauté , un coup de coeur, que vous emporterez avec vous..

Ce dernier critère étant le plus important à mes yeux.. Il y a une réelle satisfaction à accrocher dans sa maison l’oeuvre qui nous a touché. Pouvoir la contempler tous les jours s’il le faut est un privilège ; et donc cela a un prix..                                                                                Vous trouverez bien sûr des artistes « qui se la pètent grave », ou d’autres qui se bradent, nous ne sommes pas tous égaux , mais quand on écoute son coeur on se trompe rarement..

Pour vous remercier de m’avoir lu jusque là, voici une de mes dernières aquarelles :

impressions-provencalesA bientôt !

C’est la clôture…

L’onglet de mes « promos de noël » a été clôturé aujourd’hui ; il faut dire que le succès n’a pas vraiment été au rendez-vous (une seule petite vente à 40 €), c’est dommage mais il y a toujours un sens à ce qui se passe pour nous, et je pense que la page doit être tournée et qu’elles se vendront peut-être un jour à leur vrai prix, à la galerie de Roussillon..                 Je suis assez préoccupé par les actions et décisions que j’entreprends ces jours-ci, et donc  mes aquarelles « dorment » un peu en attendant d’éclore.. C’est l’hiver..

Voici cependant un récent travail dans le mouillé, sur le thème de la clôture justement..

Le premier est panoramique, le second beaucoup plus grand..  Les toits sont moins rouges que sur la photo.

Les clôtures séparent parfois des espaces qui sont bien identiques..

Le vieux berger

Je fais rarement des personnages dans mes aquarelles, autant parce que je suis moins à l’aise que pour la volonté de laisser la part belle à la nature..  Cela faisait longtemps que je voulais représenter une scène de berger et de son troupeau ; sujet proposé à mes élèves récemment.

le-vieux-berger-30-x40-cmJe voulais insister sur la lumière fuyante de fin de journée, sans trop de moutons (pour ne pas risquer de m’endormir à les peindre..!), et jouer sur un ciel nuageux qui contraste avec le reste.. (C’est probablement en Ardèche).

Un mot concernant mes vidéos d’aquarelle ; j’ai eu quelques échos et donc il fallait une précision pour ceux qui s’ agacent du fait qu’elles contiennent des erreurs (techniques) ou qu’elles enlèvent des stagiaires à certains  :  Leur but premier est de donner envie de pratiquer cette technique, quelque soit le sujet ; je n’ai jamais prétendu détenir LA vérité absolue dans la façon d’aborder une aquarelle.. Il s’agit de MA façon de procéder, et elle est avant tout destinée à encourager les débutants ou les amateurs éclairés..    Enfin concernant le fait de détourner d’éventuels stagiaires (puisqu’ils pourraient apprendre avec les vidéos) je doute fort que cela suffise.. Au contraire, je pense que les vidéos donnent davantage envie de prendre des cours ou des stages pour progresser..

A propos de stages,  justement, il reste plein de places pour les demi journées que je propose entre le lundi 23 et le jeudi 26 janvier (voir onglet) ; limité à 5 personnes.. N’hésitez pas..

Une petite blague de circonstance pour finir :             Au sujet des élections et des promesses non tenues des candidats ;  à la question « Pensez-vous qu’on vous ait pris pour des moutons ? »   98% des personnes ont répondu : « Bèèèèèèèèèèèèèè !! »

Progresser, évoluer…

Les débuts d’année sont souvent propices aux rangements, aux résolutions, aux décisions.. En classant mes photos d’aquarelles sur mon ordi je suis tombé sur d’anciennes réalisations, et je dois dire que j’ai eu un peu honte en voyant certaines et en me disant que j’avais vendu cela…                J’étais sans doute persuadé à l’époque que c’était super , même si la lucidité me renvoyait à la réalité des meilleurs aquarellistes..

Avec le recul je me rend compte que des aquarelles et des aquarellistes qui m’impressionnaient sur les livres ou les magazines, me sont devenus plus « approchables » , moins sidérants…  C’est peut-être le regard qui change , les progrès accomplis ,pas après pas,  et s’il y en a qui restent toujours pour moi au dessus du lot  c’est génial car ils contribuent à ma volonté de progression et d’évolution..      « Celui qui avance lentement va toujours plus vite que celui qui ne bouge pas… »

Pour illustrer mes propos voici 3 aquarelles d’un même sujet à différentes époques ;

Les défauts me sautent aux yeux encore, mais je me dis que si je n’étais pas passé par ces erreurs  je n’aurais pas pu en prendre conscience pour m’aider à avancer..    Les aquarelles médiocres servent beaucoup à progresser ; soyez indulgent et patient avec vous , et les autres…

Un invincible été…

« Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un invincible été.. »                        Cette phrase d’Albert Camus m’est chère et je voulais qu’elle serve d’introduction pour vous souhaiter une très bonne année 2017.          Hé oui, quelques soient les difficultés et les épreuves rencontrées, il faut toujours prendre pour expérience et non comme un échec ce qui nous arrive.   J’ai souhaité illustrer cette phrase par une aquarelle « chrysalide », un symbole de ce que l’on peut faire quand on a un peu d’imagination et d’espoir..    Partir d’un paysage de neige et le transformer en paysage d’été..

Il s’agit bien sûr de la même aquarelle que j’ai retravaillée, et j’aime avant tout le symbole que cela représente, notre perception des choses, nos aspirations et nos priorités ; et quand on relit la phrase de Camus on comprend davantage..

On pourrait toujours craindre ce qui peut arriver en 2017, ( élections, diplomatie mondiale, attentats, inégalités, etc..), mais l’on peut aussi rêver de jours meilleurs si l’on se rend compte de ce que l’on a et non de ce qui nous manque..  Ce n’est pas faire l’autruche que d’essayer de voir ce qu’il y a de beau dans le monde. A nous de savoir regarder..

Je voulais aussi terminer par une bonne nouvelle, après les épisodes médiocres de fin décembre ; j’ai eu confirmation par mail que j’étais retenu au Festival d’aquarelle de Méjannes-le-clap (Gard) en juin prochain..    Comme quoi, même dans le froid de l’hiver, il faut toujours garder la chaleur de l’espoir…

un-pas